Aller au contenu

Location

Location en Île-de-France : poursuite de la baisse des loyers

Location en IDF

À l’occasion du dernier Salon de l’Immobilier Neuf, LocService.fr a présenté son étude sur le marché locatif en Île-de-France. Les résultats confirment une stabilité ou la légère baisse des loyers. Par ailleurs, la tension locative demeure faible. Cependant, la location à Paris montre des signes de reprise.

Un marché de la location où se loger à Paris est plus cher qu’en périphérie

Selon les chiffres de l’Insee, Paris abrite près de 62 % de locataires. D’après l’étude de LocService.fr, pour se loger, un Parisien doit dépenser en moyenne 1 051 euros pour 28,8 m2, charges comprises. On enregistre donc un ratio de 36,5 euros par m2. Par rapport à septembre 2021 (36,8 euros par m2), on observe donc un léger recul de -0,8 %.

En périphérie parisienne, le loyer moyen descend à 937 euros, soit un ratio de 26,1 euros par m2. Par rapport à septembre 2021, la baisse est de -1,28 %. En Petite Couronne, le loyer moyen s’élève à 25,68 euros par m2 en moyenne (+0,27 %). En Grande Couronne, le mètre carré est loué à 19,43 euros en moyenne (+0,41 %). Dans son ensemble, la province a connu une hausse de +2 % de ses loyers au m2 sur la même période.

À Paris, les appartements une pièce (studio ou T1) représentent plus de 50 % des locations effectuées sur les 12 derniers mois.

Ce fait s’explique par l’importance du taux de rotation des locataires par rapport aux plus grandes surfaces. En effet, les studios profitent de la forte demande des étudiants souhaitant se loger dans Paris intra-muros (environ 365 000). Les appartements T2, quant à eux, représentent 29 % des locations réalisées dans la capitale.

Location - loyer moyen en IDF

La colocation, une alternative à la location classique

Les loyers au m2 à Paris sont 167 % plus élevés que ceux enregistrés en province (13,67 euros par m2). En effet, l’écart des prix avec le reste du pays reste important. Toutefois, cette différence tend aujourd’hui à diminuer. Avant la crise sanitaire (fin 2019), LocService.fr a observé un écart de 200 %.

 




À l’échelle locale, les arrondissements parisiens les plus chers sont le 8e (45,37 euros par m2) et le 6e (44,16 euros par m2). À l’inverse, les moins chers sont le 19e et le 20e. Pour les surfaces importantes (T3, T4 et T5+), l’écart des prix en Petite Couronne, en Grande Couronne et à Paris est énorme. Par exemple, un appartement T4 est loué à en moyenne :

  • 1 228 euros en Petite Couronne ;
  • 1 587 euros en Grande Couronne ;
  • 2 505 euros à Paris.

Aujourd’hui, la colocation constitue une alternative plus économique à la location classique. En effet, une chambre en colocation est accessible à :

  • 505 euros en Grande Couronne ;
  • 569 euros en Petite Couronne ;
  • 691 euros à Paris.

Ainsi, cette colocation est plus abordable qu’un studio tout en bénéficiant d’un meilleur confort de vie. Les espaces communs sont vastes.

Près d’un tiers des recherches orientées sur Paris seulement

L’étude menée par LocService.fr a permis de dresser la répartition de la demande locative par département francilien. Aussi, sur l’ensemble des recherches, 29 % des locataires se tournent vers des logements situés à Paris. Par rapport à septembre 2021, on constate une augmentation de +3 %. Ainsi, la capitale attire à nouveau de plus en plus de locataires.

La demande locative en IDF

 

Ensuite, la demande locative est répartie de façon plutôt homogène entre les autres départements. Les Hauts-de-Seine sont placés en tête de classement, affichant 13 % de la demande de location. Le département le moins convoité est celui des Yvelines. À l’échelle locale, le 15e arrondissement présente la plus forte demande (10,86 % des recherches dans la capitale).

Les moins demandés sont, par contre, le 7e et le 8e, ainsi que les arrondissements centraux. Ces arrondissements affichent, en effet, des loyers élevés et leur offre à l’année est relativement faible. En revanche, LocService.fr a noté une hausse significative de l’attractivité du 17e arrondissement. Le taux de recherches y passe de 7,3 % en décembre 2019 à 9,5 % en mars 2022.

La tension locative en recul dans les villes de la région parisienne

LocService.fr a dressé le classement des 10 villes franciliennes les plus tendues sur les 12 derniers mois. Ces communes ont connu le plus grand nombre de demandes pour une offre de location sur ce site. En effet, on a observé la plus forte tension locative à Massy, à Nanterre et à Meaux. Toutefois, l’écart des demandes entre les villes est faible. Ce constat démontre une certaine homogénéité de la répartition de l’offre et de la demande en Île-de-France.

Top 10 des villes les plus demandée en location

 

L’année dernière, dans le contexte où la pandémie a bouleversé le marché locatif, Paris était exclu de ce classement. En mars 2022, la capitale y revient en 8e position, avec une légère hausse de sa tension locative (1,91 en 2022, contre 1,6 en 2021). Globalement, toutes les villes affichent un recul de la tension locative, régulant ainsi l’évolution des loyers dans la région.

Le profil des locataires à la recherche d’un logement dans la région

Près d’un tiers des recherches sont effectuées par des couples ayant un budget moyen de 1 037 euros, charges comprises. En revanche, 39 % des locataires en quête d’un logement sont des femmes seules disposant d’un budget moyen de 817 euros. 29 % sont des hommes seuls ayant un budget moyen de 813 euros.

De manière générale, les locataires possèdent un budget moyen de 867 euros (-70 euros par rapport au loyer moyen).

Ils font ainsi face à certaines difficultés pour accéder aux offres de location sur le marché. Les étudiants représentent 27 % des candidats locataires ciblant la région parisienne, contre 23 % en 2021. Ceux qui ciblent précisément Paris s’élèvent à 44 %.

Profil des locataires en IDF

 

On a également noté la forte utilisation de la garantie Visale par les candidats locataires en Île-de-France. 16 % des locataires disent avoir utilisé ce dispositif, contre seulement 8 % en province. Du fait de l’augmentation des loyers, les Franciliens ont de plus en plus besoin de recourir à des aides.

nv-author-image

Isabelle DAHAN

Rédactrice en chef de Monimmeuble.com. Isabelle DAHAN est consultante dans les domaines de l'Internet et du Marketing immobilier depuis 10 ans. Elle est membre fondatrice de la Fédération Française de l'Immobilier sur Internet (F.F.2.I.) www.ff2i.org et membre de l’AJIBAT www.ajibat.com, l’association des journalistes de l'habitat et de la ville. Elle a créé le site www.monimmeuble.com en avril 2000.

Laisser un commentaire