Data intelligence : La base inédite des copropriétés résidentielles

Data intelligence : La base inédite des copropriétés résidentielles
www.explore.fr

Expert en data intelligence, la société EXPLORE vient de lancer une base de données recensant les copropriétés résidentielles privées en France. La plateforme recense plus de 280.000 copropriétés privées de 10 logements et plus et décrit les immeubles, leurs équipements, le nom du Syndic…

Des opportunités business

Les copropriétés résidentielles privées représentent un poids économique sans équivalent au sein des filières travaux et services à l’immeuble. On estime à plus de 120.000 entreprises directement concernées par l’activité autour des immeubles en copropriété.

De fait, la liste des corps de métiers intervenant au sein des copropriétés est particulièrement importante. Côté Services, on trouve les énergéticiens (chauffage collectif / eau chaude), les opérateurs télécom, les ascensoristes, les entreprises de nettoyage, d’entretien des espaces verts, de sécurité et de prévention des incendies, sans oublier les assureurs, les banques, et bien sûr les administrateurs de biens et syndics professionnels. Côté Travaux, les copropriétés font également régulièrement appel aux professionnels du bâtiment, que ce soit pour les travaux de restauration ou d’entretien (couverture, ravalement…), les diagnostics techniques (le fameux DPE, Diagnostic de Performances Énergétiques d’un immeuble en copropriété), voire pour engager des travaux de rénovation énergétique….

Une base inédite

EXPLORE recense plus de 280.000 copropriétés privées de plus de 10 logements (4700 de + de 100 logements ; 16300 de 50 à 99 logements ; 44000 de 30 à 49 logements ; 56000 de 20 à 29 logements ; 159000 de 10 à 19 logements). Chaque copropriété est décrite au travers d’une fiche détaillée : localisation, descriptif de l’immeuble, caractérisation, taille, nom du syndic… Ces données sont recueillies par enquêtes terrains régulières (au minimum une fois par an) et une mise à jour et enrichissement continus sur les changements de syndic, l’équipement des immeubles, les projets de travaux, les nouvelles copropriétés…

« Il est difficile de disposer d’informations fiables à la fois sur la nature et la typologie du parc immobilier que sur les opérateurs œuvrant au sein des copropriétés. L’information sur le parc et l’écosystème des copropriétés est aujourd’hui principalement dédiée à l’observation et à la prospective. C’est pourquoi EXPLORE, fort de son expertise en solution de veille et base de données immobilières, s’est engagé dans la création d’une base inédite des copropriétés privées résidentielles présentes sur l’ensemble du territoire national », indique Laurent Nicouleau, Directeur associé d’EXPLORE.

« Nous avons mobilisé différentes sources de données telles que la Base d’Adresses Nationales (BAN), les données de l’APUR (Atelier Parisien d’Urbanisme) et de l’IGN sur les parcelles et les emprises bâties. Notre Base Immeubles et Terrains nous a également permis de consolider le référentiel initial. Mais le plus gros du travail a consisté dans le relevé des informations via des enquêtes in situ pour enrichir la connaissance des immeubles, identifier leurs équipements et les intervenants auprès de la copropriété », souligne Sophie Blanchet, Data Scientist d’EXPLORE.

Des usages multiples

La plateforme permet d’accéder aux fiches détaillées de chaque copropriété : localisation, taille, syndic, descriptif de l’immeuble, équipements, intervenants… « Cette base inédite permet d’envisager des usages multiples et réellement inédits : rechercher le syndic d’une copropriété, cibler des copropriétés selon leur taille et leurs équipements, analyser le contexte autour d’une copropriété… L’ergonomie de notre applicatif permet en outre d’effectuer des recherches géographiques ciblées autour d’une adresse ou encore d’identifier les grands ensembles résidentiels privés détenus par plusieurs personnes physiques. La copropriété est un organisme vivant, c’est donc une base qui va vivre ! Des visites régulières, seront diligentées à la fois pour mettre à jour nos informations mais également pour compléter le parc observé », conclut Laurent Nicouleau.

Source : www.explore.fr