Aller au contenu

Santé

Maintien à domicile : un enjeu de la campagne présidentielle

Maintien à domicile : un enjeu de la campagne présidentielle

Les futurs candidats devront prendre en compte les problématiques de dépendance et de perte d'autonomie dans le domaine de l'habitat. En effet, les politiques doivent s'emparer des enjeux de l'adaptation des logements et du maintien à domicile des personnes âgées. C’est ce que souhaite un Français sur quatre, interrogé sur cette question.

Le maintien à domicile est un enjeu majeur de la campagne

De nombreux thèmes importants sont aujourd’hui mis au centre des débats entre les différents candidats à la présidentielle 2022. Qu’en est-il des sujets autour de l’habitat approprié au handicap et à la perte d’autonomie ? Les Maisons de Marianne ont ainsi confié à OpinionWay une enquête sur l’importance de la prise en charge de ces problématiques par les candidats. En effet, pour 3 Français sur 4, le vieillissement, la perte d’autonomie et le handicap constituent des enjeux majeurs de la campagne.

Maintien à domicile et campagne présidentielle

Les résultats de l’étude sont plutôt encourageants. Ainsi, la plupart des interviewés veulent intégrer les enjeux de l’adaptation des logements et du maintien à domicile dans les débats. Ce projet devrait être réalisé au bénéfice des personnes :

  • âgées (selon 76 % des répondants) ;
  • en perte d’autonomie (75 %) ;
  • en situation de handicap (74 %).

Plusieurs élus locaux adhérents à l'Union nationale des centres communaux d'action sociale (Unccas) expriment leur inquiétude. En effet, ils dénoncent l’abandon de la loi Grand âge et Autonomie. Aussi, ils proposent de développer des solutions alternatives visant à favoriser le maintien à domicile.

Accélération du vieillissement démographique, une situation à considérer

Selon une étude de l’Insee, près d’un quart des Français seront âgés de 65 ans et plus en 2023. OR, cette proportion est seulement de 20 % aujourd’hui. En effet, on note une accélération du vieillissement de la population. De plus, l’espérance de vie en France augmente de façon continue.

88 % des Français placent le vieillissement démographique parmi les défis majeurs de la société actuelle.

Rappelons que les établissements spécialisés dans la prise en charge de la perte d’autonomie possèdent une capacité limitée. De plus, ils génèrent un coût moyen important s’élevant à 2 200 euros par mois pour chaque sénior pris en charge. Bien plus que la pension moyenne nette que perçoit un retraité : 1 393 euros (chiffre de DREES).

Par ailleurs, rares sont les Français capables d’apporter une aide financière à un proche en situation de dépendance (moins de 1 répondant sur 5). Compte tenu du vieillissement démographique, un actif sur quatre deviendra un « aidant » en dix ans selon la DREES. À cet égard, ces chiffres confirment l’importance de promouvoir le maintien à domicile. En effet, pour 77 % des répondants, la perte d’autonomie constitue un sujet essentiel que la collectivité doit prendre en charge.

Maintien à domicile, un vœu bien partagé

Selon ce sondage, l’accès au logement représente une source d’inégalités pour les personnes en perte d’autonomie (92%) ou en situation de handicap (91%). Aussi, les Français attendent des actions de la part des élus locaux et des bailleurs sociaux.

Ainsi, pour encourager le maintien à domicile, l'adaptation de tous les logements sociaux à la perte d'autonomie (90%) et au handicap (89%) est un vœu très largement partagé. Seuls 45 % des interviewés estiment que les collectivités et l’État tiennent compte des besoins des foyers touchés par ces problématiques. Or, De plus en plus de Français seront confrontés, à un moment de leur vie, à la dépendance d'un proche.

“ Seuls 6% des logements sont actuellement adaptés à la perte d'autonomie. Il est indispensable d'innover pour proposer des solutions accessibles, avec un environnement de vie qualitatif. On doit repousser, le plus longtemps possible, la survenue de la dépendance. C'est la raison d'être des Maisons de Marianne.” – Éric Vialatel, Président des Maisons de Marianne.

D’après Raphaëlle Gilaber, directrice générale, les résidences Maisons de Marianne sont pensées pour favoriser le maintien à domicile et le lien social. En effet, elles mettent en avant le « vivre ensemble » permettant de combattre la solitude des séniors. Notons également l’explosion de la demande d’habitat social abordable et adapté partout en France aujourd’hui.

Des Maisons de Marianne pour le maintien à domicile et le bien-vivre ensemble

Les Maisons de Marianne proposent des résidences accessibles aux personnes à mobilité réduite et aux personnes âgées. Leurs logements comportent des installations spécifiques, en l’occurrence des :

  • ascenseurs ;
  • barres de maintien ;
  • cuisines ouvertes ;
  • volets électriques ;
  • douches à l’italienne ;
  • veilleuses de sécurité ;
  • etc.

Par ailleurs, les parties communes des résidences sont équipées de portes de hall automatiques. De plus, les résidents peuvent y profiter d’espaces de vie partagés et dotés d’un vaste salon convivial. Ce type d’aménagement permet de favoriser le lien social.

Les résidences comprennent également un espace de bien-être avec des salons de coiffure et de soins esthétiques. De plus, des professionnels strictement sélectionnés y proposent des services à la demande à des prix abordables (livraison de repas, courses, etc.).

Régulièrement, des animateurs organisent des ateliers permettant de préserver l’autonomie physique, culturelle et intellectuelle des résidents (sophrologie, bricolage, pilates, arts créatifs, jeux de société, sorties culturelles…). Dans chaque résidence Maisons de Marianne, la convivialité et les liens sociaux sont primordiaux. Dès l’entrée de chaque résident, il doit approuver la charte « Marianne Attitude ». Ainsi, tous les habitants doivent participer à la vie sociale de la résidence.

Les Maisons de Marianne, un concept de logements intergénérationnels solidaires

Les Maisons de Marianne mettent à la disposition des retraités des logements intergénérationnels. Ces derniers encouragent le bien-vivre ensemble et le maintien à domicile des séniors. L’entreprise travaille étroitement avec les promoteurs, les bailleurs et les collectivités.

Lancé en 2016, le concept de « Village de Marianne » inclut une véritable animation de quartier. Il associe intelligemment les atouts d’un logement social à ceux d’un logement en accession. Il a obtenu en 2019 le prix SilverEco de la meilleure initiative intergénérationnelle. Les premiers villages de Marianne sont en cours de construction.

Les Maisons de Marianne comptent aujourd’hui 30 résidences habitées, 9 résidences en cours de réalisation et 33 résidences en développement. La société prévoit d’offrir des logements adaptés et abordables à plus de 6 000 personnes d’ici à 2024.

nv-author-image

Isabelle DAHAN

Rédactrice en chef de Monimmeuble.com. Isabelle DAHAN est consultante dans les domaines de l'Internet et du Marketing immobilier depuis 10 ans. Elle est membre de l’AJIBAT www.ajibat.com, l’association des journalistes de l'habitat et de la ville. Elle a créé le site www.monimmeuble.com en avril 2000.

Laisser un commentaire