Aller au contenu

Energie

Sobriété énergétique : les actions dédiées au secteur de l’habitat collectif

plan de sobriété énergétique

Le contexte actuel continue de nous alarmer. Il y a notamment le dérèglement climatique qui s’accélère et la guerre russo-ukrainienne causant une crise énergétique. Plus que jamais, la transition énergétique de la France est primordiale. Ainsi, le Gouvernement a lancé le plan de sobriété énergétique avec des actions réparties par secteur (l’État, les entreprises, l’industrie, le logement, etc.). Dans cet article, voyons quelles sont les actions principales touchant particulièrement l’habitat collectif.

L’objectif du plan de sobriété énergétique : -10 % de consommations d’ici à 2024

La France vise à ne plus dépendre des énergies fossiles. Notre pays prévoit de faire baisser de 40 % sa consommation énergétique d’ici à 2050. Son objectif majeur est ainsi la neutralité carbone. Pour cela, nos comportements et nos habitudes de consommation d’énergie doivent changer de manière durable. Afin d’y arriver, le Gouvernement a dévoilé le plan de sobriété énergétique ce jeudi 6 septembre.

Plan sobriété énergétique : une mobilisation générale

Plan sobriété énergétique : une mobilisation générale

 

En effet, neuf groupes de travail issus de différents secteurs ont contribué à l’élaboration des plans d’action. Ces derniers ont été tirés des propositions concrètes provenant du terrain. Ce sont de simples mesures opérationnelles qui peuvent être exécutées rapidement.

Exemplaire et engagé, l’État soutient complètement ce plan de sobriété énergétique et promeut un engagement collectif et solidaire. L’objectif principal à atteindre est la réduction de 10 % de nos consommations énergétiques sur les deux années à venir.

Les actions à mener dans le secteur du logement collectif pour une sobriété énergétique

Le plan de sobriété énergétique vise une mobilisation générale des différents secteurs, dont celui du logement. Ainsi, plusieurs actions ont été établies spécialement pour les immeubles d’habitation.

Poser des thermostats sur les chaudières

En installant un programmateur de chaudière, il est possible de réaliser des économies de gaz de 5 à 15 %. Notons que la pose de ce dispositif est obligatoire lors de l’installation d’un compteur ou d’une chaudière depuis 2018.

D’ailleurs, cette obligation concernera tous bâtiments résidentiels ou tertiaires, nouveaux ou déjà existants. Afin de soutenir cette action « sobriété énergétique », l’État accompagne les ménages souhaitant installer un programmateur sur une chaudière existante. Issue des certificats d’économies d’énergie, une prime jusqu’à 65 euros par ménage sera octroyée. De plus, de nombreuses entreprises ont accepté de bloquer les prix des produits permettant de consommer moins d’énergie (dont les thermostats).

Réduire la durée d’utilisation du chauffage

La période de chauffe est comprise généralement entre le 15 octobre et le 15 avril dans les immeubles en copropriété. Notons néanmoins qu’aucune réglementation n’impose les dates de démarrage et d’arrêt du chauffage. Ainsi, en automne et en fin d’hiver, les températures pourraient être plus douces. On pourrait donc décaler la mise en route du chauffage et son arrêt.

Par exemple, la période de chauffe d’un immeuble pourrait s’étendre entre le 1er novembre et le 31 mars. Cette réduction d’un mois permettrait de profiter d’un gain d’environ 12 % sur la consommation de chauffage. D’ailleurs, les résidents devront respecter les températures adéquates pour chauffer un logement. Légalement, le chauffage doit être réglé à 19 % lorsque le logement est occupé.

Reporter la période de chauffe des ballons d’eau chaude hors des pics de consommation

Gérer les pointes de demande électrique (surtout celle du matin de 8h à 13h) s’inscrit aussi dans une démarche de sobriété énergétique. Cependant, le démarrage de certains équipements, dont les chauffe-eaux, est souvent programmé vers 12h. Cette plage horaire correspond aux pics de consommation en hiver.

Ainsi, les gestionnaires de réseau de distribution pourront partiellement désactiver le démarrage des ballons d’eau chaude à cette heure. Cette désactivation offrira l’occasion d’atténuer le pic de consommation. Elle sera sans impact sur la facture d’électricité et le confort des résidents.

Consommer moins d’eau chaude sanitaire

Dans les logements, l’eau chaude sanitaire est l’un des postes les plus consommateurs d’énergie (environ 12 %). C’est pourquoi des acteurs du logement prennent l’engagement d’encourager les occupants à réduire leur consommation d’eau chaude sanitaire. Par ailleurs, on les incite à installer des équipements hydro-économes tels que :

  • un limiteur de débit calibré ;
  • un mousseur sur les robinets ;
  • une douchette à économies d’eau.

Ces dispositifs permettent de réaliser des économies d’énergie de 15 à 20 % dans les bâtiments.

Mettre en application l’individualisation des frais de chauffage

En appliquant l’individualisation des frais de chauffage, chaque logement est informé de sa propre consommation énergétique. Ainsi, son occupant peut prendre lui-même les bonnes mesures pour réduire sa facture de chauffage.

De plus, cette individualisation permet d’assurer une véritable équité entre les occupants et un gain énergétique d’environ 15 % par ménage. Notons qu’il s’agit d’une obligation légale. Sa mise en œuvre devrait être incluse dans les plans pluriannuels des travaux (PPT) afin de favoriser la sobriété énergétique. Toutes les copropriétés seront tenues d’élaborer ces PTT de 2023 à 2025.

Des dispositifs d’aide et d’incitation à la sobriété énergétique

Grâce à MaPrimeRénov’ et à “Coup de pouce”, le coût du raccordement d’un immeuble collectif à un réseau de chaleur est plus réduit. En effet, il est estimé à environ 250 euros par appartement. Toujours dans le cadre de la sobriété énergétique, le Gouvernement continue de soutenir la rénovation des logements énergivores. Pour 2023, 2,5 milliards d’euros sont prévus afin de financer l’aide MaPrimeRénov’.

Cette aide à la rénovation énergétique s’adresse aux propriétaires, occupants ou bailleurs, et aux copropriétés. Il existe aussi les dispositions MaPrimeRénov’ Sérénité et Copropriétés, financé par l’Anah. Ces différentes aides visent à inciter les ménages à réaliser des travaux de rénovation performants. D’ailleurs, les Français peuvent bénéficier du service d’accompagnement des conseillers de FranceRenov’ et de MonAccompagnateurRenov’.

De leur côté, les fournisseurs d’énergie encouragent aussi les ménages français à atteindre la sobriété énergétique. Par exemple, ils leur offrent la possibilité de suivre leur consommation d’énergie via des applications spécialisées. Total énergies accorde une prime aux utilisateurs de chauffage électrique parvenant à réduire de 5 à 20 % leur consommation. EDF propose des offres Tempo avec un tarif inférieur de 30 % par rapport à un forfait classique. En contrepartie, ces contrats imposent une surfacturation de l’électricité lors des pics de consommation.

nv-author-image

Isabelle DAHAN

Rédactrice en chef de Monimmeuble.com. Isabelle DAHAN est consultante dans les domaines de l'Internet et du Marketing immobilier depuis 10 ans. Elle est membre de l’AJIBAT www.ajibat.com, l’association des journalistes de l'habitat et de la ville. Elle a créé le site www.monimmeuble.com en avril 2000.

Laisser un commentaire