Humidité des murs en copropriété : quelles sont les solutions ?

Humidité des murs en copropriété : quelles sont les solutions ?

Face à un problème d’humidité des murs en copropriété, vous avez un doute sur la décision à prendre ? Quelles solutions adopter ? Lisez ce guide pour mieux comprendre cette problématique, notamment sa manifestation et ses conséquences sur le bâtiment et la santé. Découvrez la procédure à suivre pour détecter, prévenir et résoudre l’humidité dans un immeuble.

Intratone 2021 – Passer au vert
Bannière Uretek à garder

Humidité des murs en copropriété : les signes

Comment reconnaître un problème d’humidité en copropriété ? Vous pouvez constater quelques signes de cette humidité dans votre immeuble, en l’occurrence, l’apparition de :

  • peintures écaillées ;
  • papiers peints gondolants ;
  • plinthes qui se déforment ;
  • tâches d’eau sur les murs ;
  • moisissures ;
  • l’humidité sur les textiles ;
  • la condensation d’eau sur les ouvertures.

Dans un logement humide, vous pouvez aussi sentir une odeur de terre ou de moisi. En effet, les moisissures dégagent des composés organiques volatils microbiens polluant l’air intérieur d’une pièce à vivre.

Humidité des murs : les conséquences sur le bâti

L’humidité favorise la prolifération des lichens, des algues et des mousses sur votre toiture, vos sols et vos façades. De sorte que des racines microscopiques de ces végétaux transpercent les matériaux de construction de votre bâtiment. Ce phénomène favorise les infiltrations d’eau et nuit à l’étanchéité de l’immeuble.

Autrement dit, si vous tardez à prendre une décision pour réduire l’humidité, la solidité de votre bâtiment peut être altérée. En effet, lorsque des fissures apparaissent et que les joints du bâti se fragilisent, la structure de votre immeuble est déstabilisée. Dans ce cas, votre bien perd significativement de sa valeur.

De même, l’humidité des murs a un impact sur les parties en bois de votre copropriété : les planchers, plinthes, plafonds, la charpente, etc. Elle favorise le développement des parasites qui dévorent le bois. Il peut s’agir des champignons lignivores ou des insectes xylophages.

Humidité sur les murs : les conséquences dans les parties privatives

Dans l’hypothèse où logements restent humides sur une longue période, des traces de moisissures de couleur verdâtre ou noire apparaîtront. Car, ce désagrément est dû à la prolifération de micro-organismes et de végétaux microscopiques sur les murs, les sols ou les plafonds humides. Ces tâches sont souvent accompagnées de salissures qui nuisent à l’esthétique et à l’hygiène de vos logements à louer. De plus, les parois intérieures de votre immeuble peuvent rapidement se dégrader.

L’humidité des murs entraine des cloques sous la peinture qui se craque, des papiers peints qui se détachent ou des enduits qui s’effritent. Cette insalubrité rendra difficile la vente ou la mise en location de votre appartement.

Humidité des murs : les risques sur la santé

L’humidité en copropriété présente de nombreux risques pour la santé de ses occupants. Lorsque l’hygrométrie dans une habitation est trop élevée, de nombreuses bactéries peuvent s’y développer et les risques de pathologies sont importants.

Par exemple, vos tissus d’ameublement pourront être infestés d’acariens qui se reproduisent favorablement dans des endroits humides. Ces insectes microscopiques pourront causer des allergies.

De même, l’humidité favorise certains troubles respiratoires, tels que l’asthme, la bronchite et les allergies respiratoires. De plus, l’air intérieur trop humide et insalubre nuira au bien-être des occupants de votre immeuble.

Humidité des murs : des moyens pour la détecter

Dans le cadre d’un projet de réduction de l’humidité dans un immeuble, faites appel à un professionnel pour effectuer un diagnostic. Cette opération permet de connaître la cause de l’humidité et d’identifier les bonnes solutions à prendre.

Humidité des murs

 

En effet, les causes principales de l’humidité en copropriété sont les dégâts des eaux liés à des fuites ou des infiltrations d’eau. Tout comme, les remontées capillaires et la condensation liée à l’activité humaine.

Les remontées capillaires

Lorsque des remontées capillaires se manifestent dans votre immeuble, vous détecterez des traces dans les angles, derrière les plinthes et/ou sur la partie basse des murs. Ce type d’humidité peut affecter les murs intérieurs sans atteindre les parois extérieures d’où viennent les problèmes.

