Aller au contenu

Achat-Vente

Passoires énergétiques : qui achète ce type de bien ?

Qui sont les acheteurs potentiels des passoires énergétiques ?

La loi Climat et Résilience a été promulguée dans le cadre de la lutte contre le dérèglement climatique. Les mesures prévues par ce texte s’appliquent progressivement à partir de cette année. D’ailleurs, à Paris, le 24 août 2022, le prix des loyers des logements étiquetés F ou G a déjà subi un gel. Cette situation inquiète davantage les propriétaires de passoires énergétiques. Ils décident ainsi de mettre leurs biens en vente. La question qui se pose est : « qui sont les acheteurs potentiels de ces passoires ? ».

La hausse du volume de passoires énergétiques mises en vente

Selon l’Observatoire national de la rénovation énergétique, la France recense environ 7,2 millions de passoires énergétiques. Ce chiffre ne cesse d’augmenter depuis le changement des critères de classement des biens.

Qui sont les acheteurs potentiels des passoires énergétiques ?

Qui sont les acheteurs potentiels des passoires énergétiques ?

 

Auparavant, il suffisait de vérifier la facture d’électricité pour réaliser un diagnostic énergétique d’un logement. Pourtant, cette donnée est jugée non fiable, surtout si le bien n’est occupé que quelques mois sur l’année.

Selon Grégoire de Flers, Head of Paris à la néo-agence Hosman, le diagnostic de performance énergétique actuel est plus strict. Plusieurs facteurs sont désormais considérés, en l’occurrence l’isolation des murs, l’étage, etc.

Passoires énergétiques : est-ce la fin de l’âge d’or de l’investissement locatif ?

Dans le cadre du nouveau DPE, des logements classés D ou E sont passés en F ou en G. Cependant, tôt ou tard, tous ces biens (D, E, F ou G) seront concernés par la loi climat et résilience.




Dans les mois à venir, le gel des loyers touchera de plus en plus de passoires énergétiques. Outre cela, les maisons et les immeubles en monopropriété devront subir un audit énergétique obligatoire d’ici au printemps 2023.

Soulignons que l’audit énergétique s’avère plus précis que le DPE. Celui-ci devra distinguer les éléments énergivores du bien et indiquer le coût estimé des travaux de rénovation à réaliser. Ainsi, de plus en plus de propriétaires s’alarment face à cette loi.

Ces propriétaires bailleurs craignent la perte d’attractivité de l’investissement locatif en France. Certains d’entre eux souhaitent donc se retirer du marché de la location en mettant leur bien en vente.

Les primo-accédants, premiers acheteurs potentiels des passoires

On pense souvent à tort que personne ne s’intéresse à un logement classé F ou G. Notons que ce type de bien est voué à subir l’interdiction à la location ou le plafonnement de loyer.

Toutefois, il existe bel et bien des acheteurs potentiels. Ce sont notamment les primo-accédants en quête de biens de petite surface. Ces derniers correspondent aux biens locatifs dont certains propriétaires bailleurs souhaitent se défaire en priorité.

Ces primo-accédants se tournent vers ces passoires énergétiques afin de profiter d’une marge de négociation plus importante sur le prix affiché. En effet, cette marge de manœuvre se présente comme une occasion d’acquérir un bien financé par un prêt immobilier.

Rappelons que, ces derniers mois, les établissements prêteurs sont de plus en plus exigeants. Certains organismes financiers demandent à ces emprunteurs un apport dont le montant peut atteindre jusqu’à 20 % du prêt.

Selon l’enquête effectuée par Hosman auprès de tous ses clients, 6 acheteurs de passoires sur 10 sont des primo-accédants. En revanche, ces derniers représentent seulement 50 % des clients pour les biens étiquetés A à E.

La majorité des primo-accédants n’envisagent pas de mettre leur premier bien à la location. Dans ce cas, ils sont moins concernés par la loi climat et résilience.

Une proportion importante de jeunes acquéreurs

Les Français de moins de 30 ans sont, eux aussi, attirés par les passoires énergétiques. Selon l’étude de Hosman, un tiers des acheteurs de ces biens sont des jeunes. En revanche, ils représentent seulement un quart des acheteurs pour les logements classés A à E.

Cette tendance s’explique par le fait que les jeunes sont convaincus de réaliser des économies à l’achat. Par ailleurs, du fait de leur jeune âge, ces acquéreurs ont encore moins de charges et plus de ressources (du temps et de la force). Ils peuvent envisager des travaux plus importants afin d’améliorer la performance énergétique de leur bien.

Aujourd’hui, les effets se font fortement sentir dans la capitale alors que c’est le début de l’application de la loi. Bientôt, plusieurs autres grandes villes de France connaîtront la même situation.

L’accompagnement par la néo-agence immobilière Hosman

Fondée en 2018, la néo-agence Hosman vise à améliorer le marché de l’immobilier en prônant la simplicité et la transparence. En effet, elle propose un service de qualité et accessible au juste prix. Elle cherche à aider réellement les vendeurs de passoires énergétiques ou autres types de bien immobilier.

Plus concrètement, chaque client bénéficie du service d’accompagnement personnalisé d’un conseiller immobilier local. Il est parfaitement assisté dès l’estimation de la valeur du bien jusqu’à la conclusion de la vente.

Les équipes de la néo-agence utilisent des outils numériques capables de suivre la vente en temps réel. D’ailleurs, ces outils aident à écourter les délais de vente. Le tarif fixe affiché par Hosman permet à ses clients de dépenser moins sur les frais d’agence.

Rappelons que cette néo-agence immobilière intervient à Paris, Nantes, Toulouse, Lille, Bordeaux, Lyon et Marseille. Plus de 6 000 vendeurs lui ont déjà fait confiance.

nv-author-image

Isabelle DAHAN

Rédactrice en chef de Monimmeuble.com. Isabelle DAHAN est consultante dans les domaines de l'Internet et du Marketing immobilier depuis 10 ans. Elle est membre fondatrice de la Fédération Française de l'Immobilier sur Internet (F.F.2.I.) www.ff2i.org et membre de l’AJIBAT www.ajibat.com, l’association des journalistes de l'habitat et de la ville. Elle a créé le site www.monimmeuble.com en avril 2000.

Laisser un commentaire