Véhicule électrique : une réponse aux besoins de mobilité de près de 4 Français sur 10

Véhicule électrique
La voiture électrique, une solution de mobilité pour moins polluer...

Les Français sont motivés à passer au véhicule électrique mais ont encore besoin d’être rassurés sur le prix, l’autonomie et les solutions de charge…

 

A l’occasion de la Semaine Européenne de la Mobilité (du 16 au 22 septembre), l’Avere-France et Mobivia ont questionné les Français sur la mobilité électrique.

 

Le véhicule électrique : une offre de mobilité durable reconnue

 

Les Français se disent de mieux en mieux informés sur les solutions de mobilité électrique et 35% d’entre eux envisagent l’acquisition d’une voiture électrique. Ce virage se négocie entre la nécessité d’assurer leur mobilité au quotidien et la préoccupation de préserver l’environnement et la qualité de l’air.

En effet, près de 2 Français sur 5 (39 %) considèrent que le véhicule électrique répond à leur besoin quotidien de mobilité. Aujourd’hui, les Français utilisent moins leur voiture : 58% d’entre eux conduisent leur voiture 4 fois par semaine ou plus. Par ailleurs, les distances quotidiennes parcourues continuent également de baisser : en moyenne 29 kilomètres par jour (contre 31 en 2016).

Les Français s’estiment de mieux en mieux informés sur le prix d’un véhicule électrique mais pas assez sur les infrastructures de recharge et les aides publiques. Et pour le moment, les ventes ne décollent pas, les intentions d’achat sont stables par rapport à 2016 (35%).

Mais pour ceux qui ont déjà essayé un véhicule électrique, cette part monte à plus d’1 Français sur deux ! L’arrivée des véhicules électriques en occasion est un nouveau levier : 64% de ces clients potentiels se disent prêts à acheter sur ce marché du véhicule d’occasion. La première motivation est d’acheter un véhicule électrique à moindre coût (42%), suivie de la possibilité de pouvoir bénéficier d’aides financières (34%) et de réaliser des économies à l’usage (charge et entretien) (26%).

 

Encore trop de points de comparaison avec le véhicule thermique

 

Le passage à l’électrique est encore souvent freiné par des références et réflexes liés aux véhicules diesel et essence classiques. La majorité des Français est freinée par des points de comparaison avec le véhicule thermique.

Ainsi, pour 67%, ils passeraient à l’électrique si le coût d’achat était équivalent à celui d’un véhicule thermique ; ou pour 60% si l’autonomie pouvait aller jusqu’à 500km. Ou encore, pour 57%, s’ils avaient la possibilité de recharger facilement chez eux ou à proximité de leur domicile.

En conclusion, on peut relever que ces chiffres démontrent que les Français ne voient plus le véhicule électrique comme un deuxième véhicule du foyer mais souhaitent dorénavant qu’il puisse remplacer leur véhicule principal thermique dans les mêmes conditions de prix, d’autonomie.

En cela, s’assurer d’un prix compétitif pour le véhicule électrique par rapport aux véhicules thermiques est impératif pour améliorer le déploiement de la mobilité électrique. Par ailleurs, des efforts considérables restent à déployer pour développer les solutions de recharge sur le territoire et promouvoir le dispositif d’aides publiques à l’achat ou à l’usage mises en place au niveau national ou niveau local.


Enquête baromètre Ipsos (réalisée tous les 2 ans depuis 2012) menée Du 22 au 29 août 2018 sur les usages des Français en matière de mobilité – moyens de transport utilisés, distances parcourues – et sur leur opinion et leurs intentions d’achat de véhicules électriques mais aussi de 2 roues électriques auprès d’un échantillon de 1001 personnes, constituant un échantillon représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.