Rénovation énergétique : premières études de l’observatoire national

Rénovation énergétique : premières études de l’observatoire national

L’Observatoire national de la rénovation énergétique (ONRE) livre les résultats de ses premières études. Ainsi, on apprend que 2.1 millions de logements collectifs et maisons individuelles sont rénovés avec une aide, soit 7 % du parc. Alors que par ailleurs, 4,8 millions de logements seraient très énergivores (étiquettes F et G).

En savoir plus sur l’observatoire national de la rénovation énergétique

Le Commissariat général au développement durable (CGDD) pilote cet observatoire lancé en septembre 2019. Il a pour mission d’améliorer la connaissance relative à la rénovation énergétique de l’ensemble des bâtiments résidentiels et tertiaires.

Inscription NL MI 728×150

L’ONRE a à sa tête un comité des partenaires qui compte 25 membres de tous horizons. Leur mission consiste observer et analyser la rénovation énergétique des bâtiments au niveau national. En cela, ils suivent les études en cours, les résultats obtenus et formulent des propositions de nouvelles études à mener.

L’ONRE produit des données statistiques et des analyses visant à :

  • caractériser l’état du parc de logements au regard des classes de consommation énergétique ;
  • analyser l’évolution des consommations d’énergie des bâtiments ;
  • définir les caractéristiques de la rénovation énergétique : types de travaux, logements et ménages concernés, économies d’énergie associées ;
  • suivre les dispositifs de soutien public à la rénovation et étudier leur efficacité.

État du parc de logements par classe de consommation énergétique

Les enjeux liés à la rénovation énergétique nécessitent de disposer d’une bonne connaissance de la consommation énergétique des logements. À cette fin, l’ONRE a produit, pour l’année 2018, une étude qui présente une photographie de l’état du parc de logements par classe de consommation énergétique.

L’observation a mis en œuvre une méthode d’estimation qui exploite les données des diagnostics de performance énergétique (DPE), collectées par l’Ademe. Toutefois, pour s’assurer d’une meilleure représentation du parc de logement, il est nécessaire de redresser ces données. Aussi, on s’appuie sur les sources fiscales et le recensement de la population. De plus, d’autres paramètres viennent s’ajouter pour les logements construits avant 1948. Car, il faut tenir compte de possibles écarts engendrés par le calcul du DPE à partir des factures.

Au total, au 1er janvier 2018, 29 millions de résidences principales soit 6,6 % du parc seraient peu énergivores (étiquettes A et B).

À l’opposé, environ 4,8 millions de logements soit près de 17 % du parc seraient très énergivores (étiquettes F et G).

À noter, la date de construction du logement, sa taille, sa localisation, le caractère individuel ou collectif de l’habitat et le statut d’occupation figurent parmi les caractéristiques influant sur les performances énergétiques.

Répartition des DPE - rénovation énergétique du par c de logement
Source : https://www.statistiques.developpement-durable.gouv.fr/

 

En effet, L’énergie de chauffage joue un rôle majeur d’autant plus qu’en 2018, le DPE se mesure en énergie primaire. Ainsi, les logements équipés d’un chauffage électrique sont surreprésentés parmi les logements très énergivores. C’est pourquoi, la réforme du DPE, devrait redistribuer la répartition des logements au sein de l’échelle des performances énergétiques.

Les productions de l’ONRE en matière de rénovation énergétique

Les premières publications de l’ONRE se composent de deux dossiers :

  • L’enquête sur les travaux de rénovation énergétique dans les maisons individuelles (Tremi) 2020. Elle porte sur les travaux réalisés en maison individuelle entre 2017 et 2019.
  • Les données relatives aux principales aides à la rénovation sur la période de 2016 à 2019. On y retrouve : le crédit d’impôt pour la transition énergétique (CITE), les certificats d’économies d’énergie (CEE) ainsi que les aides Habiter mieux (HM) de l’Agence nationale pour l’habitat (Anah).
rénovation énergétique en 2019

 

L’analyse combinée de ces deux ensembles de données permet de dresser le panorama de la rénovation énergétique en France le plus complet à ce jour. Toutefois, on peut regretter qu’elle ne soit pas exhaustive. Puisqu’il n’est pas fait mention des rénovations en habitat collectif ou encore de celles n’ayant bénéficié d’aucune aide.

Guide des Pros 2021 (728×150)
Boutique en ligne – nouveauté vidéo et support (728×150)
Chaîne Youtube (728×150)
Jurisprudences 2020 728×150
Inscription Ateliers juridiques 2021 – 2022 (728×150)
Bonnes vacances 2021