Vivre en ville séduit de moins en moins : qu’est-ce qui retient encore les citadins ?

Vivre en ville séduit de moins en moins : qu’est-ce qui retient encore les citadins ?

Le cadre de vie rêvé des Français serait la combinaison des grands espaces naturels et des commodités à proximité. Depuis la crise sanitaire obligeant les citadins à rester confinés dans un espace étriqué, les envies ont bien évolué. Ainsi, si certains ne jurent encore que par les atouts du fait de vivre en ville, d’autres prônent la qualité de vie. Quel environnement est donc le plus propice au bonheur des Français ? Zoom sur une enquête exclusive réalisée du 26 juillet au 2 août par Harris Interactive.

Une remise en question du vivre en ville

Désormais, une grande majorité de la population française remet en question le mode de vie urbain. Parmi les participants au sondage, 2/3 ont exprimé leur souhait de changer d’environnement et de s’installer dans une zone rurale. La situation montre que les Français sont en quête d’un mode de vie plus en adéquation avec leur concept du bonheur. Pour l’heure, beaucoup s’accommodent encore de ce que la ville leur propose comme avantages.

Inscription NL MI 728×150
Salon de la Copro
URMET 2020 – Bannière 1
Solucop 2021

Une remise en question du vivre en ville

 

Néanmoins, la crise du Covid-19 a changé la donne et a bousculé la relation des Français avec leur habitation. Nombreux sont ceux qui souhaitent échapper à une vie mouvementée dans les grandes villes. Pour faire coïncider souhait et réalité, des sacrifices sont à faire par ceux qui veulent déménager. Ainsi, ils envisagent de parcourir plus de distance pour rejoindre leur lieu de travail. D’ailleurs, l’adoption générale du télétravail a contribué à la mise en place d’une nouvelle organisation.

L’âge détermine le choix de vivre en ville ou non

Dans le cas où s’installer en ville devient incontournable, les Français portent leur choix sur une zone excentrée. Le sondage montre que 44 % de la population consultée admet vouloir vivre dans un endroit non loin de la périphérie. À l’inverse, le centre-ville et ses alentours n’attirent plus que 31 % des Français.

Néanmoins, les intérêts de chacun diffèrent selon les générations. Le vivre en ville attire surtout les plus jeunes. En effet, 49 % de la population active de moins de 35 ans souhaitent vivre dans une grande métropole. En outre, vivre dans une ville de plus de 100000 habitants n’intéresse plus que 12 % des Français quinquagénaires.

Le succès des petites villes et des zones rurales

Mener une vie paisible, c’est aussi pour certains, se tenir loin de toute pollution. On entend par là, la pollution atmosphérique, sonore ou visuelle. C’est pour cela que les Français ont tendance à rechercher des localités à faible densité de population. Ces dernières trouvent grâce aux yeux de 79 % des personnes sondées. De plus, 68 % des participants au sondage ont manifesté leur intérêt envers les zones comptant moins de 20 000 habitants.

Par contre, 27 % seulement se voient encore vivre en ville et évoluer dans des agglomérations avec plus de 100 000 habitants. Les grandes villes sont ainsi délaissées au profit des petites communes françaises. Dans ce contexte, Paris est le modèle par excellence de la métropole mal-aimée. En effet, le coût exorbitant des petits espaces de logement ainsi que le rythme effréné de la vie ne fait plus rêver.

Manifestement, le manque évident d’espace dans les grandes villes fait défaut et pèse dans le choix du déménagement. La population aspire à de grands espaces, à une habitation ouverte sur la nature et possédant des accès extérieurs. Ainsi, la campagne n’est plus un lieu de passage avec une résidence secondaire, mais devient un endroit prisé où vivre durablement.

Culture et commodités, les arguments de choc de la vie citadine

Pour autant, les Français qui préfèrent la vie urbaine mettent en avant plusieurs avantages. À cet effet, l’atout principal du vivre en ville est l’accessibilité. On peut rejoindre de nombreux commerces et services proches de chez soi. Aussi, en général, il est possible de se déplacer à pied ou en empruntant les transports en commun. D’ailleurs, cette facilité est très appréciée des femmes et des plus de 50 ans.

Autre argument, la diversité des activités culturelles. La ville propose une vie riche en sorties et rencontres. Les loisirs sont nombreux, tout le monde y trouve son compte d’autant que les horaires sont étendus.

D’ailleurs, 42 % des Français avouent être friands de la multitude d’activités culturelles accessibles en ville. Ils sont enchantés du vaste choix de restaurants, de bars et d’autres endroits propices pour les sorties entre amis. Toutefois, il faut apporter quelques nuances à ce tableau idéal.

L’activité intense et nocturne entraine de nombreuses nuisances. D’ailleurs, le bruit est cité par 53% des sondés. De plus, la pollution est rédhibitoire du vivre en ville pour 48% de la population. Enfin, 37 % des personnes interrogées veulent fuir le coût élevé de la vie en ville.

Finalement, la campagne a pris sa revanche sur l’exode rural. En cela, la crise sanitaire a remis en question le mode de vie urbain. Aussi, les deux tiers des sondés ont déjà envisagé de déménager dans une zone rurale ou une ville plus petite. La balance pencherait-elle plus dorénavant vers un exode urbain ?

Pour en savoir plus

Enquête Harris Interactive pour « L’Immo, la référence info » réalisée du 26 juillet au 2 août 2021 auprès d’un échantillon de 1012 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, selon la méthode des quotas.

Guide des Pros 2021 (728×150)
Boutique en ligne – nouveauté vidéo et support (728×150)
Jurisprudences 2020 728×150
Inscription Ateliers juridiques 2021 – 2022 (728×150)