Aller au contenu

Rénovation

Rénovation énergétique : interview de Christophe Dujardin, IDF Energies

4 questions à Christophe Dujardin, président du directoire chez IDF Énergies. Il évoque les particularités d’une société de tiers financement et les enjeux de la rénovation énergétique en copropriété.

Comment définir IDF Energies en quelques mots ?

Je représente IDF Énergies, une société créée en 2013 pour faire de la rénovation énergétique en copropriété. C’est vraiment notre spécialité. On intervient sur l’ensemble des étapes : de l’audit jusqu’au suivi et la réception des travaux. D’ailleurs, c’est le cœur du dispositif qui consiste en la conception d’un programme de travaux.

Nous offrons toute la palette nécessaire en termes d’études, qu’elles soient architecturales ou thermiques. En effet, nous réalisons par la suite des calculs d’économie d’énergie après travaux. Aussi, nous étudions aussi bien ce qui concerne les fluides, le chauffage ou la ventilation.

Enfin, le volet ingénierie financière est extrêmement important. Notre objectif, est que chaque copropriétaire, au moment des travaux, sache exactement à quoi il s’engage sur le plan financier. Aussi, on va l’accompagner et chercher des aides. Pour cela, on réalise des simulations individuelles de financement des travaux qui intègrent aussi la possibilité d’un emprunt. En effet, IDF Énergies est une société dite de “tiers financement”, la seule en Ile-de-France. On est ce que l’on appelle une société d’économie mixte à fort capital public.

Qu’est-ce qu’un tiers financeur ?

Il faut savoir que dans le cadre du financement des travaux, il y a deux prêts que l’on peut mobiliser. Citons, le prêt à taux zéro associé aux travaux dits d’efficacité énergétique en copropriété. Puis, le prêt complémentaire peut être utile pour les travaux d’embellissement que nous menons en parallèle.

En général, on profite de ces travaux de rénovation énergétique pour apporter des améliorations et pourquoi pas “relooker” la copropriété. Aussi, on sera amené à pallier toutes les pathologies et répondre aux besoins particuliers de la copropriété.

En effet, IDF Énergies a cette particularité de pouvoir prêter directement aux copropriétés et aux copropriétaires avec des fonds que nous recevons de la Banque européenne d’investissement. Aussi, notre accompagnement est complet puisque les copropriétés ne sont pas obligées d’aller voir une banque.




Pour autant, nous n’avons rien contre les banques qui proposent des prêts aux copropriétés. D’ailleurs, on peut citer la Caisse d’Épargne Ile-de-France et Domofinance qui sont deux banques spécialisées sur ce type de financement.

De notre côté, nous avons un avantage dans la mesure où l’on couvre aussi bien la maîtrise technique et financière du projet. En effet, le fait de mener toutes les études

depuis l’origine, nous donne plus de souplesse pour le financer, notamment en termes de rapidité.

On préfinance les aides qui s’appliquent à la rénovation énergétique en copropriété

De plus, il faut savoir que l’on préfinance les aides comme MaPrimeRénov’. Puisque les aides actuelles ou encore les primes des certificats d’économie d’énergie sont versés après les travaux. Or, les copropriétés en ont besoin pour payer les entreprises. C’est pourquoi, chez IDF Énergies, on propose un contrat sur une courte période, de deux ou trois ans, pour avancer ces aides. Par la suite, la copropriété nous rembourse dès qu’elle reçoit les aides des organismes attributaires de l’Anah.

On comprend aussi pourquoi la puissance publique a mis 10 millions d’euros au capital de la société pour faciliter la rénovation énergétique en copropriété. En effetn ces travaux représentent des investissements de plusieurs millions d’euros. Certes, ce n’est pas au quotidien, mais tous les quinze ans ou tous les 20 ans !

Un bilan de l’année 2021 ?

Avec le confinement, on a été très inquiets, comme d’autres acteurs économiques. Pour autant, on a été surpris par l’intérêt accru des copropriétaires pour le confort de leur logement. Le fait est que l’on a reçu beaucoup de demandes d’études de conception sur cette période. Or, ces dernières mènent généralement aux travaux.

Ensuite, au 1?? janvier 2021, l’arrivée de MaPrimeRénov’ a simplifié les aides. Cette démarche améliorée a aussi permis d’accélérer les demandes de rénovation énergétique.

En 2021, on a réalisé des études pour environ 3000 logements. Deux fois plus que nos objectifs annuels !

Donc, en 2021, on a réalisé des études pour environ 3000 logements. Deux fois plus que nos objectifs annuels ! Précisons, qu’en moyenne, les copropriétés que nous accompagnons représentent une centaine de lots. Puisque rappelons-le, nous intervenons à partir de 50 lots.

Toutefois, nous avons rencontré des difficultés pour le vote des travaux. Du fait, de l’impossibilité de réunir les copropriétaires en assemblée générale. Il faut dire que le vote des travaux en visioconférence ou par correspondance n’a pas remplacé l’AG en présentiel. Certes, nous avons pu réaliser des études pour quelques dizaines de milliers d’euros. Mais, pour les travaux, les conseils syndicaux ont préféré attendre !

C’est pourquoi, on a redémarré seulement, en septembre dernier, le vote des travaux. Dans le cadre du tiers financement, on a accordé deux prêts à deux copropriétés. Une dans le 15? arrondissement, rue du Cotentin et une à Saint-Germain-en-Laye. Ce qui représente un peu plus d’un million d’euros de prêts effectués. D’ailleurs, celui de Saint-Germain se termine.

