Le diagnostiqueur immobilier est-il enfin reconnu à sa juste valeur ?

Le diagnostiqueur immobilier est-il enfin reconnu à sa juste valeur ?

L’intervention du diagnostiqueur immobilier était jusqu’ici assez mal considérée pendant les processus de ventes. Serait-il en passe d’obtenir sa réhabilitation grâce à la mise en place du nouveau diagnostic de performance énergétique (DPE) ? C’est en tout cas la thèse défendue par Henry Buzy-Cazaux, le président de l’Institut du management des services immobiliers.

Diagnostiqueur immobilier : la plus jeune des professions de l’immobilier

C’est la plus jeune des professions de l’immobilier ! On date à 1997 la naissance du métier de diagnostiqueur immobilier. En effet, l’entrée en vigueur de la loi Carrez, exige alors un mesurage rigoureux de la surface des lots de copropriété mis en vente. L’auteur de ces lignes a porté ce texte sur les fonts baptismaux et a vu se constituer dans la hâte ce corps professionnel.

Inscription NL MI 728×150
Salon de la Copro
URMET 2020 – Bannière 1
Solucop 2021

Qui étaient-ils ? Des femmes et des hommes issus de l’immobilier, mais aussi venant du bâtiment, et d’autres horizons. Pour beaucoup, cette activité a constitué une opportunité de création d’entreprise individuelle, sans engagement capitalistique importante. On se formait sur le tas au mesurage et plus largement aux rudiments de la connaissance du bâtiment, et c’était parti.

diagnostiqueur immobilier

Par ailleurs, le législateur a transformé sa volonté de toujours mieux protéger le consommateur en obligations règlementaires. En introduisant plus de transparence dans le logement, il n’a cessé depuis la fin des années 90, de rallonger la liste des diagnostics à associer à une transaction.

Un phénomène qui concerne la location, comme la vente, et bientôt également la seule propriété. Aussi, en 2014, pour la première fois, la loi impose aux copropriétés un diagnostic global de l’immeuble. Les pouvoirs publics ont inventé sans s’en apercevoir une nouvelle profession de diagnostiqueur immobilier. Sans la définir vraiment. Il reste qu’un quart de siècle plus tard, une petite dizaine de milliers d’entreprises exercent ce métier… et qu’il en faudrait deux fois plus.

Le diagnostiqueur change de statut

L’État ne s’est pas arrêté en si bon chemin. Le diagnostic de performance énergétique se réforme. En l’occurrence, il se fiabilise et se complète. Celui qui remplace la précédente formule s’est imposé au 1er juillet, fort d’une opposabilité juridique. C’est-à-dire que la responsabilité d’un vendeur ou d’un bailleur est engagée pour le cas où ses résultats se révèleraient manquer de sérieux.

Il faut ainsi rétablir des diagnostics pour des biens mis sur le marché qui n’avaient pas encore trouvé preneur, locataire ou acquéreur. Il faut aussi s’apprêter à associer à chaque immeuble collectif un diagnostic de performance énergétique collectif. Notons que c’est une innovation de la future loi Climat résilience.

Le même texte voue le parc locatif privé et public à la disqualification s’il n’est pas rénové au plan énergétique. De fait, le diagnostiqueur immobilier devient le seing de la vertu immobilière. Les experts prévoient un risque de dévalorisation des biens immobiliers résidentiels mal placés dans l’échelle du DPE. Ils craignent la mise en place d’une hiérarchie des valeurs vénales comme des niveaux de loyer indexée sur la qualité environnementale.

Un droit de valorisation ou de dévalorisation du bien immobilier

Au passage, le diagnostiqueur immobilier change de statut. Il était un parasite des actes immobiliers, générant des surcoûts de transaction ou de gestion. Jusque chez le notaire on préférait sourire de ces pavés de relevés et d’interprétation relatifs aux pathologies du bien. Certains que tout cela n’était que vaine littérature.

Dans la chaine de l’immobilier, le diagnostiqueur décroche une place de censeur. Il a presque droit de vie ou de mort sur le bien. En tout cas droit de valorisation ou de dévalorisation. De sorte qu’il peut compromettre une location, une cession ou encore provoquer un séisme économique dans une copropriété.

Soyons honnêtes, la communauté immobilière subissait le diagnostiqueur et le méprisait un peu, parfois beaucoup. Les ménages eux-mêmes le tenaient pour superfétatoire et surérogatoire. Tous sont en train d’apprendre à le respecter et à comprendre qu’il incarne rien moins que les enjeux planétaires de l’ère qui s’ouvre. Celle de la sauvegarde du climat et de la santé des habitants du monde. En même temps qu’il favorise la rénovation des bâtiments, le diagnostiqueur immobilier sert sa propre réhabilitation. Coup double.

Guide des Pros 2021 (728×150)
Boutique en ligne – nouveauté vidéo et support (728×150)
Jurisprudences 2020 728×150
Inscription Ateliers juridiques 2021 – 2022 (728×150)