Aller au contenu

Energie

Crise de l’énergie : les français face au bouclier tarifaire

crise de l'énergie

La Première ministre Élisabeth Borne a dévoilé le nouveau bouclier tarifaire pour l’électricité et le gaz. Avant même ces annonces officielles, Effy a réalisé une étude concernant les solutions privilégiées par les Français face à la crise de l’énergie. Les résultats sont assez décevants puisque peu de ménages (10 %) envisagent de se lancer dans la rénovation énergétique.

Le périmètre de l’étude IFOP/Effy liée à la crise de l’énergie actuelle

L’entreprise de rénovation énergétique Effy a confié à l’IFOP cette enquête relative à la crise de l’énergie. Cet institut a interrogé 1 006 personnes âgées de 18 ans et plus qui sont issues d’un échantillon représentatif de la population française.

Cet échantillon est composé de 52 % de femmes et de 48 % d’hommes. Cinq régions ont été analysées, en l’occurrence, le Sud-Est (25 %), le Sud-Ouest (11 %), l’Ouest (23 %), le Nord-Est (22 %) et l’Île-de-France (19 %).

Les interviews ont été ainsi effectuées par le biais de l’omnibus IFOP (questionnaire auto-administré en ligne). Elles se sont déroulées entre le 7 et le 9 septembre 2022 (quelques jours avant les annonces de la Première ministre donc).

Le nouveau bouclier tarifaire visant à protéger les Français contre la crise de l’énergie

Le 14 septembre 2022, Élisabeth Borne a dévoilé la reconduction du bouclier tarifaire pour l’électricité et le gaz en 2023. Rappelons que ce dispositif a déjà été prolongé une première fois jusqu’en décembre 2022 pour l’électricité et jusqu’en février 2023 pour le gaz.

L’année prochaine, en effet, le gouvernement redoute une hausse importante du prix de l’énergie. Le nouveau bouclier tarifaire sera cependant fixé à 15 %. Face à la situation des ménages, est-ce vraiment la bonne solution pour atténuer la crise de l’énergie ?

Selon l’étude menée par l’IFOP, seuls 54 % des Français ont connaissance du bouclier tarifaire. L’État devrait mener une véritable campagne afin de mieux en informer les ménages. De plus, 55 % craignent le non-maintien de ce dispositif en l’état en 2023.

Rappelons que ce bouclier mis en vigueur à l’automne 2021 protège les Français des impacts de la crise de l’énergie. Aujourd’hui, il entraîne un gel complet des tarifs réglementés de vente du gaz naturel. Il limite l’augmentation du prix de l’électricité à 4 %. À l’heure actuelle, seuls les particuliers ayant souscrit aux tarifs réglementés peuvent profiter du bouclier tarifaire.

Seuls 10 % des Français ont le réflexe de rénover leur logement

Cette étude a permis à l’entreprise Effy d’identifier les impacts de l’éventuel non-maintien du bouclier tarifaire en l’état. Voyons-les ci-dessous.

crise de l'énergie et impacts sur les ménages

Les impacts de l’éventuel non-maintien du bouclier tarifaire en l’état

Les conséquences sur la facture d’électricité et de chauffage

D’après cette enquête, 71 % des ménages craignent une hausse de leur facture autour de 10 à 50 % en 2023. Par ailleurs, près de 30 % des Français pensent que cette augmentation va dépasser les 50 %. Précisons que ces résultats ont été obtenus bien avant les annonces officielles de la Première ministre sur le nouveau bouclier tarifaire.

Les conséquences sur le comportement des Français

Dans un contexte de crise énergétique, 74 % des ménages prévoient de réduire leur consommation de chauffage l’hiver prochain. Cette proportion compte donc diminuer leur confort afin de mieux maîtriser leur facture d’énergie. En revanche, 64 % envisagent de rogner sur leurs autres postes de dépenses. Cette solution reste cependant difficile à réaliser dans un contexte où l’inflation persiste. D’ailleurs, seuls 10 % des Français prévoient d’entreprendre des travaux de rénovation énergétique dans leur logement.

En conclusion, la plupart des ménages se contentent des solutions à court terme pour se protéger de la crise de l’énergie. L’entreprise Effy déplore ainsi un grand manque de sensibilisation de la part de l’État. Il convient toutefois d’adopter des solutions qui feront réellement baisser la facture des Français, et ce, de façon durable.

“ Le gouvernement doit d’urgence déployer un plan de soutien massif à la rénovation énergétique. Isoler son logement, améliorer son chauffage, passer à l’autoconsommation, c’est réduire immédiatement et pour longtemps sa facture d’énergie, sans impacter son bien-être chez soi. ” – Frédéric Utzmann, président EFFY.

Étiquettes:
nv-author-image

Isabelle DAHAN

Rédactrice en chef de Monimmeuble.com. Isabelle DAHAN est consultante dans les domaines de l'Internet et du Marketing immobilier depuis 10 ans. Elle est membre de l’AJIBAT www.ajibat.com, l’association des journalistes de l'habitat et de la ville. Elle a créé le site www.monimmeuble.com en avril 2000.

Laisser un commentaire