Calorifugeage en copropriété pour un meilleur confort thermique

Calorifugeage en copropriété pour un meilleur confort thermique

Le calorifugeage en copropriété est une solution efficace d’isolation thermique de la tuyauterie. À l’origine d’importantes économies d’énergie, cette technique réduit l’impact écologique des immeubles. Elle améliore en effet les performances énergétiques des canalisations du réseau de chauffage et d’eau chaude. Un calorifugeage en copropriété réduit donc efficacement les déperditions thermiques.

URMET 2020 – Bannière 1

Le calorifugeage en copropriété pour réduire les factures énergétiques

Le calorifugeage en copropriété protège les équipements du gel au plus froid de l’hiver. Sans les couvertures calorifuges sur les canalisations, le gel ou le givre peuvent mettre l’ensemble de l’installation à l’arrêt. Car l’eau ne circule plus ! Cette situation pourrait bien endommager l’ensemble de la tuyauterie au dégel. Dans ce cas, on peut s’attendre à d’importants dégâts des eaux pour un coût élevé des réparations.

Rappelons que le calorifugeage en copropriété est une solution d’isolation thermique du système de chauffage et d’eau chaude.

Il concerne tout ce qui touche à la circulation de l’eau et des liquides caloporteurs. D’ailleurs, le calorifugeage est indispensable autant sur la tuyauterie d’eau chaude que sur la tuyauterie d’eau froide.

calorifugeage en copropriété

 

Plus globalement, on peut dire que le calorifugeage en copropriété réduit les déperditions énergétiques. Ainsi, il fait baisser les dépenses et les factures énergétiques. On va privilégier les installations situées en sous-sols. En effet, c’est dans ces endroits que la déperdition énergétique est la plus importante.

Enfin, les couvertures calorifuges améliorent l’isolation phonique de la tuyauterie. Elles réduisent les bruits du système de canalisation. De surcroit, pour une meilleure insonorisation, on placera des colliers de fixation anti-vibration en mousse.

Calorifugeage en copropriété: retour sur la loi sur la transition énergétique

La loi de transition énergétique pour la croissance verte accompagne la réduction des émissions de gaz à effet de serre dans les années à venir. Parmi les mesures prises, soulignons l’obligation d’amélioration des performances thermiques des logements à travers la rénovation énergétique. Un tel projet représente un enjeu prioritaire ! En effet, on constate que 80% des habitations en France se situent entre D et G sur l’échelle de performance énergétique.

Des dispositions spécifiques pour les copropriétés

Cette loi de transition énergétique présente certaines obligations pour les copropriétés. Conformément à l’article 5, des travaux de rénovation sont notamment obligatoires avant 2025. Ils concernent les copropriétés classées F ou G en performance énergétique. Pour une consommation supérieure à 330?Kw par m² par an.

Aussi, ces obligations ne s’appliquent pas à toutes les copropriétés. Toutefois, la loi stipule que tous les gros chantiers de rénovation doivent inclure cette question de la performance thermique. Ce qui implique évidemment le calorifugeage en copropriété. Que ce soit pour un ravalement de façade, un aménagement des parties communes ou d’autres projets, les copropriétés doivent, désormais, inclure une meilleure isolation du bâtiment.

Par ailleurs, cette loi propose aux copropriétés quelques facilités dans la réalisation des travaux liés à la performance thermique. Par exemple, les copropriétaires ont la possibilité de « transgresser » des règles d’urbanisme pour réaliser certains travaux de rénovation énergétique.

De même, ce dispositif assouplit les modalités de vote en AG pour les travaux relatifs à la rénovation énergétique. C’est le cas notamment pour les travaux de rénovation à des fins d’économies d’énergie dans les parties communes. Ils sont à présent soumis au vote de la majorité de l’article 24. Évidemment, diverses conditions régissent l’application de ces assouplissements.

Des aides financières pour le calorifugeage en copropriété

Les travaux de calorifugeage en copropriété sont compatibles avec plusieurs aides et financements.

Certificats d’Économies d’Énergie

Les Certificats d’Économies d’Énergie ou CEE sont compatibles avec l’isolation du réseau d’eau chaude sanitaire en copropriété. La subvention peut couvrir jusqu’à 100% des travaux. Ce financement est inhérent à l’obligation des distributeurs d’énergie à remplir des objectifs d’économies énergétiques à travers la prime CEE.

Habiter Mieux – Copropriété

Pourquoi ne pas recourir à l’aide Habiter Mieux – Copropriété pour les travaux de calorifugeage en copropriété ? L’Anah (Agence National de l’Habitat) propose une prise en charge plafonnée à 180 € par logement. L’agence propose aussi une aide financière pouvant couvrir jusqu’à 25 % du coût total des travaux de rénovation énergétique.

Habiter Mieux – Copropriété est accessible sous plusieurs conditions :

  • Réalisation de travaux engendrant des gains énergétiques de 35 % ou plus,
  • Bâtiment construit avant le 1er juin 2001 et présentant 75 % ou plus de lots d’habitation occupés,
  • Aide réservée aux habitations fragiles avec une étiquette énergétique entre D et G.

Éco-PTZ copropriété

Engager des travaux de calorifugeage en copropriété ouvre également droit à l’éco-PTZ copropriété. Ce prêt collectif s’adresse aux syndicats de copropriétaires et aux copropriétaires désireux d’en bénéficier. À l’instar de l’éco-PTZ individuel, l’éco-PTZ copropriétaire est évidemment prévu pour financer des travaux d’économie d’énergie. Un seul éco-PTZ copropriété est possible pour un même bâtiment. Cependant, plusieurs immeubles de la copropriété pourront en bénéficier.

Les fonds de travaux et des aides territoriales

Les fonds de travaux prévus par la loi ALUR ne constituent pas une aide financière à proprement parler. Bien que les travaux de calorifugeage en copropriété soient compatibles. Ce dispositif est obligatoire depuis janvier 2017 pour les copropriétés de plus de 5 ans.

Par ailleurs, les travaux d’isolation, incluant le calorifugeage en copropriété, sont compatibles avec une TVA réduite à 5,5 %. Toutefois, cet avantage s’applique uniquement sur les bâtiments achevés depuis deux ans ou plus. En plus des financements proposés par l’État, des aides territoriales sont également prévues au niveau des régions, des départements et des collectivités.

Guide des Pros 2021 (728×150)
Boutique en ligne – nouveauté vidéo et support (728×150)
Chaîne Youtube (728×150)
Jurisprudences 2020 728×150