Aller au contenu

Equipements

Eau calcaire en copropriété : quelles sont les solutions ?

Eau calcaire en copropriété : quelles sont les solutions ?

Nous avons retenu la question d’un de nos lecteurs qui a des problèmes avec l’eau de son immeuble. Elle est trop calcaire ! Pour résoudre ce problème d’eau calcaire en copropriété, nous faisons appel à Anaïs ZIELINSKI pour notre Allô l’Expert. Elle est responsable marketing et commercial de la société Europaz.

Êtes-vous spécialisé dans le traitement de l’eau calcaire ?

Effectivement, la société Europaz distribue des appareils de traitement écologique de l’eau sur toute la France. Nos deux domaines d’expertise sont, d’une part le traitement anti-calcaire et anticorrosion du réseau d’eau sanitaire. D’autre part, le traitement anti-boue qui consiste à réaliser un désembouage des réseaux de chauffage. Ainsi, ces traitements concernent l’ensemble des acteurs de la copropriété. Aussi bien les membres du conseil syndical, les résidents ou encore le syndic de copropriété.

Comment savoir si l’eau est calcaire ?

En fait, quand on a une eau calcaire, cela occasionne des désagréments, de l’inconfort et des dépenses. En effet, dans la vie de tous les jours, l’eau calcaire occasionne des traces blanches partout où elle circule. D’ailleurs, elles sont surtout visibles en surface sur la robinetterie, la paroi de douche, la cuvette des WC, la bouilloire, etc.

Quels sont les inconvénients d’une eau calcaire ?

Le calcaire encrasse et réduit la performance des équipements. Il faut savoir qu’un millimètre de calcaire sur une résistance, c’est une surconsommation d’énergie de plus de 10% au minimum. Or, on a rarement qu’un seul millimètre de calcaire, mais plutôt 2 ou 3 mm selon la dureté de l’eau.

En effet, cela va réduire la longévité des équipements de production d’eau chaude. Notamment, on observe une augmentation des interventions en détartrage sur les appareils : ballon, cumulus, chaudière, pompe à chaleur. Parfois, il faudra même changer la chaudière.

De même, certaines canalisations vont se colmater avec l’accumulation des dépôts durs, ce qui va réduire le débit de l’eau. De plus, l’eau calcaire n’est pas recommandée pour les peaux sensibles. Ainsi, elle a pour effet d’assécher la peau et peut même entraîner des allergies avec des démangeaisons ou encore des rougeurs.

Quelles sont les incidences sur la chaufferie de la copropriété ?

Prenons le cas d’un immeuble avec production d’eau chaude dans la chaufferie collective. Effectivement, cela va engendrer de grosses dépenses si l’on ne se préoccupe pas de traiter l’eau calcaire. En réalité, c’est le rôle du chauffagiste. Il assure la maintenance, et donc l’entretien des équipements de production d’eau chaude.

Or, il faut savoir que produire une eau chaude dans la chaufferie à la bonne température, c’est une chose. Encore faut-il que cette eau arrive dans votre appartement également à cette bonne température. D’ailleurs, cette remarque est valable que ce soit l’eau chaude du robinet ou l’eau du réseau chauffage.

Pour autant, ce sont deux réseaux bien distincts qui n’ont rien à voir entre eux. De plus, ils dépendent de la qualité de l’eau et de son entretien de ce fait du traitement de l’eau. Aussi, c’est une spécialité à part entière qui n’entre pas dans les compétences du chauffagiste.

Attention à l’utilisation de produits chimiques

Ce n’est pas son métier ! Aussi pour réaliser cette mission, il va faire appel à un traiteur d’eau, il va sous traiter. Toutefois, cela pose un problème. Car, le sous-traitant va préconiser des procédés chimiques. De sorte que pour le traitement anti-calcaire de l’eau sanitaire, on utilisera un adoucisseur à sel, voire un filmogène.

En réalité, il s’agit de l’envoi de produits chimiques dans votre eau chaude pour limiter la corrosion. Avec pour conséquences, par exemple, le percement de canalisations, du corps de la chaudière ou la détérioration rapide des pompes.

De ce fait, une eau adoucie peut devenir corrosive et créer des fuites. Ainsi, l’injection de sel ou sodium dans l’eau peut entrainer des percements de canalisations et de chaudières. Ce n’est pas neutre !

À noter également, les produits chimiques peuvent s’utiliser pour le traitement du réseau de chauffage, donc le traitement anti-boue. En fonction des problèmes rencontrés, le chauffagiste pourra installer un pot à boue, c’est-à-dire un filtre. Si les boues sont abondantes dans les canalisations ou les radiateurs, on procédera au désembouage, c’est-à-dire au nettoyage de toute l’installation.

Il faut savoir que l’embouage est dû à la corrosion. Aussi, cela se traduit par des radiateurs à moitié froids, en partie basse, là où les boues vont se déposer. Or, cette situation engendre des surconsommations d’énergie. On devra alors faire des dépenses et des investissements en produits chimiques.

Alors, vous proposez une solution écologique du traitement de l’eau calcaire ?

Exactement, c’est le message que je veux faire passer ici. Depuis quelques années, il existe des alternatives très intéressantes à ces procédés chimiques. D’autant plus qu’elles vont, dans une majorité de cas, être plus performantes et moins onéreuses.

En effet, il n’y a pas d’entretien, pas de maintenance. En cela, c’est très intéressant, notamment pour les copropriétés puisqu’elles allègent ainsi leurs charges. Aussi, ces traitements physiques sont sans recours à aucun produit chimique. Ils sont 100% écologiques et parfaitement respectueux de l’environnement.

Comment cela fonctionne ?

Nous proposons aux immeubles d’installer un appareil UBF à ultra basses fréquences qui utilise la technologie de la modulation de fréquences. Grâce à cette technologie innovante, on peut obtenir des résultats très fiables. Or, c’est justement le point faible que l’on reproche aux appareils anti-calcaire.

Par ailleurs, on équipe les immeubles dont la production d’eau chaude est faite en chaufferie collective ou par des chaudières ou des ballons individuels. Dans ce deuxième cas, il suffit d’un unique appareil sur l’arrivée d’eau froide générale pour traiter les 10, 50, 100 logements et plus que compte l’immeuble. Vous imaginez alors le coût ultra compétitif que l’on pourra obtenir.

Notons toutefois que cela ne va pas être le même appareil qui traitera 10 ou 200 logements. Aussi, la gamme d’appareils UBF répond à l’étendue du réseau à traiter.

Cette solution est-elle plus chère que celle qui utilise les produits chimiques ?

Non, justement, elle permet de faire de grosses économies. C’est un procédé bien plus économique que les adoucisseurs. Puisqu’une fois installé, vous n’avez plus à vous préoccuper de son fonctionnement. C’est vraiment la tranquillité assurée. Ainsi, il n’y a aucun ajout de produits, aucun entretien à prévoir. En effet, cet appareil fonctionne en parfaite autonomie. Vous devez simplement le relier à une prise électrique standard. Vous pouvez dire adieu, à l’eau calcaire !

À souligner, on offre également une garantie “satisfait ou remboursé” pour les copropriétés durant la première année.

nv-author-image

Isabelle DAHAN

Rédactrice en chef de Monimmeuble.com. Isabelle DAHAN est consultante dans les domaines de l'Internet et du Marketing immobilier depuis 10 ans. Elle est membre de l’AJIBAT www.ajibat.com, l’association des journalistes de l'habitat et de la ville. Elle a créé le site www.monimmeuble.com en avril 2000.

Laisser un commentaire