Aller au contenu

Vie pratique

Population française : poursuite du vieillissement d’ici 2070

population française - poursuite du vieillissement

Selon les projections les plus récentes de l’Insee, la population française aurait tendance à augmenter jusqu’en 2044. Elle connaîtrait ensuite une baisse lente jusqu’en 2070 selon le scénario central. Toutefois, les projections précédentes estimaient une croissance démographique durable. En collaboration avec l’Insee et le Musée national d’histoire naturelle, l’Ined a fait le point.

La population française serait plus vieille d’ici 2070

D’après l’estimation de l’Insee, publiée en 2021, le nombre d’habitants en France s’établirait entre 58 et 79 millions d’habitants en 2070. Selon le scénario central, la population française serait alors composée de 68 millions d’habitants. De sorte que La population continuerait d’augmenter jusqu’à un maximum de 69,3 millions en 2044. Puis, elle diminuerait ensuite jusqu’à 68,1 millions en 2070.

Or, cette projection annonce une population plus vieille qu’aujourd’hui. Le nombre de personnes âgées de 75 ans serait ainsi doublé d’ici à un demi-siècle.

Précisons qu’entre 2021 et 2070, la population française n’augmente qu’après 75 ans. Elle double à ces âges puisque l’espérance de vie progresse. Mais, entre 60 et 75 ans, les effectifs restent à peu près les mêmes. Toutefois, ils augmentent légèrement pour les hommes et baissent légèrement pour les femmes. En revanche, en dessous de 60 ans, les effectifs se réduisent de 10 %.

Les deux dernières projections de l’Insee présentent un écart important

En effet, dès 2044, on pourrait observer une légère baisse démographique de la population française. C’est un changement alors que les projections précédentes publiées en 2016 tablaient sur un maintien de la croissance. L’excédent des décès sur les naissances ne serait, en effet, plus compensé par un solde migratoire positif. On note ainsi un écart très important entre le chiffre annoncé dans les projections de 2021 et celui des projections de 2016. Puisqu’il porte sur 76 millions d’habitants.

Les raisons de cette révision à la baisse sont multiples. En effet, elle est fonction de la fécondité, de l’espérance de vie et des migrations.

Pour ce qui est de la fécondité, toutes les hypothèses se fondent sur une stabilisation rapide à 1,6, 1,8 ou 2,0 enfants par femme. Le solde migratoire serait autour de 20 000, 70 000 ou 120 000 personnes par an. En conclusion, la révision à la baisse de la fécondité entre les projections de 2016 et celles de 2021 conduit ainsi à 3,6 millions de personnes de moins en 2070.




Evolution de la population française d'ici 2070

 

L’espérance de vie à la naissance des hommes atteindrait 87,5 ans en 2070, soit une progression de 7,8 ans par rapport au niveau de 2019. Pour les femmes, la progression serait plus lente : 4,4 années gagnées, de 85,6 à 90,0 ans. C’est pourquoi, l’analyse conduit à une réduction de la population française projetée en 2070 de 2,1 millions de personnes.

Bien que le solde migratoire total soit resté inchangé entre les deux projections, sa structure par sexe et âge a été modifiée, ce qui entraîne des changements des nombres de naissances et de décès conduisant à 1,4 million de personnes en moins en 2070.

L’incertitude est plus grande pour les naissances que pour les décès

Le scénario central conduit à un nombre annuel de naissances diminuant de 80 000 d’ici 2070. Soit une diminution de 10 % par rapport au niveau d’aujourd’hui. En revanche, le nombre annuel de décès augmente de 160 000. Il augmenterait alors de 25 % d’ici à 2070.

Cependant, ces chiffres varient selon le scénario, avec une fourchette plus large pour les naissances que les décès. En 2030, le nombre de naissances varie de 610 000 à 810 000 entre les scénarios bas et haut.

Or, le nombre de décès de la population française augmente fortement dans tous les cas. En effet, tous les scénarios conduisent à une hausse des décès très importante entre aujourd’hui et 2045. De fait, les générations nombreuses du baby-boom atteindront des âges vraiment élevés à cette période. Ils seront en train de s’éteindre. Plus précisément, c’est à partir de 2035 que le nombre de décès dépasse le nombre de naissances dans le scénario central.

Que nous apportent ces nouvelles projections  sur la population française ?

Elles confirment le vieillissement de la population d’ici 2040, avec un ralentissement probable de sa progression ensuite. Tous les scénarios conduisent, sans exception, à une hausse importante de la proportion de personnes âgées à cet horizon 2070.

Pour autant, l’ampleur des variations entre les scénarios et les effets induits par la révision du scénario central rappellent les incertitudes sur l’évolution de la population française à long terme. Enfin, la nouvelle projection présente la diminution lente de la population dans 50 ans comme étant le scénario le plus probable si les tendances actuelles se prolongent.

En savoir plus sur les études menées par l’INED

L’Institut national d’études démographiques (Ined) se consacre à l’étude de la population française et à celle des pays étrangers. Cet organisme public constitue un partenaire clé pour les universités et les chercheurs.

L’Ined s’intéresse donc à la démographie dans tous ses aspects (sociologique, économique, historique, géographique, biologique, épidémiologique, etc.). Il dispose de dix unités de recherche et de deux unités mixtes de service. Il mène de multiples projets de recherche à l’échelle européenne ou internationale.

Étiquettes:
nv-author-image

Isabelle DAHAN

Rédactrice en chef de Monimmeuble.com. Isabelle DAHAN est consultante dans les domaines de l'Internet et du Marketing immobilier depuis 10 ans. Elle est membre fondatrice de la Fédération Française de l'Immobilier sur Internet (F.F.2.I.) www.ff2i.org et membre de l’AJIBAT www.ajibat.com, l’association des journalistes de l'habitat et de la ville. Elle a créé le site www.monimmeuble.com en avril 2000.

Laisser un commentaire