Le marché de la rénovation parisienne est-il impacté par la crise sanitaire ?

Le marché de la rénovation parisienne est-il impacté par la crise sanitaire ?

L’Agence Parisienne du Climat accompagne les copropriétés de la capitale dans leurs projets énergétiques en fédérant les professionnels du secteur. À Paris, depuis le début de la crise sanitaire, le marché de la rénovation des immeubles tourne au ralenti. Cependant, le confinement semble mener à une prise conscience sur l’importance du confort dans nos logements.

Le marché de la rénovation en copropriété

À l’occasion, l’Agence Parisienne du Climat (APC) a interrogé les institutions, entreprises et fédérations professionnelles concernées par la crise sanitaire. Les impacts sur l’activité des professionnels de la rénovation sont bien présents. Dès lors, ces échanges nous permettent d’identifier les problématiques rencontrées sur le marché de la rénovation. Quelles sont les bonnes pratiques à mettre en place pour cette reprise inédite qui fait face au contexte sanitaire ?

Les Copros Vertes (FNAIM)
URMET 2020 – Bannière 1
Les Copros Vertes (CERQUAL)
Boutique en ligne – nouveauté vidéo et support
Semaine Réno Copro

D’après Alexandre Nicourt, responsable des activités de l’Agence Parisienne du Climat, le confinement va entraîner des retards. À savoir que le décalage des Assemblées Générales en septembre 2020 repoussera surement de nombreux projets d’audit et de travaux. De plus, l’activité d’accompagnement des copropriétés sera elle aussi touchée. Malgré la situation sanitaire, l’agence met tout en œuvre pour venir en aide aux copropriétés et les soutenir dans leurs projets.

Giovanni Monti, Président de la société Fulgoni, nous rappelle d’ailleurs que les travaux en chaufferie d’immeubles sont encore possibles. En effet, ces interventions ne nécessitent aucune proximité physique avec autrui et respectent donc les mesures sanitaires. Les travaux privatifs et les grands chantiers sont quant à eux, à l’arrêt pour le moment.

Ce que le confinement va changer

En revanche, Julien Garnier, membre de la Fédération CINOV, note des inquiétudes quant au niveau d’activité des bureaux d’études et de conseil. En effet, l’activité souffre actuellement d’un très faible taux de consultations.

Audits, suivis de chantiers, réunions de mise au point, réunions clients ont été stoppés dès le début du confinement. Ces postes représentent une part importante de l’activité et donc un report de chiffres d’affaires pour les bureaux d’études et entreprises de travaux.

Par contre, Vincent Vanel, autre membre de la Fédération CINOV, remarque un développement des missions de végétalisations dans les bâtiments. Ainsi que dans l’aménagement de jardins nourriciers sur les terrasses. Ainsi, le marché de la rénovation suscite de nouvelles demandes.

“ Les citoyens ont compris qu’il était aujourd’hui indispensable de reprendre la main sur leur autonomie et sur leur résilience face aux événements extérieurs. ”

Pour éviter l’engorgement prévu d’ici quelques mois, Fabien Gantois, Vice-président de l’Ordre des architectes d’Île-de-France, mise sur une reprise en deux étapes. À savoir : la mise à jour des plans de charges avec les maîtres d’ouvrages. Puis, l’anticipation des opérations réalisées en amont. Il faut à tout prix éviter l’engorgement à prévoir dans quelques mois.

Les aides financières toujours disponibles

Comme indiqué par Antoine Gueguen, Chef de projet chez Éco-Rénovons Paris, l’activité des opérateurs est maintenue. Ainsi, les décisions sont prises selon le calendrier habituel. Sur ce point, il n’y a donc pas d’inquiétude, l’instance décisionnaire sur les demandes de financement est bien opérationnelle.

De même, à la Direction Régionale et Interdépartementale de l’Hébergement et du Logement (DRIHL), tous les agents sont en télétravail. Aussi, toutes les tâches réalisables à distance sont accomplies. En ce qui concerne les aides de l’Anah : les copropriétés disposent d’un délai supplémentaire. Dès la fin du confinement, les copropriétés pourront effectuer la demande de paiement de l’aide attribuée.

La ville de Paris procède à l’identification de tous les sujets pouvant être traités de façon dématérialisée. Estelle Baron, directrice des projets chez Soliha, recense l’ensemble des projets de rénovation ralentis ou stoppés par la crise. Dans certains cas, il s’agit d’un report de décision et donc du décalage de l’Assemblée Général. Dans d’autres situations, on observe un décalage de la fin d’un chantier et donc du délai de solde de subvention. En ce qui concerne le marché de la rénovation et ses projets : la Ville de Paris et l’Anah réfléchissent à l’identification des problèmes pour y apporter des solutions.

À savoir que MaPrimeRénov’ développe actuellement ses prochaines fonctionnalités, dont la fonction mandataire. Son objectif est de permettre aux entreprises d’organiser les démarches administratives auprès de l’Anah à la place de leur client. C’est une avancée considérable qui va accélérer la massification des travaux de rénovation.

“ Dès la reprise de l’activité BTP, l’Anah sera pleinement opérationnelle pour traiter une potentielle vague de demandes. ” – Florian Vaujany, Chargé de mission à l’Anah.

Marché de la rénovation et activité des syndics de copropriété

Les chargés de missions copropriétés de l’Agence Parisienne du Climat échangent régulièrement avec les référents des copropriétés et les syndics. En effet, afin de préparer les prochaines échéances, il est important de lancer l’audit global et la mobilisation de l’aide de la Ville de Paris, de convoquer l’Assemblée Générale

La bonne nouvelle, c’est que le confinement a permis de mettre en valeur l’importance du confort et des performances énergétiques au sein de son logement. Cela, même si les considérations économiques des copropriétaires restent décisives pour lancement de tels projets.

Les syndics témoignent de leur difficulté à poursuivre les projets de rénovation énergétique. Retard au démarrage, retard dans le traitement des dossiers de financement… Ici, le marché de la rénovation semble être mis à mal.

“ Face au flou actuel concernant l’impact de la crise, plusieurs copropriétés ont d’ailleurs déjà modifié le contenu de l’ordre du jour de leur Assemblée Générale pour ne proposer que des travaux absolument nécessaires. ” – Anthony Carle, Président d’Atrium Gestion.

Le coup de pouce du chèque audit de 5 000 €

À noter, la Ville de Paris met en place une subvention exceptionnelle de 5 000 € à destination des copropriétés qui souhaitent réaliser un audit global de leur habitation.

Pour obtenir cette aide, les copropriétaires parisiens sont invités à prendre contact avec un conseiller de l’Agence Parisienne du Climat, unique interlocuteur pour en bénéficier. Pour en savoir plus : 01 58 51 90 20 | info-conseil@apc-paris.com

Guide des Pros 2020 (728×150)
Boutique en ligne – nouveauté vidéo et support