Domotique en copropriété: usages des installations connectées

Domotique en copropriété: usages des installations connectées

La domotique en copropriété marque la révolution de l’habitat par le digital. Sécurité, confort et équipements connectés améliorent le quotidien des occupants en de nombreux points. Faut-il encore bien équiper sa copropriété et savoir se prémunir de certains risques !

Domotique en copropriété pour éviter les tâches répétitives du quotidien

La domotique en copropriété est un ensemble de techniques d’automatisme, de télécommunication et d’informatique. Parfois, vous entendrez parler de “smart home”, ou encore de maison connectée ou intelligente. Quels que soient les termes utilisés, il s’agit d’une solution qui centralise et contrôle de nombreuses fonctionnalités indispensables au quotidien des immeubles ou des logements.

Inscription NL MI 728×150
Salon de la Copro
URMET 2020 – Bannière 1

C’est en 2017 que l’on inaugure le premier immeuble entièrement connecté de France. Il se situe à Issy-les-Moulineaux. Cet immeuble pilote représente la plupart des possibilités offertes par la domotique en copropriété. En effet, il se compose de nombreux équipements connectés à une seule plateforme. Ainsi, les utilisateurs peuvent y accéder via une application mobile.

Domotique en copropriété

 

Les installations facilitent les actions indispensables, mais répétitives du quotidien :

  • Allumage des lumières,
  • Réglage du chauffage,
  • Ouverture et fermeture des volets roulants,
  • Lancement d’une musique sur un poste Hi-Fi,
  • Mise en veille des appareils pour une économie énergétique pouvant aller jusqu’à 15%,
  • Alerte en cas de panne de l’électroménager,
  • Alerte « boîtes aux lettres » à l’arrivée du courrier, etc.

La fibre optique accélère le développement des solutions de logements connectés

Votre fournisseur de fibre optique peut vous proposer une solution qui permet de connecter l’ensemble des services numériques de l’habitat. Par exemple, les objets connectés, la domotique, le contrôle d’accès, les solutions de services à la personne, la télésurveillance, le contrôle  énergétique, etc. En effet, grâce à la fibre et au Très Haut Débit, l’habitat devient intelligent.

Fibre optique et logement connectée

 

Cela permet également au résident d’avoir un accès internet et de recevoir les chaînes de télévision TNT. Parfois, l’offre inclut aussi une ligne téléphonique. La copropriété peut souscrire ce service collectivement. Il propose de rendre connectés les logements de manière collective au sein d’un immeuble. Il s’utilise à la fois dans les parties privatives ou communes des immeubles.

“ La connectivité propre au logement est devenue une nécessité : Chaque logement devra disposer d’une ligne dédiée à la gestion de l’habitat et du cadre de vie sans nécessiter d’abonnement individuel.” – Joseph Choueiri, directeur Business Unit habitat collectif chez SFR.

La domotique en copropriété pour renforcer la sécurité

Au-delà des bénéfices en matière de confort et de bien-être, la domotique en copropriété s’avère être incontournable pour renforcer la sécurité. En cela, un dispositif de vidéosurveillance permet de contrôler les différents accès aux parties communes. Désormais, les solutions disposent de caméras connectées et de disques durs disposant d’une grande capacité de stockage. Le plus souvent, les personnes autorisées à consulter ces images peuvent y accéder via une plateforme en ligne.

Vidéosurveillance

 

À ce propos, le site de la Cnil indique qu’un copropriétaire peut installer des caméras de vidéosurveillance sur une partie privative, y compris dans son jardin ou sur un chemin d’accès privé. Cela peut se faire sans demander l’autorisation de l’assemblée générale des copropriétaires. A contrario, lorsque le système de surveillance peut filmer du public dans les parties communes de l’immeuble, il faut alors respecter la règlementation en vigueur.

La domotique en copropriété pour éviter de gaspiller l’énergie

Les compteurs dit « intelligents » permettent l’établissement de factures exactes et de moins gaspiller l’électricité. De sorte que le compteur Linky incite les utilisateurs à limiter leur consommation aux périodes de pointe. Avec ce type de compteur, tout peut se faire à distance : la mise en service comme la modification de puissance souscrite. Il est aussi plus facile de détecter un appareil en panne.

