Propriété immobilière : Le meilleur moyen pour préparer financièrement sa retraite

Propriété immobilière : Le meilleur moyen pour préparer financièrement sa retraite
www.cercledelepargne.com

La grande enquête* du Cercle de l’Épargne et d’AMPHITÉA porte notamment sur la façon de préparer financièrement sa retraite. La vraie recette pour les Français est celle d’être « propriétaire de son logement », cité par 65% d’entre eux.

Les Français considèrent toujours que la possession de la résidence principale est incontournable pour préparer la retraite. En ce qui concerne l’épargne retraite, les produits individuels semblent prendre le pas sur les produits collectifs. Les épargnants apparaissent de moins en moins hostiles à la prise de risque pour obtenir du rendement. Ils éprouvent en revanche des difficultés à appréhender la réforme fiscale menée à la fin de l’année 2017 par le Gouvernement.

 

La question du pouvoir d’achat des retraites

Près des 3/4 des Français (74%) considèrent que leur pension est ou sera insuffisante pour vivre correctement. L’augmentation de la CSG intervenue au 1er janvier et les faibles revalorisations des pensions de ces dernières années expliquent sans doute ce pessimisme chez les retraités. L’inquiétude est en forte hausse chez les retraités les plus aisés, ceux dont les revenus excèdent 3.000 euros (+17 points en un an, soit 59% en 2018).

En effet, 75% des sondés considèrent que le système de retraite est injuste et 80% qu’il est inefficace pour fournir un niveau de pension correct. Ce jugement semble sévère au regard du niveau de vie des retraités qui est aujourd’hui supérieur à la moyenne de la population. Mais une grande majorité des Français pensent que ce n’est pas le cas. Au total, 71% d’entre eux jugent le système tout à la fois injuste et inefficace. Ce sentiment est partagé par 77% des femmes dont le niveau de pension reste inférieur à celui des hommes. Ce sont les personnes à faibles revenus qui sont les plus critiques. La question centrale en la matière reste donc le pouvoir d’achat.

D’année en année, les Français éprouvent de plus en plus de difficultés à épargner en vue de la retraite. Si 55% des non-retraités déclarent épargner pour la retraite, ils ne sont que 10% à le faire très régulièrement. Ainsi, la proportion de non-retraités qui épargnent régulièrement en vue de la retraite est passée, en deux ans, de 31 à 25%. La baisse la plus sensible concerne les personnes ayant des revenus compris entre 2.000 et 3.000 euros. Parmi les retraités, 55 % déclarent épargner afin d’améliorer leur niveau de revenus.

 

La possession de la résidence principale constitue la meilleure solution pour préparer sa retraite

Pour près des 2/3 des Français (65 %), l’acquisition de sa résidence principale reste une valeur refuge et la meilleure solution pour préparer sa retraite. Ce sentiment est largement partagé au sein de la population car c’est l’avis de 74% des retraités.

Il faut souligner que pour 30% des Français, aucun placement n’est rentable. En 2018, seuls deux placements sont jugés plus rentables qu’en 2017 : les actions qui poursuivent leur progression en gagnant 2 points et le Livret A qui gagne 4 points. L’immobilier arrive toujours en tête pour 42% des Français et devance les contrats d’assurance vie (33%). Ces deux placements perdent néanmoins respectivement 6 et 4 points en un an.

Les produits d’épargne à long terme arrivent après l’immobilier (31%). Néanmoins, 43% des épargnants réguliers en vue de la retraite privilégient ce type de produits. L’épargne-retraite reçoit l’assentiment de 29% des sondés. Ce ratio doit être relativisé car ce sont des produits de niche (contrats Madelin, PERP, PERCO, article 83, etc.). Les détenteurs de ces produits d’épargne considèrent à 55% qu’ils permettent de bien préparer financièrement la retraite.

La transformation de l’Impôt de Solidarité sur la Fortune en Impôt sur la Fortune Immobilière (IFI) est critiquée par 61% des Français qui considèrent que ce n’est pas une bonne mesure. L’idée de favoriser les placements financiers en vue d’améliorer le financement des entreprises semble être, en partie, admise chez les jeunes ainsi que chez les personnes gagnant plus de 3.000 euros par mois.

*L’enquête a été réalisée sur internet du 6 au 9 février 2018 auprès d’un échantillon de 1 002 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, constitué d’après la méthode des quotas (sexe, âge, profession de la personne interrogée) après stratification par région et catégorie d’agglomération. Le terrain d’enquête a été confié à l’IFOP.

 

Source : www.cercledelepargne.com