Qualité de l’air intérieur : Les bonnes raisons d’entretenir sa climatisation

Des entretiens réguliers de votre climatisation s’imposent
Les bonnes raisons d’entretenir sa climatisation.

La climatisation est un appareil qui assure le rafraîchissement de l’air dans l’habitat afin que la qualité de l’air intérieur soit de bonne qualité. Mais pour qu’elle puisse remplir ses missions, il est important de bien l’entretenir régulièrement.

Climatisation : un entretien régulier s’impose

 

Il existe des climatiseurs réversibles, avec lesquels l’air intérieur du logement peut être refroidi ou chauffé, ce type d’appareil peut donc être utilisé toute l’année, en hiver comme en été. Il faut d’autant plus s’en occuper et penser à en assurer un entretien régulier.

Pour que la climatisation puisse fonctionner de manière optimale, il faut éviter que l’air du logement soit vicié ou que l’appareil perde en efficacité voire même qu’il tombe en panne.

Le risque majeur d’un mauvais entretien du climatiseur est de ne pas se rendre compte de la mauvaise qualité de l’air intérieur. Souvent, en raison de l’encrassement d’une turbine, des moisissures, des champignons et des bactéries peuvent se développer en raison du peu d’air qui peut passer.

Cette situation est très préjudiciable pour la santé des personnes et des animaux. En effet, qui dit moisissure dit risque d’allergie, de crise d’asthme pour les plus sensibles, voire de risques de légionellose dans le pire des cas.

C’est le nettoyage de l’appareil mais aussi l’aération de l’intérieur du logement avec un air sain qui assurera la longévité de l’appareil. En effet, il suffit de gestes simples à adopter au quotidien pour entretenir sa climatisation.

La propreté des filtres pour garantir la qualité de l’air

 

Les filtres récupèrent la poussière qui va s’accumuler de manière importante en brassant l’air ambiant d’une pièce. Leur propreté est donc incontournable pour garantir la qualité de l’air.

Pour cela, il faut d’abord éteindre l’appareil avant d’enlever le filtre. Puis, il faut aspirer le filtre à l’aide d’un aspirateur et ensuite, essuyer avec un chiffon légèrement imbibé d’eau savonneuse. N’utilisez jamais de produits solvants ou détergents pour nettoyer vos filtres. Avant de remettre le filtre, il faut s’assurer qu’il soit bien sec.

En ce qui concerne la fréquence de nettoyage des filtres, une à deux fois par mois est nécessaire. Toutefois, le remplacement de filtre est à prévoir s’il n’est pas utilisé depuis une longue période.

A l’instar du filtre à charbon, ayant un rôle désodorisant, son remplacement est nécessaire s’il dégage de mauvaises odeurs. Certains climatiseurs sont équipés d’un témoin lumineux, quand celui-ci est allumé, cela indique que les filtres sont encrassés.

L’entretien des unités intérieures et extérieures

 

Après avoir éteint l’appareil, il faut passer une éponge légèrement humide sur les tuyaux et les câbles et surtout au niveau des sorties d’air, de préférence avec des produits d’entretien dédiés aux climatisations.

Quant au nettoyage de la carrosserie extérieure de l’appareil, il faut nettoyer le bac à condensats avec un chiffon humide après l’avoir vidé. Les évents doivent être vérifiés systématiquement pour qu’aucune feuille ou autre déchet aérien ne les bouche.

Il est nécessaire d’entretenir ces deux unités au moins deux fois par an, dont un avant la mise en marche de l’appareil.

Guides des Pros 728×150
Jurisprudences 2018
Club MI Pro #1 728×150
Club MI Plus #1 728×150

Maintenance obligatoire de la climatisation par un technicien certifié

 

Vous pouvez procéder à l’entretien de votre appareil par vous même. Vos compétences s’arrêteront malheureusement ici. Le reste de l’entretien d’une climatisation doit être réalisé par un professionnel qui vérifiera alors non seulement l’étanchéité du circuit, mais aussi la pression du fluide frigorigène.

Cela consiste à vérifier l’ensemble du système et le contrôle des filtres et des fuites. C’est pour cela que l’intervention d’un professionnel s’avère nécessaire. Selon la réglementation en vigueur, le contrôle technique par un professionnel peut d’ailleurs être obligatoire tous les ans (arrêté du 29 février 2016).

C’est le cas si votre installation contient plus de 2 kilos de fluide frigorigène ou si la puissance de l’appareil est supérieure à 12kW.

Quel est le prix d’un contrat d’entretien par un professionnel ?

 

Le prix d’un contrat annuel d’entretien de climatisation est compris entre 90€ et 200€ TTC en moyenne par an.

Il peut varier en fonction de plusieurs facteurs : nombre d’unités de votre installation, nombre de visites annuelles, facilité d’accès… Il est à noter que certains fabricants ne font valoir la garantie qu’à condition de souscrire à un contrat d’entretien.

L’avantage avec un contrat d’entretien, c’est que vous pourrez faire venir un technicien très rapidement chez vous pour résoudre le problème. Toutefois, si vous optez pour une intervention ponctuelle, le prix dépendra de la panne rencontrée et de la disponibilité du technicien…

Les interventions pourront être facturées de 250€ à 1400€ si la panne concerne un problème de fluide frigorigène. Mais la plupart du temps il vous en coûtera entre 50€ et 300€ plus le tarif horaire du technicien autour de 60€ de l’heure.

A noter : l’entretien de la climatisation est à la charge du locataire sauf mention dans le contrat de location. En revanche, les réparations en cas de panne sont à la charge du propriétaire sauf si l’origine de la panne est un manque d’entretien du locataire.

Un copropriétaire peut-il installer un climatiseur sur son balcon ?

L’installation d’un appareil de climatisation comprenant deux unités dont l’une située à l’extérieur requiert l’autorisation de l’assemblée générale des copropriétaires à la majorité de l’article 25 de la loi n° 65-557 du 10 juillet 1965 fixant le statut de la copropriété des immeubles bâtis, à savoir la majorité des voix de tous les copropriétaires, s’agissant d’une installation qui affecte les parties communes et l’aspect extérieur de l’immeuble.

Si cette majorité de l’article 25 peut paraître difficile à atteindre, il convient toutefois de rappeler qu’il y a toujours la possibilité de prendre une seconde délibération à la majorité de l’article 25-1 (second vote à la majorité de l’article 24, c’est-à-dire à la majorité des copropriétaires présents ou représentés, si le projet a recueilli au moins le tiers de toutes les voix, ou nouvelle assemblée générale dans les trois mois à la majorité de l’article 24 si moins du tiers des voix).

Faute de respecter ces procédures, le copropriétaire pourrait être condamné à remettre le balcon en état à ses frais.