Covid-19 : la crainte des loyers impayés

Covid-19 : la crainte des loyers impayés

Les conséquences liées à la crise du Covid-19 jouent sur le moral des Français. Près de 11 millions de salariés sont dorénavant au chômage partiel. La crainte des loyers impayés se fait sentir chez les locataires…

La crainte des loyers impayés

Les mesures de confinement auxquelles nous sommes confrontés depuis plus de quarante jours ont des répercussions économiques en France. D’après l’étude du groupe Seloger (Observatoire du Moral Immobilier), la crise du Covid-19 influence le moral des locataires.

La crainte des loyers impayés concerne 18 % des locataires

En effet, depuis que le chômage partiel s’est généralisé, la crainte des loyers impayés gagne 1 locataire sur 5 en France. Effectivement, l’arrêt des activités non essentielles a comme conséquence de ralentir l’économie et de réduire les revenus d’un bon nombre de Français. Cette crainte des loyers impayés est plus visible en Ile-de-France. Ils sont 1 sur 4 à voir naître cette peur.

Le loyer pèse sur le budget des ménages

Rappelons que le loyer moyen mensuel en France tous biens confondus est de 709€ d’après le dernier baromètre des loyers SeLoger. Cette somme significative pèse sur le budget des ménages. D’ailleurs, celui-ci pourrait bien repartir à la hausse dans les mois prochains selon les prévisions de 32 % des locataires interrogés.

Cela étant, un locataire sur cinq, redoutent de ne pas être en capacité de payer leur loyer… Au-delà de nos frontières, comme en Espagne et aux États-Unis, des locataires appauvris par la crise sanitaire ont d’ailleurs commencé une « grève des loyers ».

C’est pourquoi, cette crainte des loyers impayés, en cette période de confinement, a également gagné un propriétaire sur trois (34%).

Vers une dégradation du niveau de vie

Cette crise sanitaire est à présent devenue une crise économique. Comme on pouvait s’y attendre, 55 % des locataires interrogés, anticipent une dégradation de leur niveau de vie dans les six prochains mois.

À titre de comparaison, en février dernier, ils étaient seulement 31 % à miser sur cette dégradation. La pandémie qui est survenue entretemps a changé la donne… Aussi, 20 % des sondés se prononcent pour un recul progressif de leur pouvoir d’achat au cours des six prochains mois.

D’autant plus, qu’à la suite du confinement, les loyers risquent malheureusement d’augmenter dans les six prochains mois. Toutefois, cette hausse devrait être progressive selon 32% des sondés et ne pas dépasser 10%. Cela dit, on comprend mieux l’état d’esprit des locataires et candidats à la location et leur crainte des loyers impayés.

Reprise des projets locatifs dès la fin du confinement

Toutefois, selon l’étude SeLoger, la crise sanitaire n’a empêché que de 2 % la concrétisation des projets locatifs et d’achat d’un logement.

En effet, 57 % des candidats à la location, que le coronavirus avait stoppé dans leur élan, finaliseront leur projet sitôt le confinement terminé. À contrario, 6 % d’entre eux attendront l’année prochaine.

Dans l’incertitude, les locataires sont prudents. En effet, on observe que 7 locataires sur 10 font des économies afin de se constituer une « épargne de précaution ». Doit-on alors y voir une conséquence directe d’une crainte des loyers impayés quant à l’évolution de leur pouvoir d’achat dans les prochains mois ?

Bon à savoir : Si vous avez des difficultés pour payer votre loyer, sachez que le gouvernement a mis en place un dispositif pour vous venir en aide. « SOS loyers impayés » au 0 805 160 075 (appel gratuit depuis un poste fixe) et sur le site de l’ADIL.


Données issues de l’Observatoire du Moral Immobilier, étude en ligne du Groupe SeLoger réalisée le 7 avril 2020 et redressée par Kantar TNS. Base totale répondants : 4565 propriétaires, futurs acquéreurs, vendeurs, bailleurs, investisseurs locatifs et locataires en France. Sont représentées uniquement ici les réponses des 1667 français souhaitant louer un logement dans les 12 prochains mois.


Guide des Pros 2020 (728×150)