FNAIM : une campagne radio pour la rénovation énergétique des bâtiments

FNAIM : une campagne radio pour la rénovation énergétique des bâtiments

La Fédération nationale de l’Immobilier (FNAIM) annonce une campagne radio de sensibilisation à la rénovation énergétique des bâtiments. Le meilleur moyen pour attirer l’attention des Français et alerter les pouvoirs publics. La rénovation du parc immobilier est nécessaire, mais coûteux. Aussi, cela implique, pour réussir, que les bailleurs soient accompagnés.

Rénovation énergétique : une campagne radio à destination du grand public

Cette campagne a pour but de promouvoir la rénovation énergétique et d’inciter l’État à aider financièrement les particuliers à rénover. Elle vise à toucher 24 % des 35 à 59 ans, soit environ 5,1 millions de personnes. Elle se déroule du lundi 31 mai au 18 juin 2021.

GRDF 2021
Pro Archives Conciergerie digitale

La FNAIM soutient la rénovation énergétique

 

La FNAIM prévoit de diffuser 75 spots d’une durée de 15 secondes sur les stations du groupe Les Indés Radios. Il rassemble 130 radios indépendantes possédant chacune une aire de diffusion régionale ou locale.

Selon Médiamétrie, ces stations comptent environ 7,4 millions d’auditeurs quotidiens répartis sur tout le territoire. Elles sont capables de toucher près de 95 % des Français et d’assurer une diffusion dans tout le pays.

Un accompagnement de la part des professionnels de l’immobilier

Adopté en première lecture à l’Assemblée nationale, le projet de loi Climat et Résilience est débattu maintenant par les sénateurs. Il prévoit d’interdire la location des biens classés F et G en 2028, et des biens classés E en 2034.

En effet, la rénovation énergétique des bâtiments concerne bon nombre de propriétaires. Dans le parc locatif privé, on recense aujourd’hui plus de 1,7 million de logements F et G. Malgré cela, une grande partie des Français n’a pas encore pris conscience de cet enjeu.

C’est pour cette raison que les professionnels de l’immobilier s’engagent auprès des propriétaires, copropriétaires et bailleurs. D’ailleurs, ces derniers sont particulièrement concernés par la mise en œuvre de cette obligation. En cela, la FNAIM a la volonté d’alerter les pouvoirs publics sur la nécessité d’accompagner le grand public.

“ Par cette campagne, nous souhaitons contribuer à démystifier la question de la rénovation énergétique et faire savoir aux Français que les professionnels de l’immobilier adhérents FNAIM sont des experts à leur disposition. ” – Jean-Marc TORROLLION, Président de la FNAIM.

Mise à disposition des moyens nécessaires pour assurer la rénovation énergétique

Cette campagne de sensibilisation à la rénovation énergétique s’inscrit dans une démarche responsable et durable. En effet, la FNAIM a notamment contribué à l’initiative des syndics professionnels pour réaliser 50 000 chantiers de rénovation sur trois ans. Cet engagement a obtenu la reconnaissance et le soutien de la ministre du Logement.

Depuis deux ans, via les “Copros Vertes”, la FNAIM participe et soutien fortement à l’élaboration d’un vaste programme de formation des syndics. De plus, elle affirme sa détermination pour soutenir les dispositifs ambitieux permettant d’atteindre cet objectif de rénovation énergétique. Elle est favorable à toutes décisions publiques nécessaires, mais réalistes.

À cet égard, la Fédération a toutefois émis quelques réserves concernant le calendrier de l’interdiction de location des logements classés E à horizon 2034. En effet, comme l’exprime Jean-Marc Torrollion, la rénovation des logements F et G du parc privé locatif en 2028 représente 1,7 million de logements très énergivores, actuellement en location. Et, ce n’est pas rien ! C’est pourquoi, il est essentiel de se donner les moyens de réussir collectivement cet objectif, et de tirer les conséquences de la réforme du DPE.

Le secteur du bâtiment subit encore plus de tension, avec l’obligation de rénover les logements E jusqu’à seulement 2034. Notons que ces biens énergivores représentent à peu près un quart du parc locatif privé. Cela représente un autre objectif en parallèle qui sera difficile à atteindre sans l’implication de toutes les parties prenantes.

“ L’ajout des logements E à si court terme représente un nouveau quart du parc locatif privé. Cela accroît la tension pour la filière du bâtiment, avec un risque de démultiplication des coûts pour des bailleurs, alors que l’exigence de performance sera rehaussée. ” – Jean-Marc Torrollion.

Les propositions de la Fédération nationale de l’Immobilier

La Fédération nationale de l’Immobilier avance quelques propositions pour accompagner les bailleurs :

  • la réévaluation du plafond du déficit foncier imputable sur le revenu ;
  • l’instauration d’une vente en l’état futur de rénovation énergétique ;
  • la sortie des logements rénovés (anciennement classés F ou G) du dispositif d’encadrement expérimental des loyers ;
  • la création d’un Prêt Garanti Copro par l’État servant à financer les travaux de rénovation énergétique.

La FNAIM souhaite aussi faire contribuer les copropriétés dans la mise en œuvre de la rénovation énergétique du parc immobilier. Pour cela, le futur Plan Pluriannuel de travaux (PPT) devra être simple et compréhensible.

En conclusion, la FNAIM juge nécessaire de rénover le parc immobilier, bien que cet objectif soit coûteux et ambitieux. Pour réussir ce projet dans les délais prévus, il est de mise de guider et d’accompagner les bailleurs sur le plan juridique, technique et financier. Cela permettra d’éviter d’aggraver la crise du logement, notamment à cause de l’interdiction de location des logements énergivores.

Guide des Pros 2021 (728×150)
Boutique en ligne – nouveauté vidéo et support (728×150)
Jurisprudences 2020 728×150
Inscription Ateliers juridiques 2021 – 2022 (728×150)
Inscription NL MI 728×150