Aller au contenu

Travaux

Artisanat du bâtiment : une progression de +3,5 % au 1er trimestre 2022

Artisanat du bâtiment : une progression de +3,5 % au 1er trimestre 2022

Au 1er trimestre 2022, le niveau d’activité dans l’artisanat du bâtiment est encourageant. Puisque dans un contexte très incertain, on enregistre +3,5 % de croissance. Malgré cela, la Confédération de l’Artisanat et des Petites Entreprises du Bâtiment (CAPEB) n’est pas rassurée pour les mois à venir. Elle redoute un recul de l’activité face à la hausse des prix et aux difficultés d’approvisionnement des matériaux et de l’énergie.

Sommaire

Une croissance dynamique dans l’artisanat du bâtiment sur les trois premiers mois

Par rapport au 1er trimestre 2021, l’activité globale dans l’artisanat du bâtiment progresse de +3,5 %. Cette croissance est surtout observée dans les domaines de l’entretien-rénovation et des travaux d’amélioration de performance énergétique des logements.

Dans le neuf, on constate une progression de +3 % qui concerne davantage le marché des maisons individuelles. Cette conjoncture positive est soutenue notamment par l’augmentation de +12,8 % des mises en chantier. Par ailleurs, le nombre de logements autorisés a augmenté de +24 % sur un an en février 2022.

Précisons que ces chiffres positifs sont obtenus par comparaison avec le niveau d’activité bas enregistré entre mars 2020 et février 2021. Cette période était en effet, perturbée par le premier confinement durant lequel est notée une forte baisse des autorisations. De plus, l’application de la RE 2020 depuis janvier 2022 a accéléré le nombre d’autorisations accordées en février (+20,5 %).

Dans l’ancien, la progression de l’activité se poursuit dans l’artisanat du bâtiment. Ainsi, l’entretien-rénovation a augmenté de +4 % par rapport au 1er trimestre 2021. Ce dynamisme est lié à la croissance des travaux d’amélioration de performance énergétique des logements (+4,5 %). Or, cette activité de rénovation énergétique est boostée par le dispositif d’aide financière MaPrimeRénov’.

L’activité régionale, l’emploi et les intentions d’embauche dans l’artisanat du bâtiment

Au 1er trimestre 2022, une légère hausse des écarts de croissance de l’activité entre les régions est observée. Ils s’établissent ainsi entre +2 % et +4,5 %. Avec une progression de +2 %, la région PACA-Corse s’écarte un peu de la moyenne nationale. Toutefois, cinq régions présentent des hausses dépassant la moyenne nationale, en l’occurrence :




  • la Bretagne et le Centre-Val de Loire (+4,5 %) ;
  • le Grand-Est, les Hauts-de-France et la Nouvelle-Aquitaine (+4 %).

Concernant l’emploi, les indicateurs restent favorables. L’artisanat du bâtiment était en effet, un important créateur d’emplois en 2021 (26 000 nouvelles recrues). De fait, si l’activité poursuivait son dynamisme, le secteur pourrait recruter significativement cette année 2022. Il faudrait aussi que les démarches soient simplifiées sur le plan réglementaire et administratif. Il convient d’éliminer les facteurs de ralentissement du développement de l’activité des entreprises artisanales du bâtiment.

Par ailleurs, la conjoncture positive observée au 1er trimestre semble propice aux créations d’emplois dans le secteur. Les intentions d’embauche étaient importantes entre fin 2021 et début 2022. De nombreuses entreprises envisagent d’embaucher ou de garder leurs employés. Cependant, il est judicieux de considérer les impacts potentiels de la crise russo-ukrainienne pouvant entraîner des hésitations chez les recruteurs.

Hausse des prix de l’énergie et difficulté à s’en approvisionner pour les entreprises

La hausse des prix de l’énergie et les difficultés d’approvisionnement se répercutent sur l’activité de l’artisanat du bâtiment. Pour évaluer leurs impacts réels, la CAPEB a renouvelé en avril 2022 son étude (effectuée en juillet 2021 et en janvier 2022). L’enquête a été réalisée auprès de 1 700 entreprises artisanales du bâtiment.

Cette étude confirme que la hausse moyenne du prix de matériaux s’accélère fortement ces derniers mois. Celle-ci est estimée à +18 % au 1er trimestre 2022.

