Aller au contenu

Achat-Vente

Achat immobilier : les Parisiens partent de la capitale pour s’installer où ?

De nombreux Parisiens ayant un projet d’achat immobilier quittent la capitale

Depuis le début de la pandémie, de nombreux Parisiens seraient prêts à quitter la capitale. Est-ce vraiment le cas ? Où envisagent-ils donc de s’installer ? Quels sont les départements qui les attirent le plus ? Existe-t-il un phénomène d’exode des Parisiens pour rejoindre des villes moyennes desservies par des TGV ? Pour répondre à ces questions, SeLoger a mené son enquête auprès de 1 850 Parisiens porteurs de projet d’achat immobilier.

Sommaire

  • De nombreux Parisiens ayant un projet d’achat immobilier quittent la capitale
  • La Grande Couronne, la destination favorite des porteurs de projet d’achat immobilier
  • Où vont les Parisiens qui font le choix de s’installer en province ?
  • L’apparition d’un nouveau type d’acquéreur : les « Parinciaux »
  • Les conséquences de ces choix sur le prix de l’immobilier en France

De nombreux Parisiens ayant un projet d’achat immobilier quittent la capitale

La crise sanitaire a bouleversé le marché de la transaction immobilière dans l’Hexagone. Les Français souhaitent changer de cadre de vie, ce qui les motive à se lancer dans un projet d’achat immobilier. Peuvent-ils réellement concrétiser ce rêve ? En effet, 32 % des futurs acquéreurs désirent déménager à plus d’une heure de leur résidence actuelle. Ils affirment notamment vouloir réaliser leur projet en zone rurale.

De nombreux Parisiens ayant un projet d’achat immobilier quittent la capitale

De nombreux Parisiens ayant un projet d’achat immobilier quittent la capitale

 

Néanmoins, selon une récente étude de SeLoger/Meilleurs Agents, relative les potentiels changements de vie des Français. Ils veulent quitter leur ville, mais sont-ils prêts à s’installer à l’autre bout de la France ou en pleine campagne ?

Certes, ces acquéreurs sont plus nombreux à souhaiter s’installer dans un autre département (+9 % depuis la crise sanitaire). Toutefois, précisons qu’environ 60 % des Français veulent acheter un bien situé à 30 minutes de leur domicile actuel.




Par contre, les Parisiens sont plus nombreux à envisager de quitter la capitale pour rejoindre un autre département. 54,1 % des intentions d’achat immobilier concernent des Parisiens désireux de quitter la capitale. Les Parisiens sont désormais plus nombreux à chercher à quitter la capitale qu’à y rester !

Au niveau national, seuls 40,1 % des acquéreurs propriétaires prévoient de changer de département. De plus, ce désir d’éloignement s’est fortement accentué depuis la crise du coronavirus. Avant la pandémie, la part des Parisiens voulant acheter en dehors de la capitale s’établissait à 48,7 %. Deux ans après la crise et une période ponctuée par trois confinements, celle-ci accuse, en revanche, une forte progression de +11 %.

La Grande Couronne, la destination favorite des porteurs de projet d’achat immobilier

Les Français propriétaires ayant un projet d’achat immobilier cherchent en grande partie à rester dans leur département de résidence. De même, 50 % des acquéreurs parisiens effectuent des recherches immobilières en région parisienne, en petite et grande couronne, selon Barbara Castillo Rico (Responsable des études économiques pour SeLoger et Meilleurs Agents).

La plupart d’entre eux choisissent de rejoindre les départements voisins de Paris :

  • les Hauts-de-Seine (42 %) ;
  • le Val-de-Marne (20 %) ;
  • la Seine-Saint-Denis (17 %).

Notons tout de même que l’attractivité de la Petite Couronne tend à baisser depuis la crise sanitaire. En effet, la part des recherches immobilières des Parisiens dans ce territoire a chuté :

  • -2 % dans les Hauts-de-Seine ;
  • -3 % dans le Val-de-Marne ;
  • -15 % dans la Seine-Saint-Denis.

En revanche, la crise sanitaire a entraîné l’augmentation de l’attractivité de la Grande Couronne. Aussi, les volumes de recherches immobilières des Parisiens témoignent de ce grand dynamisme : +23 % dans la Seine-et-Marne, +35 % dans les Yvelines et +58 % dans le Val-d’Oise. En dépit de tout cela, les Hauts-de-Seine concentrent l’essentiel de leurs recherches d’achat de logements.

Où vont les Parisiens qui font le choix de s’installer en province ?

Certains Parisiens ayant un projet d’achat immobilier prévoient d’aller au-delà des limites de l’Île-de-France. Selon l’étude réalisée par SeLoger et Meilleurs Agents, ils privilégient Nice, Marseille et Bordeaux.

Les départements les plus recherchés par ces acquéreurs sont les Alpes-Maritimes (9 %), les Bouches-du-Rhône (8 %) et la Gironde (7 %). Ces territoires attirent grandement les Parisiens souhaitant emménager en province.

