Tri sélectif en copropriété : adoptez les bonnes pratiques

Tri sélectif en copropriété : adoptez les bonnes pratiques

La mise en place d’un système de tri sélectif en copropriété est un investissement écologique parfaitement réalisable. L’information, la sensibilisation et l’instauration proprement dite d’un tel projet sont accessibles à la majorité des syndics.

URMET 2020 – Bannière 1

Tri sélectif en France : l’enjeu écologique n’est pas toujours à la portée de tous

En effet, certains immeubles de copropriété ne possèdent pas forcément un local poubelle adapté. Et, s’ils en disposent, un manque d’information et de communication peut en altérer le bon usage. C’est pourtant un écogeste qui devrait être incontournable dans toutes les copropriétés. Alors si vous êtes sensible au sujet, et vous sentez concerné par le tri sélectif : Mon Immeuble vous explique comment l’appliquer dans votre copropriété.

Selon les résultats d’une enquête réalisée par BVA Group en 2019, une bonne majorité des Français affirment trier leurs déchets ménagers. D’ailleurs, 83% recyclent systématiquement le verre, 81% trient le carton et 78% trient le plastique. Quant aux déchets organiques (ampoules, piles, batteries usagées, etc.), ils ont un peu plus de mal à être recueillis dans les points de collecte. Ces chiffres confirment que les Français sont très impliqués dans le tri sélectif et dans d’autres engagements écologiques.

On note toutefois, un écart entre les foyers individuels et les immeubles en copropriété. En habitat individuel, le tri sélectif est deux fois plus respecté. Pourtant, le tri sélectif en copropriété n’est pas une utopie. Divers moyens sont à la disposition des syndics afin d’informer et de sensibiliser les occupants.

Le tri sélectif devient une urgence

L’Agence de la transition écologique a publié les résultats d’une étude selon laquelle un Français produit en moyenne 573 kg de déchets ménagers par an. Cela revient à plus de 31 tonnes par an sur tout le territoire français. Bien que ces moyennes ont tendance à baisser, on considère qu’un ménage de 4 personnes produit encore près de 40 kg de déchets par semaine !

Avec autant de déchets, le tri sélectif en copropriété (et dans les résidences individuelles) devient indispensable. De ce fait, la question de la gestion des déchets ne doit plus être taboue, surtout en copropriété.

D’ailleurs, mettre le tri sélectif à disposition des copropriétaires et des occupants fait partie des obligations du syndic. À ce propos, la loi Grenelle I du 3 août 2009 relative au cadre règlementaire contre la lutte pour le climat, encadre justement le tri sélectif en copropriété. Cette loi prévoit notamment l’affichage dans le local à poubelles, de diverses informations relatives au tri des déchets.

En facilitant l’accès à ces consignes, la mesure vise à augmenter de manière significative le tri des déchets ainsi que sa qualité.

Mettre les infrastructures en place, informer et instaurer une habitude

Faire du tri sélectif dans son immeuble n’est pas évident pour tout le monde. Étonnement, plus de sept Français sur dix déclarent avoir des doutes sur ce qu’ils peuvent mettre dans les différentes poubelles (71%). Pourtant, contrairement aux idées reçues, les infrastructures ne manquent pas…

En effet, selon une étude menée par l’Arc, la quasi-totalité des copropriétés possèdent les infrastructures nécessaires pour le tri des déchets à raison de 94.5% pour la collecte de verre et 97% pour la collecte d’emballages.

Dans cette même optique, le compostage est une bonne pratique à adopter. Pourtant on n’y pense pas toujours, surtout dans les immeubles collectifs. Très simple à mettre en place, un composteur collectif s’installe facilement dans les espaces collectifs. Que ce soit au pied de l’immeuble, en terrasse ou au niveau d’un espace vert si la copropriété en dispose.

Le règlement de copropriété peut fixer des règles spécifiques d’utilisation et d’accès au local poubelles (horaires, utilisation d’une clé…). Le syndic de copropriété est alors responsable de l’application de ce règlement.

Une fois ces dispositifs matériels en place… L’application d’une stratégie de communication et d’information efficace reste primordiale. La sensibilisation des enjeux du tri sélectif touche de nombreux Français. Cependant, beaucoup ne savent pas vraiment comment y procéder.

Vers une obligation légale de l’information sur le tri sélectif en copropriété

Une meilleure communication de la part du syndic s’impose à travers des affichages explicatifs accessibles et faciles à comprendre. Ces affiches peuvent être placées directement au-dessus des différentes poubelles prévues pour le tri. Les bacs à ordures peuvent également se différencier avec des autocollants explicatifs (en plus de la différence de couleur).

 

Les consignes du tri sélectif
Les consignes du tri sélectif

 

Ensuite, il est possible de déposer des supports de rappel dans les boîtes aux lettres et surtout de parler régulièrement du projet dès que l’occasion se présente. Faire du tri sélectif dans son immeuble est plus intuitif quand on connaît les enjeux. Ça l’est encore plus, lorsque l’on est conscient de l’intérêt d’une telle implication. En tout cas, les syndics disposent de plaquettes et de posters gratuits destinés à sensibiliser le voisinage.

Pour le moment, les efforts fournis en faveur d’un tri sélectif efficace ne sont pas encore suffisants auprès de certaines copropriétés. Toutefois, l’information et la sensibilisation des occupants deviendront obligatoires à partir de janvier 2022. C’est en tout cas ce qui est prévu par la Loi n°2020-105 du 10/02/2020 sur la lutte contre le gaspillage et sur l’économie circulaire.

Aussi, à compter du 1er janvier 2022, le syndic communiquera les consignes locales de tri des déchets ménagers, non seulement dans le local à poubelles de la copropriété, mais également directement auprès des propriétaires et occupants de l’immeuble.

De plus, il fournira l’adresse, les horaires et les modalités d’accès des déchetteries dont dépend la copropriété. L’information se fera alors par le biais d’affiches bien visibles placées de manière permanente dans les locaux prévus au dépôt des ordures ménagères. Au moins une fois par an, ces mêmes informations devront être transmises aux copropriétaires et aux occupants.

Faire du tri sélectif dans son immeuble est une manière de contribuer à l’atteinte d’objectifs écologiques primordiaux.

Guide des Pros 2020 (728×150)
Boutique en ligne – nouveauté vidéo et support