Aller au contenu

Patrimoine

Patrimoine immobilier : comment diversifier ses investissements ?

Florent Xuereb - Izihome

Florent Xuereb cofondateur de l’agence izihome, partage quelques conseils pour construire une stratégie efficace en matière d’investissements immobiliers. En ces temps d’incertitude, il est important de faire les bons choix pour se constituer un patrimoine immobilier. La clé pour réussir ? La diversification, comme pour n’importe quel investissement !

Patrimoine immobilier : comment faire les bons choix ?

Malgré la hausse des taux, les investissements immobiliers ont plus que jamais la cote. En effet, ils représentent une valeur refuge. Par ailleurs, ces investissements sont aussi facilités par de nombreuses startups qui simplifient l’accès à l’investissement locatif et à sa gestion.

Patrimoine immobilier

Une règle d’or : se méfier des promesses trop belles pour être vraies

Attention cependant à faire preuve de vigilance quant à la qualité du prestataire qui va vous accompagner pour la constitution de votre patrimoine immobilier. En gardant toujours à l’esprit une règle d’or : se méfier des promesses trop belles pour être vraies.

En effet, beaucoup de professionnels font miroiter des rendements importants pour gagner des clients. Nous constatons quotidiennement que ces techniques vieilles comme le monde fonctionnent encore très bien. Voici quelques conseils pour construire une réelle stratégie pour son patrimoine immobilier.

La location saisonnière : la « star » du patrimoine immobilier

Elle est souvent privilégiée dans la constitution d’un patrimoine immobilier. Elle attire des investisseurs à la recherche d’un rendement très élevé ou qui redoutent une protection des locataires trop importante. On pense alors aux loyers impayés, procédures longues et couteuses ou mauvais entretien du logement, etc.

En effet, les avantages sont nombreux. Le rendement potentiel est très élevé. De plus, cela offre une grande flexibilité pour récupérer le logement quand on le souhaite. Pour autant, ce type de location peut fluctuer en raison de la conjoncture. La crise du covid l’a démontré. de plus, la réglementation est extrêmement restrictive dans la plupart des villes de France.

Enfin, la location de courte durée entraine une usure et une dégradation du logement plus rapide. Sans oublier, les charges beaucoup plus élevées : check in/check out, ménages, blanchisserie, électricité, internet, taxe d’habitation, etc.

Avoir un logement en location saisonnière dans son patrimoine immobilier offre une promesse de rendement élevé. Mais, à cause de la réglementation, ce type d’investissement est limité dans la plupart des villes touristiques (Paris, Nice, Bordeaux, Marseille…). C’est pourquoi, on choisira des appartements “atypiques” ou qui ne répondent pas aux critères d’une habitation classique. D’autant plus qu’il sera possible d’obtenir un meilleur prix à l’achat pour booster sa rentabilité.

La location étudiante : un investissement en perte de vitesse

Longtemps plébiscitée, la location étudiante a pris un peu de plomb dans l’aile. Pour réaliser des stages en entreprise, les étudiants quittent leur logement entre février et avril. L’avantage certain est que le loyer est payé par les parents qui ont provisionné la dépense et qui veulent que leur enfant soit bien logé. Inconvénients.

Toutefois, la vacance locative est plus importante pendant l’été si l’étudiant part en avril et que le suivant n’arrive qu’en septembre. Ainsi, le choix gagnant en matière de patrimoine immobilier peut consister à combiner location étudiante durant l’année et location saisonnière l’été. D’ailleurs, certaines villes comme Aix-en-Provence, Antibes ou Nice en ont fait une spécialité. On bénéficiera alors d’un revenu toute l’année, et d’un pic de recettes à la haute saison.

Colocation/Coliving : la grosse tendance des 5 dernières années

Le coliving est une vraie révolution pour certains, une colocation améliorée pour d’autres… Bien géré, il représente une source de rendement élevé. Le cas échéant, ce sera un désastre aussi bien au niveau de la rentabilité que du logement.

En effet, son rendement est plus élevé qu’une location classique (+10 à 30%). Ce type d’investissement cible les grands logements habituellement exclus des stratégies d’investissement. La rotation et l’usage commun du salon, de la cuisine ou de la salle de bains entrainent des dégradations.

Le bien en coliving doit absolument avoir une localisation centrale et/ou proche des transports en commun. Devant l’offre qui explose, les prestations doivent être de qualité afin d’attirer les meilleurs profils.

Location meublée longue durée : la méthode la plus traditionnelle

Ce type de location continue d’être choisie par un grand nombre de propriétaires qui souhaitent développer leur patrimoine immobilier. Puisque sa fiscalité reste très avantageuse.

Ainsi, on obtiendra un revenu stable sur du long terme tout en maitrisant l’usure du logement. Toutefois, on fera face à une protection très forte des locataires. Notons que la réglementation se renforce et limite l’augmentation des loyers tout en obligeant à la réalisation de travaux de performance énergétique.

En conclusion, avoir un bon positionnement et une offre qualitative procurera un bon rendement. Mais, surtout, cela permet de choisir les meilleurs locataires. Ce paramètre est probablement le plus important dans la location traditionnelle. Tant la gestion d’un « mauvais locataire » peut avoir des conséquences catastrophiques.

nv-author-image

Isabelle DAHAN

Rédactrice en chef de Monimmeuble.com. Isabelle DAHAN est consultante dans les domaines de l'Internet et du Marketing immobilier depuis 10 ans. Elle est membre de l’AJIBAT www.ajibat.com, l’association des journalistes de l'habitat et de la ville. Elle a créé le site www.monimmeuble.com en avril 2000.

Laisser un commentaire