Même si ces trois destinations occupent aujourd’hui les meilleures positions, d’autres ont fait leur apparition. En effet, les départements affichant les plus fortes hausses d’attractivité sont l’Hérault (+96 %), la Haute-Savoie (+78 %) et le Morbihan (+66 %). On note aussi la progression du pouvoir d’attraction de la Gironde.

L’apparition d’un nouveau type d’acquéreur : les « Parinciaux »

D’après Thomas Lefebvre, VP Data & Science pour SeLoger et Meilleurs Agents, on est encore loin d’un véritable exode urbain. En effet, on ne constate pas un flux massif des citadins vers les zones rurales ou les campagnes. On assiste plutôt à des mouvements migratoires des Parisiens vers la province en mode “semi-principale”.

Cela laisse à penser qu’un nouveau type d’acquéreur voit le jour depuis le début de la crise sanitaire. Il s’agit des “Parinciaux” : à moitié parisiens et à moitié provinciaux. Ces acquéreurs disposent donc de deux résidences, dont un logement occasionnel à Paris et un logement familial en province. Ils choisissent de s’installer dans une commune rurale ou encore une commune située près d’une grande ou moyenne ville.

Dans leur logement situé en province, ils peuvent passer 2 ou 3 jours par semaine et travailler à distance. Ils bénéficient ainsi d’un meilleur cadre de vie et d’un plus grand espace. D’ailleurs, en dehors de l’Île-de-France, les porteurs d’achat immobilier trouvent facilement des biens accessibles à des prix plus abordables.

Les conséquences de ces choix sur le prix de l’immobilier en France

La crise liée à la pandémie a impacté, à la fois l’attractivité des différents départements et les prix de l’immobilier. En effet, ce sont deux critères associés, que ce soit en Île-de-France ou en province.

D’un côté, la progression des prix des appartements s’accélère en Grande Couronne. Une forte hausse de +8,6 % est observée sur la période entre mars 2020 et mars 2022. En revanche, la hausse est plus lente en Petite Couronne (+ 4,5 % sur la même période).

De l’autre côté, la progression des prix des maisons est plus importante en province. Deux ans après la crise sanitaire, trois départements affichent une croissance de prix significative. L’Hérault enregistre +15,2 %, la Haute-Savoie +16,4 % et la Gironde +19,3 %.

Toutefois, au niveau national, le prix des maisons n’augmente pas de plus de +14 % sur la période analysée. Notons également que les prix de l’immobilier parisien ont chuté de -2,6 % depuis juin 2020. Par contre, ceux des dix plus grandes villes françaises (hors Paris) ont progressé de +9,9 %. Ceux de la zone rurale ont augmenté de +16,7 %.

nv-author-image

Isabelle DAHAN

Rédactrice en chef de Monimmeuble.com. Isabelle DAHAN est consultante dans les domaines de l'Internet et du Marketing immobilier depuis 10 ans. Elle est membre fondatrice de la Fédération Française de l'Immobilier sur Internet (F.F.2.I.) www.ff2i.org et membre de l’AJIBAT www.ajibat.com, l’association des journalistes de l'habitat et de la ville. Elle a créé le site www.monimmeuble.com en avril 2000.

1 commentaire pour “Achat immobilier : les Parisiens partent de la capitale pour s’installer où ?”

  1. Bonjour, A chaque article sur « l’exode » des Parisiens déménageant suite à la Covid, ce sont toujours les départements PACA, Centre, Ouest, Bretagne qui sont plébiscités. Or de tous temps DIEPPE (Normandie) a attiré nombre de Parisiens et Banlieue en Week-end. Je peux me permettre de vous dire que depuis 3 ans je n’ai jamais vu autant de ventes(appartements, maisons)se réaliser en 3 mois grand maximum. Vendus aux prix demandés et DPE, F ou G! Tous à 5 mn de la plage et du centre ville, dans la verdure, quartiers très calmes. Ex: 3 appartements dans mon immeuble vendus en 1 mois à prix très élevés. Je ne pensais pas qu’ils se vendraient à ce prix et aussi rapidement ! Extérieurement pas supers luxueux mais il faut y entrer. Tous traversant. J’ai fait estimer le mien (par curiosité) au 3ème et dernier étage, sans ascenseur et l’agent immobilier est resté très surpris en passant de pièce en pièce. Vue imprenable sur mer, château, lycées, golf et verdure. Attractions Cerfs volant, nautisme, entrée sortie Ferry, feux d’artifices, ULM etc.. sans sortir de chez soi. Je suis toujours très étonnée que cette petite ville soit omise dans vos commentaires (à titre indicatif je ne suis pas Dieppoise, arrivée suite à mutation). Je suis très dubitative sur le DPE. Assisté a 2 par Experts, ne poser pas de questions : réponse « je ne sais pas, c’est le logiciel qui fait tout »! Sinon une fois de plus nous soutirer de l’argent. Lorsque je vois les constructions neuves, je tremble…avec le changement climatique et achat sur plan… Bonne lecture à tous. Cordialement. Imany

Laisser un commentaire