Résilience du marché immobilier en France

Résilience du marché immobilier en France

Les Notaires de France ont publié leur dernière note de conjoncture du marché immobilier. Ils constatent une certaine résilience malgré la crise sanitaire. Les volumes de transactions ont seulement baissé de 2,3 % en un an. Quant au prix, il est en hausse sur tout le territoire avec un taux global de 6,4 %.

Intratone 2021 – Passer au vert
Bannière Uretek à garder

Premiers bilans du marché immobilier

Les circonstances inédites liées à la pandémie marquent l’année 2020. Leurs conséquences sur le marché immobilier restent pourtant minimes. Les transactions sont malgré tout en augmentation depuis septembre 2020. Les notaires établissent le même constat sur les prix appliqués. Ils enregistrent en effet plus d’un million de ventes et de locations malgré l’interruption du marché au printemps. Ils notent également une forte représentation des professions dites intermédiaires.

L’intérêt des Français pour la pierre reste toujours aussi vif

L’intérêt des Français pour la pierre reste toujours aussi vif. Nous disposons effectivement d’une épargne plus importante et nous profitons des baisses de prix dans certaines régions. Paris en constitue le parfait exemple. Le prix des logements anciens passe de 10 850 €/m2 à 10 600 €/m2. Cette différence se déroule entre novembre 2020 et avril 2021. En revanche, les provinces connaissent une bonne dynamique. La ville de Saint-Étienne constitue un cas exceptionnel. La hausse du prix du marché immobilier est de 14 %.

La crise sanitaire détermine le comportement immobilier des acheteurs

L’envie de verdure et d’espace prévaut sur les autres critères d’exigence. Beaucoup d’acquéreurs souhaitent également investir dans une résidence secondaire. Le prix élevé du marché immobilier explique en partie ces choix. Les Français privilégient les biens dans les villes moyennes. En plus du manque de budget, les prêts immobiliers constituent un autre facteur à prendre en compte. Ils ont atteint leur taux le plus bas, à raison de 1,22 % en moyenne. Tous les acheteurs potentiels et solvables ont déjà profité des conjonctures pour souscrire un crédit.

Marché immobilier prix des appartements trim 4 2021

 

Pour le marché immobilier neuf, les principaux indicateurs sont au rouge. Seuls 1377600 logements ont obtenu un permis de construire, soit -16,3 % par rapport à 2019. Quant aux mises en chantier, elles reculent de 11,3 % comparées aux données de 2019. Ces circonstances amorcent un effondrement de la vente de logement neuf.

L’influence de l’étiquette énergie sur le marché immobilier

Le Diagnostic Performance Énergétique (DPE) doit figurer sur toute annonce immobilière. La loi Grenelle II du 12 juillet 2010 décrète cette obligation. Elle est valable tant pour les ventes que pour les locations. Le DPE doit dater de moins de 10 ans. Il informe les acheteurs et les locataires sur la performance environnementale et énergétique du bien immobilier. Il influe également sur la surcote et la décote des prix du marché immobilier.

Par exemple, en Bretagne, les appartements anciens d’étiquette énergie de classe F-G se sont vendus en moyenne 5 % moins cher que ceux de classe D, en 2019. Par ailleurs, les informations erronées engagent la responsabilité du bailleur ou du vendeur. Elle s’applique uniquement en cas de préjudice sur le prix de l’achat ou du loyer.

D’autres critères de choix entrent en considération en raison du peu d’offres de logements. Les acheteurs et les locataires tiennent compte de leurs localisations, leurs natures et leurs périodes de construction.

Importante part des professions intermédiaires parmi les acquéreurs

Les notaires constatent une inégalité de la répartition entre les catégories socioprofessionnelles. La part la plus importante des acquéreurs sur le marché immobilier représente les professions dites intermédiaires. Cela, quel que soit le type de bien concerné : énergivore ou économe. En revanche, les statistiques démontrent une surreprésentation des retraités en termes d’achats de biens économes. A contrario, le pourcentage des ouvriers et employés est plus important parmi les acquéreurs de biens immobiliers énergivores.

marché immobilier - catégorie socioprofessionnelle

 

En ce qui concerne les aides et les avantages fiscaux, leur octroi dépend des plafonds de ressources. Destinées à financer les travaux de rénovation, les aides jouent pourtant un rôle important. Les professions intermédiaires se montrent particulièrement réceptives aux différentes aides et dispositifs fiscaux favorisant la rénovation énergétique des logements. Il faut néanmoins noter que ces professions sont également les plus représentées dans les logements le plus énergivores.

Guide des Pros 2021 (728×150)
Boutique en ligne – nouveauté vidéo et support (728×150)
Chaîne Youtube (728×150)
Jurisprudences 2020 728×150