3 questions à Gilles Frémont, président de l’ANGC

Gilles Frémont, président de l’ANGC, nous parle du métier des gestionnaires de copropriété et de la nécessité de les représenter. Nous le retrouverons ainsi qu’un grand nombre des adhérents de l’association au prochain salon de la copropriété.

Présentez-nous l’ANGC ainsi que vos actions

L’objet de l’association nationale des gestionnaires de copropriété, est tout simplement de promouvoir le métier de gestionnaire de copropriété. C’est-à-dire en parler, le faire découvrir, le faire connaître. En premier lieu nous en disons du bien, mais nous devons aussi mentionner les aspects un peu plus compliqués, plus difficiles de ce métier. En définitive, c’est un métier qui n’est pas évident même s’il est très humain !

Les Copros Vertes (FNAIM)
URMET 2020 – Bannière 1
Les Copros Vertes (CERQUAL)
Boutique en ligne – nouveauté vidéo et support
Semaine Réno Copro

Tout compte fait, il est surtout méconnu. C’est la raison pour laquelle on se déplace dans les écoles pour présenter le métier aux jeunes et susciter des vocations. Parce que l’on s’aperçoit que dans les écoles de formation immobilière, on a à peine 3 % de jeunes diplômés qui font de la copropriété. La plupart se dirigent vers la transaction, le property management ou la gestion locative. En effet, ces métiers ne souffrent pas d’une mauvaise réputation, d’une mauvaise image comme celui du syndic !

ANGC au salon de la copropriété

 

500 membres adhérents actifs

On approche les 500 membres adhérents actifs. Plus globalement, notre communauté de gestionnaires représente à peu près 3000 personnes sur toute la France. Parmi nos adhérents, on compte des gestionnaires salariés, mais également des gestionnaires à leur compte à Paris ou en province.

De même, nous avons signé nos premiers partenariats avec des cabinets de syndics, dont le dirigeant est souvent adhérent lui-même de l’association, à titre personnel. Ainsi, ils s’engagent à nos côtés pour nous soutenir dans la création de cursus dédié à la copropriété dans les universités. À ce propos, on travaille notamment avec l’Université de droit de Toulouse pour créer une nouvelle licence : Droit, parcours syndic. C’est nouveau ! Ce serait éventuellement pour l’année prochaine, mais on en dira plus, un peu plus tard.

L’ANGC contributeur au débat juridique législatif

Il est vrai que l’on a parfois le sentiment d’être un peu isolé avec son portefeuille d’immeubles. On est un peu enfermé avec ses copropriétaires, son conseil syndical, et de temps en temps légèrement malmené. Donc ça fait du bien de se retrouver entre gestionnaires, d’échanger entre nous, parce que l’on vit tous la même chose.

Qui plus est, on se donne de bons tuyaux, des petites astuces et on partage les réformes. Elles sont nombreuses en ce moment et il a fallu suivre cette évolution.

En effet, sur le terrain, en bout de chaîne, c’est nous qui les appliquons et qui mettons en œuvre les lois. Des fois, il y a un peu d’interprétation des textes. Ce n’est pas si simple que ça ! Puisque nous les mettons en pratique, on voit immédiatement ce qui marche, ce qui doit être ajusté ou corrigé.

C’est la raison pour laquelle, L’ANGC essaye aussi d’être contributeur dans le débat juridique législatif. Cela dit, on espère qu’il n’y aura plus de réformes avant au moins une dizaine d’années. Finalement depuis la loi Alur de 2014, on a vécu de nombreux changements. Aujourd’hui, je le dis sincèrement, les gestionnaires en ont “ras le bol” ! On demande à notre nouvelle ministre du Logement d’arrêter les réformes…

Qu’apportez-vous dans le cadre du salon de la copropriété ?

On est partenaire du Salon de la copropriété. De sorte que nous assurons une présence dans l’espace consultation. Ainsi, des présidents de conseils syndicaux viennent nous voir, ou des copropriétaires pour des consultations de 20 minutes.

Ils viennent avec leurs PV d’assemblée générale, leur dernier appel de fonds, leurs comptes, le contrat de syndic. Ils ont des questions très pratiques qui ne sont pas toujours très simples à traiter. Pourtant nous les rencontrons tous les jours dans notre métier.

Quant à l’animation de notre stand, une bonne douzaine de gestionnaires de copropriété, membres de l’association, se relayent pendant deux jours. Par ailleurs, nous participons à deux ou trois conférences en tant que professionnels et parfois juriste. Du reste, le métier de gestionnaire est un métier à dominante juridique. On peut dire que nous sommes très actifs sur le salon.

De toute évidence, le Salon de la copropriété, est le lieu où l’on peut se rencontrer et échanger dans un cadre différent. C’est un lieu dédié à l’échange, à la formation, à la présentation des innovations et aux rencontres…

Quelle est votre actualité et les évolutions à venir ?

On continue de travailler avec les écoles, notamment avec l’école SCIENCES-U EFAB de Montrouge. C’est une école de formation immobilière. Le responsable pédagogique est un ancien gestionnaire, lui-même adhérant de l’ANGC. Même s’il n’est plus gestionnaire aujourd’hui, il l’a été et reste attaché au métier. On travaille beaucoup sur le terrain de la formation initiale. Notre objectif est d’attirer les jeunes en copropriété.

On va également sortir un livre blanc. Ça fait partie des projets, dans la continuité du colloque Franco-Belge que l’on a monté depuis un an avec notre ami Jean-Pierre Lannoy. En effet, on s’est déjà rencontrés trois fois pour alimenter des pistes de réflexion sur le thème « Comment attirer les jeunes en copropriété ? »

Vous retrouverez bientôt la synthèse de nos travaux dans un livre blanc. Il est question de l’image de marque du syndic, de management des juniors, de la relation avec les écoles… Il devrait sortir avant la fin de l’année et sera publié dans les informations rapides de la copropriété.

Cela est un gros projet qui nous tient à cœur. L’idée est que chacun se l’approprie et en tire les bonnes idées, il faut l’espérer.

Rappelons que tout cela, nous le faisons bénévolement, par pure passion, par pur plaisir. Nous sommes très attachés à notre métier et nous voulons le voir revalorisé et respecté. Nous voulons qu’il attire les jeunes. On espère qu’un jour, le jeune ne dira pas à ses parents “Plus tard je veux faire avocat, médecin”, mais plutôt “Je veux faire syndic”. Voilà c’est ça le rêve !

Rendez-vous au salon de la copropriété les 4 et 5 novembre 2020

On vous donne rendez-vous au Salon de la copropriété qui aura lieu les 4 et 5 novembre 2020. Monimmeuble.com sera présent, tout comme l’ANGC et bien d’autres exposants. Nous vous proposons d’en découvrir quelques-uns dans une série de petites interviews…

Guide des Pros 2020 (728×150)
Boutique en ligne – nouveauté vidéo et support