Pour résumer, notre activité a fortement augmenté en 2021. Et, cela se poursuit en 2022. En effet, la conjoncture géopolitique influe réellement sur le prix de l’énergie. Sans compter avec les questions de climat et les rapports du GIEC qui sont de plus en plus alarmants. La raison d’être d’IDF Énergies et des autres acteurs de la rénovation énergétique n’a jamais eu autant de sens !

Est-ce que vous pouvez rassurer les copropriétaires sur le maintien des financements des travaux de rénovation énergétique ?

MaPrimeRénov’, a démarré le 1?? janvier 2021 pour une durée de deux ans dans le cadre du plan de relance lié à la crise sanitaire. On est donc assuré de bénéficier de cette aide jusqu’à la fin de l’année 2022. C’est sécurisé jusqu’au 31 décembre 2022, par la suite, nul ne sait si ce seront les mêmes aides, ou si elles seront modifiées.

Il est prévu que ce dispositif soit reconduit sous la même forme ou peut être un peu amélioré, parce qu’il y a toujours des choses à améliorer. Je pense qu’il y aura, sauf catastrophe électorale, une pérennité de ces aides.

Le problème des copropriétés, c’est que compte tenu des temps d’étude, elles courent toujours un peu après les aides. Quant à la loi climat et résilience, il y a des contraintes. Puisque l’on est en même temps sur des aides, quelque chose d’incitatif, mais également sur des mesures coercitives. On commence à empêcher la location ou l’augmentation des loyers pour les logements les plus énergivores, classes F et G. Pour autant, en copropriété, pour un DPE réalisé au niveau de l’immeuble, on recense peu de passoires thermiques. D’ailleurs, sur les 80 copropriétés que l’on a accompagnées, on a dû en avoir deux ou trois en classe F et G. Ce qui est complétement différent en maisons individuelles.

C’est la compacité de l’immeuble qui fait qu’il y a moins de passoires thermiques

En effet, c’est la compacité de l’immeuble qui fait qu’il y a moins de passoires thermiques même s’il y en a. En revanche, comme maintenant, le DPE porte sur le logement, certains logements au dernier étage et en pignon se retrouvent parfois avec l’étiquette F et G. De fait, le copropriétaire est en difficulté si son bien perd de la valeur. Aussi, on peut envisager des copropriétaires qui seraient en difficulté par rapport à cette nouvelle loi, alors que la copropriété dans son ensemble ne serait pas forcément concernée.

Or, l’essentiel des travaux concerne toute la copropriété : isolation des façades, des toitures, des planchers bas, etc. Ce sont des travaux qui doivent être décidés au niveau de la copropriété. Ça, c’est certain !

Comment vous voyez l’avenir ? Quels sont les enjeux de la rénovation énergétique pour 2022 ?

Je pense que l’avenir va être très favorable à la rénovation énergétique pour plusieurs raisons. D’abord, parce qu’il est fort probable que les aides soient renouvelées. Ensuite, parce que le prix de l’énergie va continuer à augmenter.

Les copropriétaires vont avoir probablement des réveils assez douloureux. Les copropriétés font des appels de charges, elles anticipent les dépenses, notamment les dépenses d’énergie. Avec les prix qui flambent régulièrement, il va y avoir des régularisations de charges qui vont être débitrices. C’est-à-dire qu’il y a des copropriétaires qui vont devoir remettre au pot pour pouvoir payer leurs factures.

Cette situation va interpeller les copropriétés et les copropriétaires qui vont se dire : “ On pensait faire les travaux de ravalement et d’isolation dans deux ou trois ans. Mais, on va anticiper parce que ça ne peut pas continuer comme cela.”

Nous menons des réflexions avec nos ingénieurs thermicien sur des alternatives aux chaudières au gaz

Nous menons des réflexions avec nos ingénieurs thermicien sur des alternatives aux chaudières au gaz, notamment avec les pompes à chaleur. Or, il y a peu d’expérience en matière collective, en bâtiments collectifs.

Il existe aujourd’hui des acteurs comme IDF Énergies qui sont là pour accompagner les copropriétés sur des projets à court ou long terme. Parfois, il faudra quatre ou cinq ans avant la réalisation effective des travaux.

Aussi, il faut être aux côtés des conseils syndicaux et des syndics pour gérer avec eux le projet. Nous sommes là pour les rassurer, pour leur apporter plusieurs scénarios de travaux. Il n’est pas question d’imposer quoi que ce soit en copropriété.

rénovation énergétique avec IDF Energies

 

Ce sont les copropriétaires qui choisissent en fonction des scénarios de travaux plus ou moins ambitieux qu’on leur propose. IDF Énergies est là pour les accompagner tout au long de ce chemin parfois semé d’embûches… Mais, lorsque que les travaux sont réalisés, la satisfaction est grande. Les premiers retours sont extrêmement positifs. En particulier sur la question du confort et des économies d’énergie.

nv-author-image

Isabelle DAHAN

Rédactrice en chef de Monimmeuble.com. Isabelle DAHAN est consultante dans les domaines de l'Internet et du Marketing immobilier depuis 10 ans. Elle est membre fondatrice de la Fédération Française de l'Immobilier sur Internet (F.F.2.I.) www.ff2i.org et membre de l’AJIBAT www.ajibat.com, l’association des journalistes de l'habitat et de la ville. Elle a créé le site www.monimmeuble.com en avril 2000.

Laisser un commentaire