La menuiserie-serrurerie est la plus touchée (+21,5 %), par l’augmentation du prix du bois et de l’acier.

hausse des prix de l'artisanat du Bâtiment

La hausse des prix observée entre janvier et avril 2022

 

Notons que la hausse du prix des matériaux affecte l’activité de toutes les entreprises en avril 2022. Pour autant, seules 60 % d’entre elles affirment avoir augmenté les tarifs de leurs prestations en conséquence (contre 45 % en janvier 2022). Néanmoins, ces entreprises répercutent seulement une partie des hausses auprès de leurs clients (43 % en avril, contre 33 % en janvier 2022).

Par ailleurs, 57 % des entreprises assurent que les difficultés d’approvisionnement et la pénurie des matériaux perturbent leur production et leur organisation. Ces problèmes modifient leurs plannings et les amènent même à réorganiser plusieurs fois leurs équipes.

Pourtant, les entreprises artisanales du bâtiment ne baissent pas les bras. 53 % d’entre elles prévoient une stabilité de l’activité dans les six prochains mois. D’ailleurs, 31 % sont très optimistes et espèrent une hausse de l’activité. En revanche, 16 % craignent un recul.

Les autres observations de la CAPEB

Au 1er trimestre 2022, la croissance de l’activité concerne tous les corps de métier dans l’artisanat du bâtiment :

  • les travaux d’électricité (+4 %) ;
  • la menuiserie-serrurerie (+3,5 %) ;
  • l’aménagement-décoration-plâtrerie (+3,5 %) ;
  • la maçonnerie (+3,5 %) ;
  • la couverture-plomberie-chauffage (+3 %).

Une dégradation de la trésorerie. La CAPEB a aussi constaté la dégradation de la trésorerie des entreprises artisanales du bâtiment. En effet, 20 % des entreprises interrogées déclarent une baisse de leur trésorerie, alors que 8 % affirment une amélioration.

Un carnet de commandes de 103 jours. Un autre constat remarquable, c’est la progression du nombre de jours de carnets de commandes. Ils augmentent de 12 jours entre début avril 2022 et début avril 2021. Ainsi, on espère une forte croissance de l’activité pour les mois à venir en dépit des tensions sur la production.

Une baisse des marges. Concernant les marges, elles ont chuté sur les trois premiers mois de 2022, selon 40 % des entreprises interrogées (contre 5 % déclarant une hausse). On note donc un solde d’opinions de -35 points. Par rapport à la même période de l’année dernière (- 1 point), une baisse significative de ce solde d’opinions est constatée.

Une stabilité du travail en sous-traitance. Pour ce qui est du travail en sous-traitance, la CAPEB remarque une stabilité du solde d’opinion. En effet, la part des entreprises travaillant en sous-traitance s’établit à 14 %. Elle est stabilisée par rapport à celle du 1er trimestre de 2020. Cependant, il a légèrement reculé en comparaison à sa valeur du début de 2021.

En conclusion,

“ Si les indicateurs d’activité de ce 1er trimestre sont au vert, le contexte économique et géopolitique reste une source de très grandes inquiétudes pour les entreprises artisanales du bâtiment. Elles sont impactées par les conséquences de la guerre en Ukraine, comme beaucoup, notamment en termes d’approvisionnements et de prix.” – Jean-Christophe Repon, président de la Capeb.

Les entreprises du bâtiment sont malgré tout au rendez-vous de la croissance en ce début d’année. L’objectif en 2022 est de maintenir leur activité et leurs emplois. Ainsi, la Capeb travaille à des solutions pour les y aider. D’ailleurs, elle fera des propositions dans le cadre des Assises du bâtiment annoncées par Bruno Le Maire.

Evolution de l'activité de l'artisanat du bâtiment

Les entreprises du bâtiment restent optimistes

nv-author-image

Isabelle DAHAN

Rédactrice en chef de Monimmeuble.com. Isabelle DAHAN est consultante dans les domaines de l'Internet et du Marketing immobilier depuis 10 ans. Elle est membre fondatrice de la Fédération Française de l'Immobilier sur Internet (F.F.2.I.) www.ff2i.org et membre de l’AJIBAT www.ajibat.com, l’association des journalistes de l'habitat et de la ville. Elle a créé le site www.monimmeuble.com en avril 2000.

Laisser un commentaire