Syndic : 59% des conseils syndicaux satisfaits de leur gestionnaire

Appréciation générale du syndic

Pour la 4e fois, Notre Temps et la CLCV s’associent afin de donner la parole aux copropriétaires. Sont-ils satisfaits de leur syndic de copropriété ? Au total, 2 537 personnes ont répondu à cette étude. On observe une différence d’appréciation selon que le répondant soit « simple » copropriétaire ou conseiller syndical. Ne dit-on pas que pour avoir un bon syndic, il faut un bon conseil syndical !

Que pensent les copropriétaires de leur syndic ?

49 % des copropriétaires sont globalement satisfaits de leur syndic. Il semble donc que le taux de satisfaction reste le même depuis 2016. Par contre, les résultats changent selon l’appartenance ou non au conseil syndical.

GRDF 2021
Pro Archives Conciergerie digitale

En effet, les conseillers syndicaux jugent moins sévèrement leur gestionnaire. Puisque l’on obtient 59 % d’appréciation positive alors que pour des « simples » copropriétaires, on est à 42 %.

D’ailleurs, on parle ici du syndic professionnel. Puisque, dans le cadre de cette étude, seulement 6 % des copropriétés sont gérées par un syndic bénévole. De même, la part des syndics qui appartiennent à un grand groupe est de 35% contre 65 % pour les cabinets indépendants. Or, cette distinction entre grand groupe et cabinet indépendant revêt une certaine pertinence.

Les syndics d’envergure nationale ont ainsi un taux d’appréciation systématiquement inférieur à celui de leurs homologues indépendants. On note donc une plus grande appétence des copropriétaires pour leur cabinet de quartier (53%) que pour les grands groupes (44%). Preuve donc qu’il existe encore une place et une demande pour ces gestionnaires indépendants alors même que la question de la concentration des syndics se pose de plus en plus.

Ce résultat montre bien que cette appréciation dépend plus des considérations personnelles des copropriétaires que des qualités du syndic. Cela signifie que les copropriétaires ont beau reconnaître des qualités à leur gestionnaire, ils n’en sont pas moins très critique à son égard. Mais, que lui reproche-t-on exactement ? Ou plutôt, quelle devrait être sa principale qualité ?

Une appréciation selon les prestations accomplies

Les copropriétaires ont été invités à se prononcer sur différentes prestations de leur syndic. Ainsi, celles sur lesquelles ils sont les plus satisfaits sont, par ordre décroissant :

  • Coopération avec le conseil syndical (57%),
  • Qualité de la gestion (56 %),
  • Clarté des informations transmises aux copropriétaires (56 %),
  • Suivi des impayés (55 %),
  • Suivi des contrats de prestations de services (50 %),
  • Réactivité face aux sollicitations des copropriétaires et/ou du conseil syndical (43 %).

Ces résultats demeurent corrects et sont loin de constituer un rejet massif. Mais, est-ce satisfaisant en soi ? Surtout, si l’on constate par rapport aux sondages précédents, la faible progression des syndics sur chacune de ces prestations.

Appréciation des prestations du syndic dans le temps

 

Pour autant, l’année 2020 constitue donc une bonne année au regard des précédentes. Espérons que ce mouvement se confirme dans le temps.

Par ailleurs, 54 % des conseillers syndicaux étant globalement satisfaits de la collaboration avec leur gestionnaire. On peut en déduire que les syndics accordent une certaine importance au statut du demandeur. De toute évidence, ils traitent plus rapidement les demandes des membres du conseil syndical.

 

Enfin, on constate une réelle amélioration qualitative dans le cadre de la gestion. Elle est clairement bonne pour les conseillers syndicaux (63%). De même pour la clarté des informations transmises, 66% des membres du conseil syndical sont satisfaits, contre 48 % pour les autres copropriétaires. Les conseillers syndicaux se déclarent davantage satisfaits que leurs homologues copropriétaires.

Quelle devrait être la principale qualité d’un syndic de copropriété ?

Selon les copropriétaires, la principale qualité (en dehors de la compétence) que devrait avoir un syndic est la réactivité (35 %). Alors qu’il s’agit du point sur lequel les copropriétaires sont le moins satisfaits. Viennent ensuite la rigueur (25 %) et le relationnel (21 %).

 

C’est d’ailleurs la position des conseillers syndicaux. Ils mettent en avant la réactivité comme principale qualité que doit avoir un syndic, avec un taux de 44 %. Selon eux, la rigueur dans la gestion et le relationnel viennent loin derrière avec 24 % et 15 %. Pourtant, alors même que les copropriétaires et les conseillers syndicaux ont placé la réactivité en première position, on constate un écart de 16 points entre les deux taux.

Les connaissances techniques, le prix et la négociation commerciale arrivent en bas du classement avec respectivement 10 %, 6 % et 3 %. Les copropriétaires sont constants sur ce sujet. Ainsi, ils confirment que le prix, contrairement aux idées reçues, ne constitue pas leur préoccupation principale.

Cela ne signifie pas que cette question n’intéresse pas les copropriétaires. Puisque qu’une simple réévaluation des honoraires de 1 ou 2 % peut faire largement débat en assemblée générale. Pour autant, ce sondage démontre que la pédagogie et la transparence en matière tarifaire sont appréciées. De sorte que les copropriétaires sont à même de passer outre les questions liées à la rémunération dès lors que la qualité de gestion et la réactivité sont présentes.

Enfin, on notera que les copropriétaires n’exigent pas de leur syndic d’avoir des connaissances techniques poussées.

Une constance dans les résultats du baromètre de satisfaction du syndic

Année après année, les résultats demeurent relativement similaires. Les syndics peuvent se rassurer en voyant que leur profession n’est finalement pas si mal perçue que cela. Pour autant, le taux de satisfaction n’a jamais atteint la barre symbolique des 50%.

 

En réalité, ce résultat est assez représentatif de l’avis des copropriétaires. Ils sont exigeants et ne laissent passer aucun point faible. En l’occurrence, ils reprochent au syndic sa mauvaise performance en matière de réactivité. Alors même qu’il s’agit d’un sujet sur lequel les copropriétaires attachent le plus d’importance. Au point de prendre le dessus sur les autres aspects de la gestion du syndic. Or, on s’aperçoit qu’en près de 10 ans, les syndics n’ont pas réellement amélioré leur communication envers les copropriétaires. Et, de fait, les grands groupes poursuivent des pratiques managériales déconnectées de la qualité de services.

Par ailleurs, la question de la possibilité d’effectuer une réelle mise en concurrence se posera assurément. Il existe donc, une réelle place pour les cabinets indépendants. À charge pour eux de saisir cette opportunité et de mettre en avant les qualités appréciées par les copropriétaires. Notamment, un bon relationnel et une certaine réactivité.

Guide des Pros 2021 (728×150)
Boutique en ligne – nouveauté vidéo et support (728×150)
Jurisprudences 2020 728×150
Inscription Ateliers juridiques 2021 – 2022 (728×150)
Inscription NL MI 728×150