Par ailleurs, les factures se basent sur la consommation réelle et non sur la base d’estimations entre deux relevés. Les usagers ont l’accès à ces informations. Ainsi, ils disposent d’indicateurs pour maîtriser leur consommation.

Certes, les capteurs et compteurs intelligents permettent d’optimiser les consommations d’énergie. Vous pouvez aussi allez plus loin en intégrant des solutions actives et passives de gestion énergétique à votre copropriété. Par exemple, dans les parties communes, les détecteurs de présence permettent l’éclairage des lieux en fonction du déplacement d’une personne. De même, vous pouvez placer des capteurs de lumière du jour. Ils s’adaptent à l’intensité lumineuse naturelle pour éclairer que certaines parties de bâtiments.

Répartiteur de frais de chauffage Ista

 

Enfin, pour réduire encore un peu plus la facture, les répartiteurs de frais de chauffage (RFC) sont la solution la plus adaptée. Ces boîtiers électroniques couplés à des sondes s’installent sur chaque radiateur individuel. Ils déterminent précisément la consommation de chauffage de chaque logement. Notons qu’ils sont obligatoires depuis la loi de transition énergétique du 31 décembre 2017.

Répartition des frais d’installation de la domotique en copropriété

L’installation de la domotique en copropriété implique un budget important. Aussi, avant d’investir dans une solution, il est conseillé de réaliser une étude préalable. Les technologies en matière de domotique évoluent sans cesse d’où l’intérêt de ne pas « fermer » le projet. Faites-vous accompagner par un expert pour étudier la faisabilité d’un tel projet.

Notez que la solution choisie dépendra, avant tout, des caractéristiques de la copropriété. D’ailleurs, les copropriétaires participent aux frais des installations connectées sur les parties communes en fonction de leur quote-part.

Pour ce qui est du budget, le prix des installations d’une domotique en copropriété dépend entièrement des spécificités du bâtiment et des solutions choisies. En effet, il faudra prendre en compte les surfaces à équiper, les difficultés liées à l’ancienneté du bâti, le raccordement filaire ou sans fil…

Comment se prémunir des failles de sécurité ou des dysfonctionnements ?

Un autre point mérite d’être souligné. Les immeubles connectés peuvent présenter des vulnérabilités face à la cybercriminalité. La domotique étant connectée à internet, les utilisateurs ne sont pas à l’abri des intrusions illégales ou des virus. Un cryptage inviolable est indispensable pour une sécurité efficace.

De plus, certains dysfonctionnements sont possibles. Une coupure entre l’immeuble connecté et l’extérieur est possible en cas de coupure internet. C’est particulièrement problématique si le contrôle de la domotique dépend entièrement du “cloud”.

Vous pouvez aussi subir une panne du contrôle central duquel dépend vos services connectés. Il faudra alors s’assurer du maintien d’un service minimum même en cas de panne. D’ailleurs, même si les promesses de sécurité des fabricants sont impressionnantes, on n’est jamais trop vigilant avec les équipements connectés.

En pleine évolution, les technologies et les objets connectés pour les copropriétés n’en sont qu’à leur commencement. Pour optimiser les dépenses énergétiques de l’ensemble de votre copropriété tout en offrant confort et sécurité aux habitants. Toutefois, la domotique en copropriété n’est pas sans risque. Car, la multiplication d’appareils reliés au réseau Internet augmente nécessairement le risque de piratage. Ils restent exposés aux attaques de cybercriminels. Mais pour d’autres le danger est plutôt induit par une exposition à des radiations électromagnétiques qui peuvent provoquer des troubles de la santé…

Quoi qu’il en soit nous devons en connaître les risques pour nous en prémunir. Car la domotique est présente partout dans notre société hyperconnectée…

Guide des Pros 2021 (728×150)
Boutique en ligne – nouveauté vidéo et support (728×150)
Jurisprudences 2020 728×150
Inscription Ateliers juridiques 2021 – 2022 (728×150)