Quelles sont les attentes des seniors en matière d’habitat inclusif ?

seniors
Les seniors expriment un souhait clair et massif, celui de vieillir chez eux.

A la demande de la FESP et de ses partenaires, Saint-Gobain, Malakoff-Médéric/Humanis, IRSAP, Sociovision et l’Ifop ont réalisé une étude sur les seniors et les offres de services à la personne, sous l’angle de l’habitat inclusif.

 

Silver économie » : un axe de développement stratégique

 

Le vieillissement de la population est une réalité démographique, il impacte une multitude de secteurs économiques. La « Silver économie », axe de développement stratégique, pourrait ainsi générer une création de 300.000 emplois à l’horizon 2020.

C’est pourquoi le ministère des Solidarités et de la Santé a lancé en octobre 2018 une vaste consultation citoyenne sur le thème de l’autonomie et du grand âge. Cette consultation doit permettre à tous les Français de formuler des propositions concrètes sur le sujet de la prise en charge et de la perte d’autonomie.

C’est dans ce contexte que la Fédération du service aux particuliers (FESP) a souhaité mener une enquête auprès des Français âgés de plus de 50 ans afin d’appréhender leur état d’esprit et leurs attentes par rapport aux services à la personne dans l’objectif de dresser un bilan des attentes des seniors en matière d’habitat inclusif, un sujet central lorsque l’on appréhende la question du vieillissement des populations.

 

Vieillir chez soi : un idéal pour les séniors

 

Pour les seniors, la perspective de pouvoir vieillir au sein de leur domicile est une réalité très marquée. Leur lieu d’habitation idéal est celui dans lequel « on se sent bien » avec sa famille et en sécurité.

Il est également un lieu d’activités (« où je peux bricoler, jardiner, faire des aménagements »), un jugement partagé par 40% des seniors contre 31% des Français.

85% des séniors interrogés envisagent, dans une projection à 10 à 15 ans, de vieillir au sein de leur logement actuel.

Cette perspective est plus particulièrement partagée par les séniors qui vivent aujourd’hui dans des maisons de plain-pied. En effet, la présence d’escaliers ou encore le fait d’être locataire de son logement constituent les deux principaux freins pour ceux qui aujourd’hui ne se projettent pas pour l’avenir dans leur logement actuel.

Pour les autres qui souhaitent rester dans leur logement, les solutions d’aménagements évoquées sont de plusieurs ordres. Le plus souvent, il s’agira de réaliser des travaux d’adaptation dans certaines pièces (44 %) et d’y installer des petits équipements spécifiques (28 %) ou automatisés (27 %).

Les seniors expriment un souhait clair et massif, celui de vieillir chez eux, quitte à y réaliser quelques aménagements pour y parvenir et à recourir aux services à la personne.

 

Salon RENT 2019 Code promo -50%
Solucop 2019 – 728×150
Apéro Copro #18 728×150

Des aides fiscales connues mais peu sollicitées

 

Les dispositifs d’aides dont peuvent bénéficier les seniors pour réaliser ces travaux au sein de leur domicile pour y vieillir sereinement semblent assez bien identifiés. Pour autant, rares sont ceux qui savent in fine à qui s’adresser.

Près de huit séniors sur dix indiquent connaitre, ou avoir entendu parler, des crédits d’impôts pour le recours aux services à la personne (79%), en revanche, seulement 41% d’entre eux déclarent voir précisément de quoi il s’agit.

Par ailleurs, trois-quart des séniors déclarent connaitre l’existence des aides financières allouées à la perte d’autonomie et au maintien à domicile (75% mais seulement 27% qui voient précisément de quoi il s’agit), de même pour les aides fiscales pour l’aménagement de l’habitat (76% dont 28% précisément).

Il reste donc une marge de progression importante pour que les séniors puissent bénéficier de toutes les aides auxquelles ils peuvent prétendre, puisqu’aujourd’hui moins de quatre séniors sur dix déclarent ne pas savoir à qui s’adresser pour en bénéficier.

Le débat actuel sur le développement de ces aides et la fiscalité associée participera probablement à en accroître leur visibilité.

L’enquête a été menée auprès d’un échantillon de 1507 personnes, représentatif de la population française âgée de 50 ans et plus. La représentativité de l’échantillon a été assurée par la méthode des quotas (sexe, âge, statut, profession et ancienne profession de l’interviewé) après stratification par région et catégorie d’agglomération. Les interviews ont été réalisées par questionnaire auto-administré en ligne. Terrain du 19 au 22 novembre 2018.