L’ouverture des marchés progresse mais le besoin d’information persiste

Expérimentation du chèque énergie: une bonne nouvelle à conforter
Jean Gaubert

L’ouverture des marchés progresse mais le besoin d’information persiste

Les dépenses d’énergie restent un sujet de préoccupation important pour les Français. C’est l’un des enseignements du 9ème baromètre annuel Energie-Info sur l’ouverture des marchés de l’électricité et du gaz naturel. En 2015, 73% des foyers font part de cette inquiétude, et ce, malgré un hiver plus doux et une baisse significative du prix des énergies fossiles.

Près d’un foyer sur dix admet avoir rencontré des difficultés pour régler certaines factures d’énergie au cours des douze derniers mois. Ce pourcentage, plus faible que les années précédentes (13% en 2014), reste élevé dans l’absolu. Il en est de même pour les restrictions de chauffage : 36% en 2015 contre 42% en 2014.

Huit ans après l’ouverture à la concurrence des marchés de l’électricité et du gaz naturel, la connaissance du droit à changer de fournisseur d’énergie atteint pour la première fois le taux de 60% pour le gaz, avec une progression record de 6 points en un an. Une connaissance en progression également pour l’électricité (52% vs 50% en 2014).

Cette amélioration n’est pas liée à une démarche proactive des Français. En effet, seul un ménage sur cinq a cherché à obtenir des informations sur le sujet, un résultat stable depuis 2012. En revanche, les récentes opérations d’achats groupés de gaz naturel, fortement médiatisées, ont sans aucun doute contribué au développement de cette connaissance.

S’ils sont plus sensibles à la concurrence et y sont plutôt favorables (70%), seul un Français sur trois déclare connaître la marche à suivre pour changer de fournisseur. Ce qui n’a pas empêché 13% d’entre eux de changer (vs 10% en 2014), principalement pour des raisons économiques.

Avec 40% de ménages démarchés pour souscrire une offre de fourniture d’électricité ou de gaz naturel, il est inquiétant d’observer qu’avant de changer de fournisseur, seul un quart des consommateurs a comparé les offres entre elles sur un comparateur.

Le défi est donc plus que jamais présent pour le médiateur national de l’énergie d’aider les consommateurs dans leur choix, avec son comparateur d’offres, de les informer, et de les accompagner dans leurs démarches. En effet, la compréhension du secteur de l’énergie reste floue. La répartition des rôles des différents acteurs, fournisseurs et gestionnaires de réseaux, est toujours peu appréhendée du grand public.

La confusion perdure entre les deux fournisseurs historiques, Engie (ex GDF Suez) et EDF. Alors que ce sont deux sociétés différentes et concurrentes, la dissociation n’est faite que par 28% des consommateurs. Par ailleurs, seul un tiers des Français connaît le médiateur national de l’énergie ou son service d’information des consommateurs Energie-Info.

Résultat qui confirme le projet de l’institution de rapprocher ces deux entités pour gagner en efficacité et en visibilité. Cette cohérence sera d’autant plus nécessaire, qu’avec l’extension de son champ de compétences à toutes les énergies domestiques, de plus en plus de consommateurs pourront faire appel au médiateur de l’énergie ; soit parce qu’ils ont un besoin d’information, soit parce qu’ils ont un litige avec un opérateur du secteur.

www.energie-mediateur.fr