Les dégâts des eaux

Quant aux dégâts des eaux, ils sont facilement reconnaissables par des cloques formées au plafond, des taches sur les murs et des revêtements qui se dégradent. Si les traces d’humidité apparaissent au plafond d’un logement du dernier étage, il s’agit d’un souci d’étanchéité au niveau de la toiture. Lorsque les signes se manifestent dans les autres étages, il est essentiel de vérifier la présence d’une fuite d’eau sur les canalisations.

La condensation

L’humidité liée à de la condensation est reconnaissable par la présence de buée sur les vitres des fenêtres. Les occupants du logement remarquent aussi l’insalubrité de l’air ambiant au quotidien. On peut d’ailleurs constater l’apparition des champignons sur les murs ou d’autres signes tels que les tissus d’ameublement humides. À l’aide d’un hygromètre, vous pouvez mesurer le taux d’humidité de l’air ambiant de votre appartement. Selon la norme NF EN ISO 7730, le taux d’humidité idéal se situe entre 30 % et 70 %.

Humidité des murs : les bons gestes à adopter

Les occupants doivent changer certaines habitudes et adopter certains bons gestes pour lutter contre l’humidité en copropriété :

  • nettoyer régulièrement la grille de ventilation et les bouches d’extraction ;
  • changer les filtres de la VMC double flux tous les ans ;
  • éviter de faire sécher du linge à l’intérieur d’une pièce fermée ;
  • vérifier régulièrement les pourtours des fenêtres, des éviers et des douches favorables à la prolifération de moisissures ;
  • utiliser une hotte pour limiter la condensation due à la vapeur d’eau de la cuisine ;
  • aérer les pièces au moins dix minutes par jour, matin et soir.

Servez-vous d’un absorbeur d’humidité pour déshumidifier l’air dans une pièce. C’est juste une solution temporaire, mais il est important de résoudre le problème à son origine.

Quels traitements ? Quels travaux ?

Si l’humidité est liée à une fuite d’eau sur une canalisation, vous devrez contacter un plombier qui se chargera de détecter l’origine de ce problème. Espérons qu’il pourra réparer la fuite. Si elle est due à des infiltrations d’eau de pluie, appelez un couvreur. Il sera en mesure de vérifier et de corriger l’étanchéité de votre toiture.

En cas de remontées capillaires, vous devrez réaliser des injections. Ce procédé permet d’arrêter la montée de l’humidité dans les murs. En plus des injections, vous pourrez apporter une protection supplémentaire aux murs en les repeignant avec une peinture anti-humidité.

Pour les problèmes d’humidité liés à de la condensation, vous avez quelques solutions possibles. Notamment l’utilisation d’un déshumidificateur ou d’un absorbeur, l’installation d’une VMC et la rénovation de l’isolation. Afin d’éliminer les moisissures, réalisez un traitement par des agents chimiques efficaces, tels que l’eau de Javel.

Qui doit payer ?

Un diagnostic est obligatoire, afin de déterminer l’ampleur des problèmes d’humidité dans la copropriété et de définir les responsabilités du syndic et des copropriétaires. La réunion de l’assemblée générale aura lieu, une fois que le rapport du diagnostic est remis par l’expert.

Si les problèmes d’humidité touchent les parties communes et les murs structuraux de l’immeuble, le syndic et l’assemblée générale décident de la solution à prendre et du budget à allouer aux travaux.

S’ils concernent uniquement un copropriétaire, celui-ci prend en charge entièrement les travaux nécessaires pour y remédier. Dans ce cas, la cause de l’humidité peut être un souci d’isolation, de chauffage ou de ventilation dans un appartement.

Conclusion

Les problèmes d’humidité se remarquent facilement par des signes, tels que le décollement des revêtements muraux, l’apparition des taches de moisissures, etc. Ils sont néfastes pour votre immeuble et pour la santé de ses occupants (troubles respiratoires, allergies…). Si l’humidité en copropriété se présente, il est indispensable d’effectuer un diagnostic et de convoquer l’assemblée générale, afin de trouver la meilleure solution pour assainir au plus vite la copropriété.

Guide des Pros 2021 (728×150)
Boutique en ligne – nouveauté vidéo et support (728×150)
Chaîne Youtube (728×150)
Jurisprudences 2020 728×150