Canicule à Paris : Quelles solutions ?

canicule à Paris
Ylé architecture a développé le projet AIR.

Suite à la canicule à Paris, cet été, l’Agence Parisienne du Climat présente des solutions d’adaptation des bâtiments pour favoriser le confort d’été. Focus sur deux dispositifs innovants pour rafraichir les logements et optimiser la ressource en eau en période de chaleur.

Canicule à Paris : un été 2019 exceptionnellement chaud

 

Cet été a été marqué par deux canicules. La première, du 24 au 30 juin, est particulièrement précoce : c’est la conséquence de l’arrivée d’une masse d’air très chaud en provenance du Sahara et gagnant une grande partie de l’Europe.

La seconde canicule se produit entre le 22 et le 26 juillet, particulièrement intense. En effet le 25 juillet est la journée la plus chaude depuis 1872 pour la température maximale (42,6°C). D’une durée de 5 jours, cette vague de chaleur a été plus intense qu’en 2003 mais nettement plus courte.

L’écart constaté entre Paris et certaines zones des départements 77 et 91 est monté jusqu’à 10°C le 25 juillet 2019. Cet été fut également très sec, en particulier le mois de juillet, durant lequel les précipitations n’ont atteint que 32% de leur valeur normale.

Les mesures mises en place pour adapter la ville

 

L’Agence Parisienne du Climat collabore avec la Ville de Paris dans le cadre d’un groupe de travail sur le rafraîchissement urbain en période de forte chaleur.

En effet, il est important de connaître les gestes à adopter lors des canicules mais aussi de pouvoir trouver des lieux où se rafraîchir. Des « îlots de fraicheur » sont ainsi signalisés à travers une carte sur Paris.fr et l’application Extrema.

Aujourd’hui ce sont 94% des Parisiens qui se trouvent à moins de 7 minutes de marche d’un îlot de fraicheur. Par ailleurs, la Ville de Paris s’est fixée des objectifs de renforcement de la végétalisation, des zones humides et d’amélioration de la couverture du réseau de froid dans le cadre de son plan climat.

En effet, le développement du réseau de froid parisien qui recouvre actuellement 43% du territoire permet d’éviter le recours à des systèmes de climatisation individuels peu performants et énergivores.

Club MI Pro #1 728×150
Club MI Plus #1 GIF 728×150
Jurisprudences 2018

Le confort d’été intégré dans la rénovation de l’habitat

 

Le confort d’été est désormais un critère indispensable à intégrer dans la rénovation de l’habitat à Paris. Cette prise en compte intervient à 4 niveaux :

1. Isoler : agir sur l’enveloppe du bâtiment en utilisant notamment des matériaux biosourcés et en optimisant les systèmes de ventilation ;

2. Mettre en place des solutions passives pour éviter le rayonnement solaire direct (comme les volets ou les persiennes) ;

3. Végétaliser les toitures et débitumer les cours d’immeubles ;

4. Adopter des éco-gestes au quotidien.

L’Agence Parisienne du Climat accompagne les professionnels au quotidien sur ces thématiques, avec la mise en place de formations et de groupes de travail dédiés. Elle conseille également les copropriétaires qui se lancent dans une démarche d’amélioration de leur habitat.

Plusieurs copropriétés ont déjà été suivies sur ce type de projets comme la copropriété de la rue du Couedic, celle de la rue des Artistes dans le 14e arrondissement, ou encore celle de Madame Borsatto, située dans le 18e arrondissement.

Focus copro paris 18

Deux innovations pour rafraîchir la ville durablement

 

Parmi les solutions d’avenir à fort impact de rafraîchissement urbain, l’APC a présenté deux projets :

Ylé architecture a développé le projet AIR, lauréat du concours FAIRE 2019 du Pavillon de l’Arsenal, qui permet un rafraîchissement du bâti ancien via un système de végétalisation des cours d’immeubles et de raccordement des conduits de cheminées à ces cours plantées. Ainsi l’air dépollué et rafraîchi est distribué dans les appartements.

Bocage Urbain, un système d’aménagement paysager modulaire qui propose une gestion alternative des eaux de pluie en créant une synergie entre l’eau et le végétal au cœur de l’espace public.

Il contribue au bien-être des citoyens et à l’embellissement de la ville. Ce projet porté par Elodie Stephan et ICADE est en cours de test en grandeur nature pour la première fois sur le Parc des Portes de Paris à Aubervilliers, avec huit modules qui ont été installés et collectent les eaux de toiture d’un bâtiment de 70 m2.

Solucop 2019 – 728×150