Faut-il renforcer l’encadrement de l’activité des serruriers ?

encadrement de l’activité des serruriers

Avec plus de 1000 plaintes par an, les services de dépannage à domicile proposés par les serruriers sont les plus exposés aux risques d’escroquerie. Ce phénomène de masse qui affecte la réputation et l’image de la profession pousse les Français à demander un encadrement de l’activité des serruriers.

URMET 2020 – Bannière 1

Faites-vous confiance aux serruriers ?

 

En tête des services de dépannage à domicile les plus exposés aux risques d’escroqueries, les serruriers sont régulièrement mis à l’index par la Direction Générale de la Concurrence, la Consommation et la Répression des Fraudes (DGCCRF) comme une des activités du BTP suscitant le plus de plaintes.

En effet, d’après le dernier baromètre 2018 des réclamations, on compte environ 1000 plaintes par an.

Cependant, ces plaintes officielles ne constituent que la partie émergée de l’iceberg dans la mesure où la plupart des victimes ne réagissent pas faute d’information ou d’une méconnaissance des véritables prix du marché.

Au point que plus d’un Français sur deux (54%) déclare ne pas faire confiance aux serruriers. 

Parmi les plus méfiants, on retrouve notamment les habitants de la région parisienne (69%), suivis de près par les habitants de la région Auvergne Rhône-Alpes (64%) et Provence Alpes Côte D’Azur (62%).

Ce sentiment de défiance favorise un certain consensus autour de la nécessité de mieux réglementer cette activité. D’autant plus que la majorité des Français (55%) ayant eu recours à un serrurier déclarent s’être déjà fait arnaqués lors d’une intervention à domicile.

Aussi, 80% des Français souhaitent que le gouvernement renforce l’encadrement de l’activité des serruriers, notamment les habitants de l’agglomération parisienne (83%).

Guide des Pros 2020 (728×150)

Quels sont les principaux motifs d’insatisfaction ?

 

Le principal motif d’insatisfaction à l’égard des serruriers est le coût de l’intervention. 55% des Français expriment leur insatisfaction à l’égard du « montant du tarif final facturé par le serrurier ». Ce mécontentement atteint les 73% chez les Franciliens !

Et pour cause, le coût moyen d’une intervention le soir ou la nuit peut attendre 335 € en moyenne pour ouvrir une porte d’entrée dans une situation imprévue ( perte ou vol des clefs, oubli des clefs à l’intérieur…).

Dans ce même registre, l’enquête révèle le mécontentement envers le manque de transparence des tarifs. Ainsi 1 Français sur 2 a déjà été pris de court par un serrurier qui ne lui avait pas annoncé clairement le montant total de son intervention avant de venir, et 43% ont subi des tarifs plus élevés que ceux annoncés.

Certains se sont même vu appliqué une tarification supplémentaire injustifiée liée aux conditions d’intervention (40%), ont dû attendre au moins trois heures avant de bénéficier de l’intervention (38%), ou encore se voir changer entièrement la serrure de la porte alors que cela ne semblait pas nécessaire (34%).

Les plus malchanceux se sont même parfois retrouvé avec une porte ou une serrure endommagée suite à l’intervention (23%), ou encore à devoir changer entièrement leur porte (19%).

URMET 2020 – Bannière 1

Afin de mieux saisir la réelle ampleur d’un phénomène qui affecte la réputation de l’ensemble de la profession, Hop dépannage a commandé à l’Ifop une enquête permettant d’évaluer le nombre de victimes des mauvaises pratiques dans ce domaine, leur impact sur l’image de la profession et leur adhésion à un meilleur encadrement de l’activité des serruriers par les pouvoirs publics.

Réalisée auprès d’un échantillon national représentatif de 1000 Français, cette étude montre que les escroqueries constituent, dans l’activité de serruriers, un phénomène de masse, notamment en région parisienne, qui pousse les Français à demander un encadrement plus strict de la profession.

Guide des Pros 2020 (728×150)