Enquête sur les enjeux sanitaires du bâtiment

Enquête sur les enjeux sanitaires du bâtiment

Le Covid 19 a favorisé la prise de conscience des enjeux sanitaires auprès des professionnels du bâtiment. Une grande enquête a permis de dégager les grandes tendances du moment. Elle révèle des failles, tout en notant des progrès sensibles.

Une grande enquête sur les enjeux sanitaires du bâtiment

Bâtiment Santé Plus commandite cette enquête en partenariat avec le Conseil National de l’Ordre des Architectes. Notons que le Service Architecture du ministre de la Culture et l’Ademe ont soutenu cette démarche. Le but est de savoir quelle place accorde-t-on à la santé dans la construction ?

GRDF 2021
Pro Archives Conciergerie digitale

Les nouveaux défis et enjeux sanitaires du bâtiment
Source : www.defisbatimentsante.fr

 

320 acteurs du bâtiment se sont prêtés à l’exercice en répondant à un questionnaire très précis. Parmi les répondants, la répartition est la suivante : 30 % d’architectes, 25 % de bureaux d’études, et environ 10 % de maîtres d’ouvrage. Cette enquête “Diagnostic Bâtiment Santé” donne un aperçu complet de leur vision de la santé dans leurs métiers.

Un colloque prévu en date du 6 juillet 2021 présentera les conclusions de l’enquête ainsi que les solutions du secteur tout entier.

Renforcer les formations et les sensibilisations sur les enjeux sanitaires

L’enquête met en avant la prise de conscience des enjeux sanitaires par les professionnels du bâtiment. Néanmoins, des campagnes de sensibilisation sont nécessaires pour convaincre tous les acteurs concernés. En 2000, seuls 25 % d’entre eux se préoccupent des enjeux sanitaires alors qu’ils représentent 41 % en 2015.

Les formations ont ainsi mis en exergue la relation entre la qualité du bâtiment et de la santé des usagers. Ce rapport doit donc être pris en compte dans les projets de construction et de rénovation immobilière.

Demain, la santé ne sera plus un élément de programme, mais une composante intrinsèque de la construction et de la rénovation.

Le Bâtiment Santé Plus a pour but de favoriser l’intelligence de conception. Les produits simples d’usage et d’entretien permettent généralement de résoudre les problèmes. Il est également important de renforcer les stratégies de communication sur les enjeux sanitaires des bâtiments. La révision des normes et des règlements en vigueur s’avère aussi nécessaire.

Les 4 critères sanitaires à prendre en compte

Les enjeux sanitaires se réfèrent à la qualité de vie d’un espace. Aussi, dans le bâtiment, les quatre critères sanitaires principaux retenus par la globalité des participants sont :

  • La qualité de l’air intérieur (86,3 %) ;
  • L’orientation, la luminosité et l’ensoleillement (65,6 %);
  • Le confort thermique (65 %);
  • L’acoustique (39,4 %).

L’objectif est de réduire la transmission des infections contagieuse par l’air. Les purificateurs disponibles sur le marché s’avèrent souvent insuffisants. Il est également nécessaire d’adapter les bâtiments aux nouveaux modes de travail.

Si la qualité de l’air est primordiale, ce sont bien tous les sens qui participent de la santé et de la qualité de vie d’un espace.

La crise sanitaire accélère la prise en compte de la santé dans le bâtiment

La crise sanitaire née de la pandémie de COVID-19 a modifié la prise en compte de la santé dans le bâtiment. Près de 40 % des acteurs du bâtiment s’en disent convaincus. L’effet COVID et ses enjeux sanitaires concernent surtout 67,7 % des maîtres d’ouvrage, investisseurs, foncières. Alors que seulement 15,8 % des entreprises de construction, installation et maintenance se disent concernées. Les bâtiments s’adaptent-ils au risque épidémique ?

 

En effet, la question de la qualité de l’air intérieur et l’adaptation des bâtiments aux nouveaux usages sont fortement mises en avant. Ensuite, la conception des bâtiments doit s’adapter aux nouveaux usages, dont le télétravail. Il est important de limiter le risque de grande promiscuité. Il faut pouvoir offrir des espaces extérieurs.

Aussi, pour réduire la transmission aérienne des infections contagieuses dans les bâtiments, le plus simple consiste à pratiquer une aération par les ouvrants. On fera également appel à la ventilation mécanique puis à la filtration de l’air.

En conséquence, les solutions plébiscitées pour répondre aux enjeux sanitaires sont les plus simples d’usage et d’entretien. Pour les participants, le foisonnement des « purificateurs » ne semble pas répondre aux problématiques rencontrées.

Économie circulaire et enjeux sanitaires

Les contraintes environnementales ont permis aux professionnels du bâtiment de privilégier les matériaux biosourcés. 62,5 % des répondants les utilisent déjà dans leurs projets. 73 % d’entre eux sont des bureaux d’étude et 66 % sont des architectes.

La prescription et la mise en œuvre des matériaux biosourcés doit tenir compte de toutes leurs caractéristiques et éviter les a priori sanitaires.

Quant aux matériaux éco-conçus, ils proviennent du recyclage. 40 % des participants à l’enquête les intègrent dans leurs projets. Les fabricants et distributeurs de produits de construction et d’aménagement intérieur (62 %) sont les plus impliqués. D’ailleurs 62 % des participants savent qu’un produit qui intègre une fraction de matière recyclée est soumis aux mêmes obligations réglementaires de qualité sanitaire qu’un produit neuf. Pourtant, notons que 18,4 % des répondants ne sont concernés par aucun de ces matériaux.

Le réemploi et la réutilisation des matériaux constituent donc un secteur à développer afin de répondre aux enjeux sanitaires. Il est important de concevoir des matériaux sains réutilisables et facilement traçables. Toutefois, pour l’instant, le réemploi constitue surtout une démarche militante. Il faut inventer le cadre économique et réglementaire pour en permettre le développement comme une solution constructive généralisable.

Un matériau bon pour l’environnement n’est pas systématiquement synonyme de « bon pour la santé. »

Un besoin d’informations sanitaires sur les différentes familles de produits de réemploi

Ce qui est bon pour l’environnement ne coïncide pas forcément avec les enjeux sanitaires. Les projets doivent donc tenir compte de l’écologie et de la santé des individus. La végétalisation est nécessaire pour la biodiversité et la lutte contre le réchauffement climatique, mais elle doit éviter d’augmenter le risque d’allergie. Il en est de même de matériaux de construction dit naturels qui peuvent avoir des effets sanitaires.

Par conséquent, il faut donc poursuivre la sensibilisation du public, et la montée en compétence des concepteurs pour une maîtrise de tous les paramètres de l’écologie et de la santé. De ce fait, il est nécessaire d’indiquer toutes les informations sanitaires sur chaque type de produit et de matériau. Ces données permettent aux professionnels du bâtiment de faire le bon choix pour tous leurs projets, mais aussi de répondre aux enjeux sanitaires.

Guide des Pros 2021 (728×150)
Boutique en ligne – nouveauté vidéo et support (728×150)
Jurisprudences 2020 728×150
Inscription Ateliers juridiques 2021 – 2022 (728×150)
Inscription NL MI 728×150