Chronique Hebdo Copro : En savoir plus sur la situation des architectes

Je souhaite partager avec vous cette bonne nouvelle ! L’étude Archigraphie, commandée par l’Ordre des architectes et menée par le Crédoc, confirme une amélioration de la situation des architectes. Leur nombre se stabilise en France à près de 30.000 depuis 2010.

 

La profession bien qu’affectée par la crise économique de 2008, connaît une amélioration et continue à s’adapter à un environnement en pleine mutation. En 2016, le revenu moyen des architectes en profession libéral a augmenté pour la première fois depuis trois ans pour s’établir à un peu plus de 43.000 euros. Soit une progression de 3,8% par rapport à 2015.

Mais, il s’agit là d’une moyenne qui cache des situations financières très diverses. Car le montant médian est nettement plus faible que le niveau moyen, autour de 28.000 euros. 25% des mieux lotis émargent à 85.000 euros en moyenne alors que les 25% les moins bien rémunérés affichent seulement 7.000 euros la même année.

Comme vous pouvez le constater la dispersion est importante autour du revenu moyen et engendre de fortes inégalités au sein de la profession liées surtout à l’âge et à l’expérience.

L’amélioration générale de la situation des architectes en 2016 provient notamment d’une hausse de l’activité poussée par la commande privée qui s’est établie à quelques 37,5 milliards, et ce en dépit du recul de 8% de la commande publique.

Le marché de l’amélioration-entretien est moins fluctuant que celui du neuf.

Aussi, entre 2016 et 2017, l’activité entretien a connu une hausse de 1,5% en volume alors que le marché du neuf a progressé de 13,7%.

A noter également que si 41% des travaux portent sur des structures neuves, 59% concernent l’entretien et l’amélioration.

Reste que la construction de logements neufs donne de nouveau des signes de fatigue depuis le début 2018. Les conditions de crédit, bien que très avantageuses, ne parviennent plus à compenser le niveau des prix. Cette situation affecte directement les résultats des agences.

Par ailleurs, une tendance lourde se confirme.

La profession vieillit peu à peu, suivant l’évolution de la population française, et se féminise de plus en plus.

Chez les moins de 35 ans, la part de femmes architectes atteint presque la moitié en 2016. Les jeunes architectes confirment leur tendance à rejoindre des cabinets en tant qu’associés plutôt qu’à exercer seuls, en libéral. Cela peut se comprendre, du fait des risques juridiques et financiers associés à ce statut.

Dans ce contexte, des mutations s’opèrent au sein de la profession notamment à travers le développement de nouveaux modes de collaboration. Près de la moitié des architectes interrogés travaillent aujourd’hui dans une entreprise collaborant avec d’autres professionnels en dehors du champ de la maîtrise d’œuvre.

Le recours à des nouveaux modes de collaboration comme l’utilisation de plateformes d’échange, les réseaux sociaux, ou encore le BIM marque une réelle prise de conscience de la nécessité de s’ouvrir à d’autres professionnels et de continuer à se former.

On peut regretter que les chantiers de rénovation et de réhabilitation soient encore assez peu investis par les architectes, alors qu’ils pourraient constituer une réponse aux mutations de la profession.

Encore une fois, rappelons-le, il y a du travail sur le marché de la copropriété où l’on a besoin plus que jamais d’architectes pour suivre nos chantiers de rénovation et répondre aux enjeux de la transition énergétique !

J’espère que cette chronique vous aura intéressée, laissez-nous vos commentaires. Je vous souhaite une excellente semaine, on se retrouve lundi prochain. D’ici là portez-vous bien et continuez de nous suivre sur monimmeuble.com…

 » L’hebdo copro « , chaque lundi, retrouvez Isabelle DAHAN, fondatrice de Monimmeuble.com pour un point sur l’actualité de la copropriété. Cette chronique est diffusée sur la radio web de l’immobilier : Radio Immo.

En savoir plus sur la situation des architectes Chronique enregistrée le 10 décembre 2018 à 17h09, durée : 4 minutes.

Vous pouvez retrouver cette chronique sous forme de podcast ICI

Pour écouter toutes les chroniques « Hebdo Copro » c’est ICI