La hausse des taux d’emprunt face à la chute des demandes de prêt

La hausse des taux d’emprunt face à la chute des demandes de prêt

En ce mois d’avril, une quinzaine de banques ont remonté leur taux d’emprunt immobilier de manière assez significative. L’objectif principal des banques est de faire avancer les dossiers de prêts en cours. Qu’en est-il de l’évolution des taux de crédit ?

Des taux d’emprunt à la hausse

Depuis le début du confinement, la quasi-totalité des barèmes reçus accusent une hausse significative. C’est pourquoi le réseau de courtier en crédit immobilier Vousfinancer s’est penché sur la question. D’après eux, une quinzaine de banques ont augmenté leurs taux d’emprunt de 0,05 à 0,70 %. Cela, majoritairement sur les moins bons profils !

Nouvel espace web

En général, les hausses constatées tournent autour des 0,15 à 0,25 %. Une augmentation qui n’est toutefois pas négligeable. Surtout que le taux d’emprunt d’État à 10 ans revenait aux alentours de 0%. À savoir que, ces remontées de taux s’appliquent essentiellement aux banques régionales.

« Dans le contexte actuel ces remontées peuvent être un véritable frein à la reprise. » Sandrine Allonier, porte-parole chez Vousfinancer.

Désormais, une grande banque propose des taux de 1,35 % à 2,35 % sur 20 ans, en fonction des revenus. Alors qu’en mars dernier, ces taux étaient dans la fourchette : 0,85 à 1,65 % !

À ce jour, les taux sont actuellement de 1,20 % sur 15 ans, 1,40 % sur 20 ans et 1,60 % sur 25 ans. L’augmentation des taux d’emprunt est de 0,05 point ; alors que les taux d’usure viennent de baisser !

Une chute des demandes de prêt

Ces trois premières semaines de confinement ont déjà entrainé une augmentation des taux d’emprunt, ainsi qu’une chute inédite des demandes de prêt. D’ailleurs, chez Vousfinancer, les demandes de prêt ont chuté de 72%. De plus, les dossiers envoyés aux banques ont diminué de 58%.

Depuis l’arrivée du Coronavirus, chaque semaine, les demandes de nouveaux crédits se font de plus en plus rares. La plupart des projets immobiliers sont en suspens.

Bien que le marché soit en veille. La signature d’un décret autorisant les signatures d’acte à distance (électroniques) pourrait bien améliorer et fluidifier les transactions en cours. Ainsi, elle permettra d’anticiper au mieux la reprise en évitant un blocage dans les études de dossiers au moment du déconfinement.

En conséquence, une banque a allongé le délai de validité de ses offres de prêt de 30 jours à 90 jours. De plus, une ordonnance (article 2, n° 2020-306 du 25 mars 2020) vient aussi d’allonger les délais de conditions suspensives. L’objectif est de laisser le temps aux emprunteurs d’obtenir un crédit dans cette période complexe.

Prévision des évolutions des taux d’emprunt

Concernant les évolutions futures, tout se joue sur la durée du confinement… Si ce dernier se prolonge : alors la baisse des demandes de prêts pourrait se prolonger sur plusieurs semaines. Qui sait, peut-être même jusqu’en septembre !

Dans ce contexte inédit, les banques pourraient maintenir des taux d’emprunt bas pour relancer la machine et rattraper le retard. Même s’ils doivent rogner leurs marges…

« Nous craignons tout de même que le marché reparte avec un décalage. Car ceux qui auront subi une baisse de revenus (chômage partiel, indépendants et artisans commerçants) devront patienter avant de refaire une demande de prêt. » – Jérôme Robin, Président de Vousfinancer.

Si la situation de crise sanitaire s’améliore, il faudrait que les banques ajustent leurs taux d’emprunt afin d’aider le marché de la pierre a redémarré sur de bonnes bases. En tout cas, c’est ce qu’on espère.

Guide des Pros 2021 (728×150)
Boutique en ligne – nouveauté vidéo et support (728×150)
Chaîne Youtube (728×150)