Aller au contenu

Energie

Gaz renouvelables : une alternative à faible intensité de carbone

gaz renouvelables - GRDF

Laurence Poirier-Dietz, directrice générale de GRDF, revient sur les résultats 2021 lors de la conférence de presse annuelle. Le distributeur plaide pour les gaz renouvelables. Le rapport démontre la résilience des réseaux gaziers ainsi que leur rôle dans la réussite de la transition énergétique. Ainsi, pour préparer le système énergétique de demain, le mix énergétique doit être diversifié. En cela, les solutions gaz assurent efficacité et préservation du pouvoir d’achat.

La sobriété énergétique pour mieux maîtriser les consommations

Avec la crise actuelle, il est de mise de réduire sa consommation d’énergie au quotidien. L’objectif consiste à consommer moins, mais de manière efficace. Il convient donc de préparer le système énergétique de demain fondé sur un mix énergétique varié. C’est pour cette raison que la directrice générale de GRDF, Laurence Poirier-Dietz souligne la nécessité de s’engager dans la sobriété. Que ce soit pour le climat comme pour le pouvoir d’achat, il faut désormais s’orienter vers un équilibre du système énergétique.

Par la même occasion, les solutions à adopter contribuent à plus de verdissement dans les logements. La mise en œuvre de techniques à basse consommation énergétique est nécessaire. Toutefois, il convient aussi d’adopter un principe s’inscrivant dans une logique d’anticipation pour mieux faire face à divers enjeux. Ils concernent notamment la transition écologique et l’indépendance énergétique de la France.

Les solutions gaz renouvelables arrivent sur le devant de la scène pour assouvir la dépendance aux énergies des Français. Elles doivent être adoptées pour préserver de manière efficace le pouvoir d’achat, la grande préoccupation des ménages. En outre, cette logique de sobriété représente également un levier face aux enjeux climatiques. Elle favorise l’équilibre du système énergétique, élément crucial pour mieux maîtriser les consommations.

Laurence Poirier-Dietz invite chaque citoyen à appliquer les gestes écologiques au quotidien. Pour ce faire, les ménages peuvent, par exemple, réduire la température de leur logement. Grâce au compteur de gaz communiquant, il est possible de suivre en temps réel sa consommation de gaz. Il sera ainsi plus facile d’atteindre les objectifs volontaires d’économies d’énergie.

“ La question du pouvoir d’achat est centrale. Prendre des décisions rapides sans en mesurer les effets à long terme, c’est risquer demain de faire basculer un grand nombre de Français dans la précarité énergétique.” – Laurence Poirier-Dietz.

Pourquoi miser sur le maintien d’une diversité de solutions ?

Cette option permet l’atteinte de l’objectif de neutralité carbone, et ce, à un coût accessible à tous les budgets. Le chauffage au gaz devrait alors disparaître de manière progressive dans les logements collectifs. Il laissera sa place à la chaudière à très haute performance énergétique. De sorte que dans les logements collectifs existants, la généralisation de la chaudière THPE doit être visée.




Selon les derniers rapports, cette solution permet de réduire les consommations de l’ordre de 30 %. Il en va de même pour la facture énergétique des entreprises et des particuliers, ainsi que pour les émissions de GES.

En ce qui concerne les bâtiments neufs localisés à proximité du réseau de gaz, les PAC hybrides sont à privilégier. C’est aussi le cas pour les logements déjà alimentés au gaz. En effet, les pompes à chaleur sont plébiscitées pour leur capacité à décarboner les immeubles et les habitations individuelles.

De plus, le budget à prévoir pour ces types d’appareils de chauffage est moindre par rapport aux autres systèmes énergétiques. La dynamique des gaz renouvelables dans toutes les communes françaises a été mise en avant par Laurence Poirier-Dietz. Selon elle, il est plus rapide de lancer la décarbonation des bâtiments. Cette action est aussi moins risquée et plus abordable, car elle privilégie davantage l’utilisation des biogaz. Cette énergie 100 % renouvelable est à adopter en complémentarité avec une électrification « raisonnée » des usages. Dans cette optique, elle recommande le déploiement des solutions hybrides.

“ La mise en œuvre de la décarbonation des bâtiments sera plus rapide, moins coûteuse et moins risquée si elle laisse aux gaz verts un rôle significatif dans la couverture des besoins de chauffage. Cette complémentarité avec une électrification raisonnée des usages repose notamment sur le déploiement de solutions hybrides.” – Laurence Poirier-Dietz.

Libérer le potentiel des gaz renouvelables pour atteindre 20 % à l’horizon 2030

Les gaz verts, notamment le biométhane, se trouvent actuellement en tête de liste des énergies renouvelables à privilégier. En effet, ils permettent de décarboner tout en relocalisant une part de la production d’énergie.

gaz renouvelables - un potentiel supérieur aux besoins de consommation

 

Les études préalablement menées ont permis de définir un objectif, avec un potentiel de 420 TWh/an de biogaz d’ici à 2050. Des mesures doivent ainsi être prises, à l’instar de :

  • la facilitation des procédures et le raccourcissement des délais pour obtenir des autorisations administratives ;
  • l’allongement de la durée pour la mise en service des installations, certificats de production des gaz renouvelables et appel d’offres pour les grandes installations.

Il est bon de noter que les gaz renouvelables ne pèsent pas sur les finances publiques. En outre, ils bénéficient de réseaux existants, adaptés et déjà dimensionnés. GRDF s’engage ainsi à accueillir les biogaz, mais sans avoir à prévoir des investissements massifs.

Un coûtr d'investissement faible pour les gaz verts

nv-author-image

Isabelle DAHAN

Rédactrice en chef de Monimmeuble.com. Isabelle DAHAN est consultante dans les domaines de l'Internet et du Marketing immobilier depuis 10 ans. Elle est membre fondatrice de la Fédération Française de l'Immobilier sur Internet (F.F.2.I.) www.ff2i.org et membre de l’AJIBAT www.ajibat.com, l’association des journalistes de l'habitat et de la ville. Elle a créé le site www.monimmeuble.com en avril 2000.

Laisser un commentaire