Rénovation de l’habitat : enquête d’opinion sur l’importance du marché

Rénovation de l’habitat : enquête d’opinion sur l’importance du marché

Le Club de l’Amélioration de l’Habitat (CAH) publie les résultats d’une enquête menée avec QUALITEL. Réalisée auprès de 3 000 propriétaires-occupants, cette enquête s’intéresse à l’importance du marché de la rénovation de l’habitat. À cette occasion, le CAH présente six recommandations pour un renouveau urbain réussi.

Soutien de la rénovation de l’habitat existant

Le contexte de la crise sanitaire liée à la COVID-19 a de grands impacts sur la conscience collective. Nos équilibres sociaux et sociétaux sont devenus ainsi plus vulnérables. Aujourd’hui, la solidarité, l’entraide et les efforts partagés s’imposent comme des valeurs essentielles pour sortir de la crise. Ces valeurs nous assurent donc une reprise de l’économie selon les plans de relance du gouvernement.

URMET 2020 – Bannière 1
GRDF 2021

Dans cette vision, les activités du bâtiment peuvent y jouer un rôle important. Elles sont capables d’associer et de fédérer les différents acteurs des filières du marché. Ces derniers peuvent améliorer la qualité de vie des habitants et générer de la croissance économique.

En effet, le CAH existe depuis près de 30 ans afin d’encourager les travaux de rénovation de l’habitat. Il s’intéresse en particulier au parc résidentiel existant. Son objectif touche tant l’écosystème immobilier que les habitants.

La vision contextuelle du marché de la rénovation

Les deuxièmes assises du CAH ont permis de mieux appréhender le contexte du marché de la rénovation de l’habitat. De sorte qu’il se présente sous deux angles d’approche. Ainsi, le Club de l’Amélioration de l’Habitat met en avant « l’habitant » d’une part et « les habitants » d’autre part.

« L’habitant »

La première approche s’intéresse à l’habitant en tant que personne physique. Celui-ci est étudié dans ses diverses relations avec son habitat. Ainsi, l’observation porte sur des aspects pratiques, psychologiques, sensoriels et économiques. De même, l’habitant peut être le maître d’ouvrage, l’investisseur, le maître d’usage, le gestionnaire patrimonial, le consommateur ou “consom’acteur”.

À travers l’enquête CAH-QUALITEL, les opinions de propriétaires-occupants ont permis de distinguer clairement les profils comportementaux des décideurs de travaux. D’ailleurs, de ces opinions ressortent des recommandations et leviers de croissance pour booster le marché de la rénovation de l’habitat.

« Les habitants »

La deuxième approche se focalise sur les habitants. Il s’agit d’un ensemble de citoyens unis par des projets d’amélioration de leurs immeubles. Ainsi, l’objectif est de mutualiser des actions au niveau des quartiers.

En cela, l’étude OPERAEU met en exergue les opérations permettant d’associer les visions des habitants et des acteurs de la rénovation de l’habitat. L’objectif est de parvenir à un engagement opérationnel issu des deux parties.

En fait, ces deux thématiques « habitant » et « habitants » sont complémentaires. Elles visent à dynamiser les forces vives du marché de la rénovation de l’habitat. Elles devraient soutenir la dynamique de ce marché et améliorer ses performances.

De plus, il est question de favoriser les transitions urbaines, énergétiques, environnementales, numériques et démographiques dans le secteur du bâtiment. Car, ses transitions sont indispensables pour le bien-être de l’Homme dans les prochaines décennies.

L’enquête CAH-QUALITEL concernant le marché de la rénovation de l’habitat

L’institut IPSOS a interrogé 3000 propriétaires-occupants pour estimer l’importance du marché de la rénovation de l’habitat. En fait, le parc résidentiel français se compose de 36 à 37 millions de logements. Il compte 30 millions de résidences principales, dont 25 millions de logements privés et 5 millions de logements sociaux. Par ailleurs, les résidences privées sont occupées par 18 millions de propriétaires-occupants et 7 millions de locataires.

Marché de la rénovation de l'habitat

Le marché des travaux de rénovation-entretien dans l’habitat existant

Les travaux de rénovation de l’habitat dans le parc résidentiel existant ont généré des dépenses de 62 milliards d’euros HT. Pour autant, ce marché se répartit entre particuliers et professionnels :

  • Les prestations produites et facturées par les professionnels du bâtiment : 51 Mds €
  • Les travaux d’auto-rénovation réalisés par les particuliers eux-mêmes : 11 Mds €.

