Immobilier neuf en Île-de-France : la conjoncture du 2ème trimestre 2021

Immobilier neuf en Île-de-France : la conjoncture du 2ème trimestre 2021

Le marché de l’immobilier neuf a été affecté par la crise économique liée à la pandémie. Au second trimestre 2021, l’activité retrouve petit à petit son dynamisme en Île-de-France. L’Observatoire du Logement de l’ADIL de Paris livre sa note de conjoncture de cette période. Découvrez les grandes lignes de cette analyse dans cet article.

Une croissance annuelle de +15 % des ventes dans l’immobilier neuf

D’après les données analysées par l’ADIL de Paris, l’Île-de-France enregistre 7 225 ventes dans l’immobilier neuf au 2ème trimestre 2021. Ainsi, une chute de 7 % est observée en comparaison aux trois premiers mois de cette année. Les évolutions sont très contrastées selon les départements. Paris (>100%) et le Val-de-Marne (+25%) enregistrent les augmentations les plus significatives, tandis que les Yvelines et l’Essonne affichent une hausse modérée de l’ordre de 4%.

Inscription NL MI 728×150
Salon de la Copro
URMET 2020 – Bannière 1
Solucop 2021

Cependant, sur un an, l’ensemble des départements a vendu plus de biens que l’an passé à la même période (+15%).

Cette évolution positive concerne les huit départements franciliens. Elle est particulièrement légère à Paris, avec une progression de 1 % seulement. Par contre, la Seine-Saint-Denis, les Hauts-de-Seine et l’Essonne ont connu des hausses remarquables de 19 % et plus. Dans le reste de la région (77,78, 91, 94), le nombre de transactions s’est accru de 10 à 13 %.

Evolution des ventes dans l'immobilier neuf

 

Les logements en collectif représentent 95 % du total des transactions régionales. L’Île-de-France comptabilise ainsi 6 872 ventes sur ce segment. En revanche, le nombre des maisons vendues s’élève à 353. En individuel, 87 % des ventes concernent les maisons de 4 et 5 pièces. Les trois départements les plus vendeurs sont :

  • la Seine-Saint-Denis (1 447 transactions) ;
  • les Hauts-de-Seine (1 458 transactions) ;
  • la Seine-et-Marne (1 050 transactions).

Paris affiche toutefois le volume de ventes le moins élevé de la région (98 unités).

Une hausse de près de 60 % des mises en vente

Les mises en vente ont augmenté de 59 % entre le 2ème semestre 2020 et celui de 2021. Elles ont également progressé de 36 % par rapport au 1er trimestre 2021. Près de 8 000 nouveaux biens ont complété l’offre sur le marché de l’immobilier neuf en Île-de-France. Presque tous les départements franciliens ont vu leur offre commerciale s’accroître entre les deux premiers semestres de 2021.

Evolution des mises en vente immobilier neuf

 

Le volume des mises en vente ont même doublé à Paris, dans l’Essonne et dans le Val-de-Marne sur cette période. Par contre, il a légèrement baissé de près de 4 % en Seine-Saint-Denis. Il s’est effondré d’environ 32 % en Seine-et-Marne. Par ailleurs, ce département a connu un recul de 35 % sur son offre commerciale en un an.

En termes de typologies des biens, les mises en vente ont augmenté aussi bien en individuel qu’en collectif. Les mises en vente des maisons ont progressé de 77 %, tandis que celles des appartements/studios de 58 %. L’offre des maisons de 2 et 4 pièces a doublé sur un an. En collectif, les parts des appartements de 2, 4 et 5 pièces sont les plus importantes.

En termes d’attractivité, les départements de la Petite Couronne restent en haut de la liste. Les Hauts-de-Seine ont notamment introduits 1 727 nouveaux logements sur le marché de l’immobilier neuf. Le Val-de-Marne enregistre 1 423 unités et la Seine-Saint-Denis 1 207 unités. En Grande Couronne, le Val-d’Oise a su se démarquer avec 1 037 nouveaux biens introduits.

Stabilité des volumes de stock de logements disponibles sur un an

En fin de second trimestre 2021, l’Île-de-France recense 22 210 logements disponibles à la vente (dont 96 % des appartements). Ce chiffre est quasiment équivalent à celui enregistré au 30 juin 2020.

Le stock des logements disponibles s’est donc stabilisé sur un an.

Les évolutions ont été cependant disparates entre les différents départements. Les Hauts-de-Seine affichent +27 %, Paris +15 %, le Val-de-Marne +18 % et le Val-d’Oise +8 %. En revanche, les quatre autres départements accusent une chute de leur stock. La Seine-et-Marne enregistre -13 %, les Yvelines -19 % et la Seine-et-Marne -1 %.

Encours des logements neufs

 

Au 30 juin 2021, la région compte près de 800 maisons neuves, dont près de 50 % des 4 pièces. La part des maisons de 5 pièces en stock est aussi importante (38 %).

En collectif, les studios et les appartements de 6 pièces ont respectivement connu une croissance de +11 % et de +52 %. Les autres typologies de logements disponibles ont été relativement stables sur un an. En effet, les plus grands pourvoyeurs dans l’immobilier neuf sont les Hauts-de-Seine, la Seine-Saint-Denis et la Seine-et-Marne.

Poursuite de l’envolée des prix de l’immobilier neuf de la région

Par rapport au 2ème trimestre 2020, le prix moyen des appartements neufs a généralement progressé en Île-de-France. Les hausses les plus remarquables sont celles de la Seine-Saint-Denis (+6 %) et du Val-de-Marne (5 %). Les Hauts-de-Seine (-0,5 %) et l’Essonne (+0,9 %) affichent des prix presque équivalents à ceux de l’an dernier.

Par rapport au 1er trimestre 2021, une évolution positive des prix est enregistrée en collectif dans les départements franciliens (sauf dans l’Essonne avec un recul de 5 %).

Les Yvelines et la Seine-Saint-Denis présentent les évolutions les plus importantes (environ 3 %). Précisons par contre que Paris connaît un prix moyen significativement élevé dans la région (13 126 euros par mètre carré).

Les prix de l'immobilier neuf

 

En dehors de Paris, la Petite Couronne bénéficie des prix assez intéressants (pour les vendeurs) dans l’immobilier neuf, notamment en collectif. Le mètre carré d’un appartement a coûté 7 529 euros en moyenne dans les Hauts-de-Seine, et 6 197 euros dans le Val-de-Marne. En Seine-et-Marne, le prix moyen d’un appartement ne dépasse pas toutefois le seuil des 4 200 euros par mètre carré.

Un délai moyen de commercialisation de 9,2 mois

Dans l’immobilier neuf de l’Île-de-France, le délai de commercialisation est de 9,2 mois au 2ème trimestre 2021. Il a baissé de 1,4 mois en moyenne par rapport au 2ème trimestre 2020.

délai de commercialisation

 

Ce délai est particulièrement long à Paris (19,4 mois), comparé à ceux des autres départements. Il a d’ailleurs rallongé de 2,3 mois en comparaison à celui de l’an passé. En revanche, il est devenu plus rapide de trouver des acquéreurs dans le reste de la région. Ce dynamisme est surtout constaté en Seine-Saint-Denis (-3,1 mois) et dans les Yvelines (-3 mois).

Guide des Pros 2021 (728×150)
Boutique en ligne – nouveauté vidéo et support (728×150)
Jurisprudences 2020 728×150
Inscription Ateliers juridiques 2021 – 2022 (728×150)