4 questions à Atanase Périfan, créateur de la Fête des voisins

A quelques jours du Salon de la Copropriété à Paris, retour sur l’interview d’Atanase Périfan, qui nous a parlé d’entraide, de solidarité dans nos immeubles et du programme Voisins solidaires.

 

Atanase Périfan est dirigeant d’associations et conseiller municipal à Paris. Il est le créateur de la Fête des voisins ainsi que de l’association Voisins solidaires. Il préside la Fédération européenne des solidarités de proximité. La fête des voisins est célébrée par plus de 20 millions de participants dans 36 pays du monde. Elle a été lancée il y a 20 ans tout juste et la prochaine édition aura lieu le 24 mai 2019.

 

1 – Pouvez-vous nous présenter vos associations et vos actions ?

 

Je suis le créateur de la Fête des voisins, une journée que vous connaissez tous. Durant cette journée, tous les voisins s’invitent à prendre un verre, dans la cour, le hall de l’immeuble ou sur le trottoir.

L’association Voisins solidaires est la suite de la Fête des voisins mais pour tout le reste de l’année ! Comment développer les petits services, l’entraide, les solidarités dans notre immeuble pour mieux vivre ensemble.

Dans une société où se développent le repli sur soi et la défiance, j’ai souhaité mobiliser les gisements de générosité qui sont en chacun de nous pour construire une ville plus humaine et plus solidaire.

Le slogan de Voisins Solidaires est tout simplement : les bons côtés d’être à côté.

 

2 – Qu’apportez-vous au marché de la copropriété ?

 

Les bénéfices que peuvent apporter la Fête des voisins et Voisins solidaires, au sein de la copropriété sont de plusieurs ordres. Tout d’abord, se dire bonjour, se parler et avoir de bonnes relations avec son voisinage. Cela facilite la vie de la copropriété, au quotidien !

On parle souvent de nuisance et de bruits, nous sommes dans une logique plus positive. Cela facilite aussi la vie du syndic, la vie du gardien lorsqu’il y en a un, la vie de l’ensemble des propriétaires.

On a tous intérêt à avoir des bonnes relations de voisinage, c’est beaucoup plus simple au quotidien.

 

3 – Quels sont vos conseils pour les visiteurs du salon ?

 

Nous sommes très heureux d’accueillir tous les visiteurs sur le Salon de la copropriété. Les Français rêvent paraît-il de vivre en maison ? Et bien moi, je rêve de vivre en immeuble car je trouve que c’est très sympa quand à l’étage au dessus et à l’étage en dessous, ou sur le palier, on a des voisins sympas.

Le conseil que nous avons envie de donner aux copropriétaires est tout d’abord de se dire bonjour, se demander des nouvelles, se proposer des petits services. Vous verrez, la Fête des voisins et Voisins solidaires, transforment la vie de l’immeuble. L’ambiance devient plus chaleureuse, plus familiale, c’est une ambiance d’entraide.

Le conseil est de faire de votre immeuble un lieu de solidarité, tout simplement.

Le bien-vivre ensemble, c’est tout simplement se poser la question « qu’est-ce qu’un bon voisin ? ». Le bon voisin, c’est tout simplement celui qui trouve l’équilibre entre l’indifférence absolue et le fait d’être toujours sur le dos de son voisin. Lorsqu’on trouve le bon équilibre, cela transforme la vie de l’immeuble !

 

4 – Avez-vous une actualité à nous partager et quels sont vos projets ?

 

Nous allons fêter le 24 mai prochain, le 20ème anniversaire de la Fête des Voisins. Elle a fait le tour de la planète : 36 pays dans le monde, 30 millions de participants. Mais elle est née en France…

J’invite tous les lecteurs de Monimmeuble et tous les visiteurs du Salon de la copropriété : Si vous ne le faites pas, lancez-vous ! Cette année sera une très belle édition, 20 ans déjà !

Par ailleurs, nous lançons un petit outil très simple dans l’immeuble « L’état de lieux, l’état des liens ». Ou comment mesurer le climat relationnel de mon immeuble avec quelques petites questions que vous allez pouvoir poser à l’ensemble de vos voisins.

Vous allez découvrir si le climat social est plutôt tempéré, si les relations sont apaisées, sont bonnes. Au niveau d’Atanase Périfan, c’est peut-être un climat tropical et on en a un peu marre du voisin Atanase qui a tous les jours une nouvelle idée à nous soumettre ! Peut-être que chez d’autres, c’est le climat polaire…

Voisins solidaires, ce sont des petits gestes simples, qui ne prennent pas de temps et n’engagent à rien, mais qui rendent la vie merveilleuse. Le bonheur n’est peut-être pas dans le pré, il est peut-être simplement derrière la porte de mon voisin.