Propriétaires-occupants : qui sont-ils ?

Trois quarts des propriétaires-occupants interrogés sont âgés plus de 45 ans. La plupart d’entre eux sont des actifs. Ils sont à la charge d’au moins deux personnes. Trois quarts des logements ont été construits il y a 20 ans ou plus. Sans nul doute, ils vont avoir besoin d’améliorations, de rénovations, de transformations ou de mises à niveau.

Outre cela, la majorité des propriétaires-occupants semble être attachés à leur habitat (composé à 78 % de maisons). Ce sont des femmes en grande partie. Selon eux, les logements gagnent en valeur, grâce aux travaux d’entretien et de rénovation, et à leur localisation.

Univers et attitudes des travaux de rénovation de l’habitat

D’après cette enquête, le marché de la rénovation de l’habitat existant est segmenté en quatre Univers Travaux :

  • Les incontournables à 18 % (maintenance et réparations).
  • Bien-être du quotidien à 36 % (amélioration du confort).
  • Beauté et plaisir chez soi à 39 % (décoration et embellissement).
  • Habitat rénové et projet de vie à 7 % (réaménagement et extension).

L’enquête a permis aussi de définir cinq comportements des décideurs (maîtres d’ouvrage) vis-à-vis des Attitudes Travaux :

  • reconstructeurs (5 %) ;
  • embellisseurs (45 %) ;
  • mainteneurs (10 %) ;
  • modérés (5 %) ;
  • passifs (35 %).

Les décisions concernant l’habitat et les travaux sont souvent à prendre en couple. Il s’agit aussi d’un sujet universel sans tenir compte des catégories socio-professionnelles, des types d’habitation ou des lieux de résidence.

6 recommandations pour un renouveau urbain réussi

Parallèlement à son enquête CAH-QUALITEL sur la rénovation de l’habitat, le Club propose quelques recommandations. Effectivement, au nombre de six, elles concernent des Opérations de Requalification Architecturale, Environnementale et Urbaine (OPERAEU) :

Changement de maille pour revivifier les îlots de quartier

Il convient donc de définir un îlot de quartier tel un nouvel espace urbain cohérent et organisé. Les besoins de rénovation des logements dans l’îlot devraient être qualifiés et quantifiés. Cela permettra d’augmenter l’attractivité d’un lieu de vie. Le développement de la biodiversité pourrait être également encouragé. L’artificialisation des sols et l’étalement urbain devraient par contre être limités.

Association des habitants

Les acteurs de la rénovation pourraient être accompagnés dans leur rapport avec les habitants et les maîtres d’ouvrage. Un diagnostic partagé par tous devrait être validé.

Réinvention de la gouvernance

Les synergies publiques / privées devraient être notamment favorisées. Les différents acteurs du marché (entreprises, maîtres d’œuvre, aménageurs, services publics, promoteurs, industriels…) devraient être associés.

Développement d’outils numériques innovants

Proposé par la démarche OPERAEU, l’outil QIM (Quartier Intelligent Modélisé) pourrait être adopté. Ce sera donc une façon de modéliser toutes les données territoriales incluant les systèmes d’information géographique (SIG).

Optimisation des synergies

La méthode CQFD (Coût, Qualité, Fiabilité, Délai) pourrait être mise en place. Celle-ci permettra de réduire le coût, d’optimiser les économies d’échelle et de gagner en qualité et délai. Des outils collaboratifs pourraient aussi être proposés pour penser par démarche partagée. D’ailleurs, l’économie circulaire devrait être privilégiée.

Valorisation des innovations

Enfin, les bâtiments anciens devraient jouir des performances similaires à celles des constructions neuves. Au-delà de la performance thermique, il convient également d’évoquer d’autres problématiques (santé, confort, bien-être, bilan carbone et coût global). Par ailleurs, le CAH recommande de mettre en avant la créativité industrielle.

Guide des Pros 2021 (728×150)
Boutique en ligne – nouveauté vidéo et support (728×150)
Jurisprudences 2020 728×150
Inscription Ateliers juridiques 2021 – 2022 (728×150)
Inscription NL MI 728×150