Amélioration des logements : des économies importantes

amélioration des logements

Dans son dernier Baromètre de l’Habitat Sain, Velux fait état de l’ensemble des conséquences des habitats en mauvais état. Les résultats plaident en faveur d’une amélioration des logements, pour des raisons humaines mais aussi économiques.

Amélioration des logements : un engagement nécessaire

 

Lors de sa 5ème édition du Baromètre de l’Habitat Sain, Velux s’intéresse aux conséquences sanitaires et économiques des bâtiments dégradés pour les enfants. Les problèmes d’humidité et la mauvaise isolation sont souvent en cause.

Rappelons qu’au même moment, le gouvernement s’engage en faveur de l’amélioration des logements, notamment en matière d’efficacité énergétique. Un engagement qui prend toute sa place dans la lutte contre le changement climatique.

En effet, en France, les bâtiments représentent à eux seuls près de 25% des gaz à effet de serre et près de 50% de l’énergie consommée.

Ce chiffre montre l’impact énergétique considérable des immeubles et rappele l’importance de la rénovation énergétique. Bien qu’une prise de conscience s’opère, certains freins persistent.

En effet, on constate que la rénovation énergétique est encore considérée comme un coût à court terme pour une majorité de ménages. Une conception qui constitue un frein majeur à la réalisation de travaux de rénovation énergétique. Les effets sont regrettables, d’autant plus que les retours sur investissement sont beaucoup plus rapides qu’imaginés.

On parle peu des conséquences que subissent au quotidien nos concitoyens vivant dans
des logements mal isolés, trop humides, trop peu lumineux, où il fait trop froid… Les conséquences sont nombreuses et coûteuses, tant humainement que économiquement.

Marjolaine Meynier-Millefert Députée de l’Isère et co-animatrice du plan de rénovation énergétique

Club MI Pro #1 728×150
Club MI Plus #1 GIF 728×150
Jurisprudences 2018

Un gain économique important

 

305 milliards d’euros à l’horizon 2060. C’est l’économie estimée dont pourrait bénéficier les pays européens en améliorant les bâtiments.

Ainsi, un meilleur renouvellement de l’air dans les écoles permet d’économiser 250 milliards d’euros. Une moindre exposition à la moisissure et à l’humidité sauverait près de 55 milliards d’euros.

Concrètement, ces bénéfices s’expliquent par une nette amélioration de la santé des enfants. Avec moins d’absences à l’école, la productivité des parents progresse.

Aujourd’hui, les habitats susceptibles d’avoir un effet négatif sur la santé coûtent directement et indirectement 194 milliards d’euros aux économies européennes. Les dépenses de la santé élevées, la baisse de la productivité sont les deux conséquences qui expliquent cette balance négative.

Si les bénéfices des travaux d’amélioration sont parfois appréhendés sur le long terme, les investissements sont plus rapidement rentabilisés. C’est en tout cas, l’affirmation de certaines études réalisées sur le sujet.

Selon ces dernières, si l’ensemble des améliorations nécessaires sont réalisées, les investissements seront rentabilisées en l’espace de 18 mois.

Aussi dans la pratique, pour 3 euros investis, le retour sur investissement s’évalue à 2 euros. Soulignons que ces bénéfices ne prennent pas en compte plusieurs éléments. En effet, sont exclus de ce calcul : les gains de dépenses énergétiques, suite à la réalisation de travaux d’isolation par exemple et la valeur ajoutée apportée aux logements.

Solucop 2019 – 728×150