Transition énergétique : vers une rénovation massive à la portée de tous

Transition énergétique : vers une rénovation massive à la portée de tous

L’urgence climatique est aujourd’hui une réalité et l’accélération de la transition énergétique une obligation. Dans ce contexte le Plan Climat et Résilience favorise la rénovation globale des logements et des bâtiments. Toutefois, les foyers français, y compris les plus modestes, ne doivent pas être les laissés-pour-compte de ce grand chantier. Tribune de Jean-Baptiste Devalland, Directeur Général de Teksial.

Encore beaucoup de chemin à faire vers la transition énergétique

Le Plan Climat et Résilience fixe un nouveau cap pour tous, celui de la neutralité carbone à horizon 2050. Un mouvement en faveur de la rénovation globale des logements et des bâtiments. On considère que près de 5 millions de logements en France sont des passoires thermiques. Ces perspectives sont réjouissantes toutefois nous voulons y apporter quelques bémols et propositions. Car, les foyers français, y compris les plus modestes, ne doivent pas être les laissés-pour-compte de ce grand chantier.

Inscription NL MI 728×150
Salon de la Copro
URMET 2020 – Bannière 1
Solucop 2021

Afin d’atteindre cet objectif, il est nécessaire de simplifier et de faciliter la maîtrise de l’énergie pour contrôler l’impact sur le budget des ménages, en particulier les précaires énergétiques. Le coût de l’énergie influence également la compétitivité des entreprises, des industries et des collectivités. Si dans ce contexte, 45 % des Français considèrent la rénovation énergétique comme nécessaire dans leur logement, cet intérêt ne se traduit pourtant pas par des actions concrètes.

Transition énergétique : quels sont donc les freins à la rénovation multitravaux ?

Budget, complexité de la démarche, peur des éco-délinquants ? Ce sont trois freins à la fois. Le budget moyen pour les travaux est de 3 071 euros. Or, ce montant est encore insuffisant pour effectuer des travaux efficaces si l’on considère que le coût d’un chantier est compris entre 35 000 et 70 000 euros.

Transition énergétique : quels sont donc les freins à la rénovation multitravaux ?

Réduire le reste à charge des ménages

Prenons pour exemple, un logement de 100 m2 classé F qui devra réaliser 6 opérations de travaux. Pour ce projet, le budget se monte à 56 000 €. Aussi, pour un ménage dit modeste, le reste à charge peut atteindre plus de 40 000€. Or ce montant dépasse largement les revenus annuels de cette famille de 4 personnes.

Une grande majorité des Français (56 %) disposent de plus de 1 000 euros pour financer des travaux de rénovations. Toutefois, 37 % déclarent disposer de moins de 1 000 euros pour les financer et même 18 % ne disposent d’aucune enveloppe budgétaire. Le corolaire de cette situation est la nécessité absolue de réduire le reste à charge des ménages, en particulier pour les plus modestes.

Des démarches administratives trop lourdes

Deuxième frein aux travaux de rénovation, la complexité des démarches et des travaux. Côté complexité, rappelons que 71% des Français méconnaissent encore les aides. D’ailleurs, la plupart pointent du doigt la lourdeur des démarches administratives. Pour d’autres, c’est la lourdeur des travaux qui pose problème. En effet, 63 % des Français estiment que ces chantiers prennent trop de temps et même 74 % jugent les travaux de rénovation énergétique anxiogènes.

La peur des éco-délinquants

D’autant que certains disent ne plus avoir confiance envers les artisans pour réaliser des travaux de qualité. Ils sont quand même, 23% à avoir subi des malfaçons lors de la réalisation de leurs travaux d’efficacité énergétique. Bien que 85 % des Français comprennent l’intérêt de la transition énergétique pour réduire la facture et l’impact environnemental, les résultats ne sont pas encore au rendez-vous.

Quand la transition énergétique passe par des solutions pour une rénovation massive à la portée de tous

Pour atteindre l’objectif de la neutralité carbone d’ici à 2050, la rénovation doit être réalisée massivement et par tous. À ce titre, Teksial souhaite encourager les ménages à réaliser des travaux de rénovation énergétique en impliquant du pragmatisme plus que des grandes idées. Chacun selon sa situation et ses ressources. Il ne s’agit donc ni de rendre les aides pour les « opérations uniques » trop faibles, ni de rendre inapplicable la rénovation multitravaux, mais de rendre possible une rénovation pour tous.

Réduire les ambitions d’une rénovation multitravaux

Aussi, pour éviter de se retrouver face à un mur, Teksial propose que les ambitions d’une rénovation multitravaux s’en tiennent aux conditions de résultat. Avançons en étape vers la transition énergétique avec un premier objectif en 2028 soit l’éradication totale des passoires thermiques. Puis 2050 pour atteindre un niveau de performance BBC.

Soyons pragmatique pour inclure le plus grand nombre de Français dans cette démarche de performance dans les 28 années à venir. En cela, il n’est pas nécessaire d’imposer un nombre incalculable de postes de travaux à réaliser pour atteindre les objectifs de la transition énergétique.

Certes, pour les logements ne pouvant atteindre un niveau BBC, nombreux sont les foyers qui ne pourront pas se permettre de réaliser une opération à 70 000 €. Pour avoir des foyers moins énergivores demain et réduire les émissions de gaz à effet de serre, il faut donc favoriser les résultats. Arrêtons cette course à l’ambition qui se fait au détriment de la faisabilité sur le terrain.

D’autre part, en imposant 6 postes de travaux obligatoires, ceux qui ont d’ores et déjà réalisé quelques travaux ponctuels d’économies d’énergie se trouveraient exclus de fait des aides à la rénovation multitravaux. Car certaines opérations obligatoires ont déjà été réalisées. Une isolation qui a été faite il y a 2 ou 3 ans ne va pas être réalisée de nouveau. Nous préconisons ainsi de permettre un nombre de postes de travaux à la carte.

Des aides libérées à chaque étape

En règle générale, les aides interviennent à la fin du chantier. Aussi, les particuliers sont contraints de libérer les fonds nécessaires au préalable. Face à ce constat, nous préconisons que la réalisation de bouquets de travaux soit étalée sur une période suffisamment longue. Dans cette optique, les aides pourraient être libérées à chaque étape. Une solution qui permettrait d’aider les particuliers à payer les artisans et donc à ne pas abandonner à mi-chemin. Car tout le monde ne peut pas se passer de sa résidence plusieurs semaines, voire plusieurs mois.

Dans ce contexte, afin de sécuriser et d’accompagner la transition énergétique et ces objectifs massifs de rénovation, Teksial dévoile une nouvelle charte professionnelle d’engagement. Celle-ci est inédite, c’est la première dans le secteur des CEE, à destination de ses partenaires professionnels du bâtiment. Elle vise à renforcer la lutte contre la fraude et offre des garanties pour une meilleure qualité des chantiers.

Ainsi, ce contrat moral et administratif sécurise toutes les étapes du projet des travaux de rénovation énergétique. Un moyen efficace pour lever les freins des Français encore inquiets à l’idée de se lancer dans des travaux.

En savoir plus sur Teksial

Teksial est un acteur de la transition énergétique depuis plus de 30 ans qui œuvre aux côtés des pouvoirs publics. Sa mission vise à rendre le marché des certificats d’économies d’énergie (CEE) plus efficace et robuste.

Guide des Pros 2021 (728×150)
Boutique en ligne – nouveauté vidéo et support (728×150)
Jurisprudences 2020 728×150
Inscription Ateliers juridiques 2021 – 2022 (728×150)