Impôt sur le revenu en 2018 : Qui seront les gagnants et les perdants ?

Impôt sur le revenu en 2018 : Qui seront les gagnants et les perdants ?
www.grisbee.fr

Afin d’étudier l’évolution de l’impôt sur le revenu en 2018, Grisbee, coach financier nouvelle génération, a analysé l’imposition de plusieurs profils de contribuables. S’il y a peu de changements notables par rapport à 2017, on observe toutefois une hausse de la fiscalité qui touche les revenus fonciers ou encore les plus-values mobilières.

Globalement, entre 2012 et 2018, le matraquage fiscal ressenti par les Français n’a pas été corrigé. Sous François Hollande, les salariés les moins aisés ont vu leur impôt diminuer grâce à la suppression de la première tranche d’imposition, à la refonte de la décote et à la mise en place de la réduction d’impôt de 20%.

En revanche, pour les contribuables les mieux payés, les familles ou les retraités, la hausse d’impôt consécutive aux premières mesures de François Hollande ne s’inverse pas. Ces contribuables subissent toujours de plein fouet la baisse du quotient familial et l’alignement de la fiscalité du capital sur celle du travail.

« L’augmentation des impôts entre 2012 et 2018 peut ainsi atteindre 15 à 19%, en fonction des profils observés. Mais la situation devrait évoluer en 2019 avec la flat tax de 30%, en vigueur depuis le début de l’année… », Commente Maxime Camus, Directeur Général de Grisbee.

Parmi les profils étudiés, la grande perdante est une retraitée qui a perçu 18.000 euros de pension retraite et 12.000 euros de revenus locatifs en 2017 et qui verra son impôt augmenter de 3% en 2018 compte tenu de la hausse de la CSG.

Pour les autres profils étudiés l’impôt va stagner voire même baisser en 2018. Citons le cas d’un couple avec 2 enfants qui touche 50.000 euros et qui verra son imposition diminuer de 7%, car il sera davantage éligible à la décote et à la réduction d’impôt de 20% du fait de cette revalorisation.

Notons qu’en 2018, les Français vont découvrir le taux d’impôt qui leur sera appliqué en 2019 avec la mise en place du prélèvement à la source. « La réforme interroge beaucoup les Français, à la fois concernant le déroulement de l’année fiscale 2019, mais également compte tenu de l’année « blanche » qui touche les revenus dès cette année et dont le mécanisme est loin d’être simple », indique Maxime Camus.

Source : www.grisbee.fr