Vers une demande de suspension des loyers suite au Coronavirus

Vers une demande de suspension des loyers suite au Coronavirus

L’épidémie du Coronavirus se propage, et son impact économique est chaque jour plus évident. Les loyers des PME en difficulté seront suspendus. Qu’en est-il de la suspension des loyers chez les ménages ?

Des mesures exceptionnelles

Suite à l’allocution du Président de la République, les appels à l’aide se multiplient dans les secteurs économiques. C’est pourquoi, la Confédération Nationale du Logement (CNL) réclame des mesures exceptionnelles pour les locataires par la suspension des loyers.

Ce lundi 16 mars, l’association rappelle que cette crise sanitaire aura de lourdes conséquences sur les revenus des habitants. L’épidémie pourrait bien précariser le quotidien des ménages et leur capacité à payer leur loyer. Le Président a annoncé de nouvelles mesures d’accompagnement vis-à-vis des entreprises en difficulté par la suspension des loyers.

« Un dispositif exceptionnel de report de charges fiscales et sociales. De soutien ou report d’échéances bancaires et de garanties de l’État à hauteur de 300 milliards d’euros pour tous les prêts bancaires contractés auprès des banques » – Emmanuel Macron, Président de la République.

Ces PME en difficultés bénéficieront d’aides afin de leur éviter une quelconque faillite. En effet, le Chef d’État a déclaré que pour celles-ci, les factures d’eau, de gaz, d’électricité et les loyers devraient être suspendus.

Quoi qu’il en soit, la CNL appelle à la responsabilité de l’État pour que le Ministre mette en œuvre des mesures exceptionnelles. Pour toutes et pour tous !

Un appel à la suspension des loyers

Si en effet, « nous sommes en guerre » dixit le Président de la République : des mesures d’exceptions doivent être prises en urgence. Par conséquent, la CNL demande qu’il en soit de même pour les ménages. Car ces mesures de confinement risquent d’endetter un bon nombre de familles.

Chômage technique, perte d’emploi définitive, perte d’activité partielle ou totale… Il est important que l’État accompagne aussi ces personnes qui vivent des bouleversements de vie dans leur sphère privée.

La Confédération Nationale du Logement réclame une série de nouvelles mesures outre la prolongation de la trêve hivernale (reportée au 31 mai) et la réforme de l’allocation au chômage.

Pour contrer ces tensions financières, la CNL demande la mise en place du moratoire des loyers, publics et privés. Il en est de même pour les mensualités de remboursement d’emprunts des accédants à la propriété familiale. Car dans un tel contexte, la mesure de Réduction de Loyers de Solidarité doit être abrogée. Ainsi, elle permettra l’application de cette suspension des loyers aux logements sociaux. 

Plus surprenant, pour des raisons sanitaires, la CNL demande qu’aucune coupure d’énergie n’ait lieu durant cette période épidémique. Pour finir, elle demande également la création d’un fond national de compensation afin de couvrir les pertes de revenus définitives liées au Coronavirus.

Une protection égalitaire

En cette période anxiogène pour les familles, un report d’application à la contemporanéité des aides personnelles du logement est nécessaire.

Ces conditions de vie liées à l’isolement et au confinement devenus obligatoires contraignent les familles à vivre dans des logements non-adaptés. On espère alors qu’une fragilité financière ne s’ajoutera pas au télé-travail, à la garde d’enfants, et au suivi des devoirs de classe des parents. Toutefois, rappelons que ces mesures de confinement préservent notre santé, et surtout soutiennent le personnel médical.

« Nous sommes en guerre ! » – le Président de la République.

La CNL ne conçoit pas qu’une seule partie de la population soit aidée et accompagnée. L’ensemble des compatriotes Français sont autant concernés. Ainsi, le gouvernement se doit d’appliquer une protection égalitaire envers tous les Français.

Guide des Pros 2020 (728×150)