Quelle perspective d’avenir pour les promoteurs immobiliers ?

Quelle perspective d’avenir pour les promoteurs immobiliers ?

La promotion immobilière représente plus de 40 milliards d’euros en France. Ce marché se positionne à 87 % sur l’immobilier résidentiel. Les promoteurs immobiliers risquent de traverser des épreuves difficiles dans les années à venir. Malgré les chiffres prometteurs de 2021, ils retrouveront seulement leur niveau d’activité en 2022. De quels leviers disposent-ils pour traverser cette mauvaise passe ? Retrouvez l’analyse de Vincent Desruelles, directeur d’études chez Xerfi.

Inscription NL MI 728×150
Salon de la Copro
URMET 2020 – Bannière 1
Solucop 2021

De fortes turbulences en vue pour les promoteurs immobiliers

En France, le marché de la promotion immobilière pèse plus de 40 milliards d’euros, dont 87% dans le résidentiel. Toutefois, plusieurs facteurs risquent de venir perturber le redressement de l’activité des promoteurs immobiliers d’ici à 2023.

Le projet de loi Climat et Résilience figure en haut de la liste. Il a pour objectif de diminuer l’artificialisation des sols. Une mauvaise nouvelle pour les professionnels du secteur !

promoteurs immobiliers

 

Par ailleurs, la nouvelle règlementation RE 2020 entrera également en vigueur à partir du 1er janvier 2022. Elle pourrait entraîner des surcoûts de 3 à 4 % pour respecter les contraintes environnementales. Car, elle vise à réduire l’empreinte carbone sur l’ensemble de la durée de vie du bâtiment. Son objectif est ambitieux et privilégie des modes de construction à faibles émissions. De plus, elle intègre la notion de confort d’été pendant la période estivale. Aussi, les promoteurs immobiliers doivent désormais utiliser les matériaux et les processus de construction écologiques.

Enfin, la crise sanitaire constitue un autre point à considérer. Elle changera les priorités des entreprises et des ménages.

“Les effets de la crise vont inciter les ménages à différer leurs projets et les entreprises à réduire leur facture immobilière, comme en matière d’immobilier de bureaux en raison des nouvelles organisations du travail mises en place (télétravail).” – Vincent Desruelles, directeur d’études chez Xerfi.

Dans ces conditions, les marges des promoteurs immobiliers seront soumises à de fortes pressions après un exercice 2020 déjà exécrable. D’ailleurs, la profession ne retrouvera pas avant 2022 son niveau d’activité de 2019.

Les leviers de croissance à la disposition des promoteurs immobiliers

Les promoteurs immobiliers doivent adopter les bonnes stratégies pour faire face à leur situation préoccupante. Ils disposent de différents leviers, notamment la reconversion des bâtiments déjà existants. Elle permet de pallier la rareté des logements dans les zones à forte densité. Ils doivent également faire preuve d’innovations techniques. Il en va de même pour les montages financiers et les produits proposés. Le but est de convaincre les collectivités locales.

Les promoteurs immobiliers peuvent aussi miser sur la mixité des usages ainsi que la modularité des bâtiments. Il existe déjà des programmes expérimentaux en ce sens, notamment à Marseille et Strasbourg.

“Pour répondre à la rareté du foncier, la réalisation de programmes de reconversion d’actifs obsolètes ou de friches en zone urbaine est, en effet, une piste à creuser. La réversibilité et la modularité des produits sont également des innovations susceptibles de convaincre les collectivités.” – Vincent Desruelles.

La disponibilité du foncier permet également aux promoteurs immobiliers de rebondir plus facilement. La profession peut enfin accélérer dans le domaine du logement abordable en dissociant le foncier du bâti. Ils sont alors en mesure de répondre aux demandes des ménages modestes ou aux classes moyennes. C’est une solution pour favoriser l’accès à la propriété dans les zones denses. Le Groupe Gambetta dispose, par exemple, de son propre organisme de foncier solidaire, lui permettant de mener des opérations de ce type en direct.

Lettre d'information hebdomadaire inscription gratuite CLUB MI DECOUVERTE

Anticiper le jeu concurrentiel

Le résidentiel collectif est au cœur du marché de la promotion immobilière. Cependant, les acteurs de ce secteur doivent aussi se concentrer sur d’autres segments. Cela concerne notamment la logistique urbaine. Les e-commerçants et les prestataires de livraison ont besoin de locaux de proximité pour simplifier leur logistique.

Les promoteurs immobiliers auront besoin de s’associer avec des entreprises spécialisées dans la digitalisation. Notons que le résidentiel géré est un second segment d’avenir. On peut citer l’exemple du coliving. C’est-à-dire, une cohabitation entre les personnes âgées et les étudiants dans les résidences pour seniors.

Toutefois, si la plupart des leaders sont présents dans ces résidences, ils sont souvent associés avec un partenaire pour l’exploitation. Pour se distinguer de la concurrence à l’avenir, la transformation des actifs immobiliers, la mixité des usages et le bas carbone sont des compétences et spécialités clés.

C’est pourquoi, les grands promoteurs immobiliers se forgent une expérience et se structurent. C’est le cas d’Icade qui mène des projets de transformation ainsi que des programmes mixtes et réversibles. D’ailleurs, l’innovation en matière de concepts de mixité ou de construction vertueuse attire les startups. Citons entre autres Woodeum, leader de la promotion bois, dont le chiffre d’affaires a été multiplié par six entre 2015 et 2018. Les acteurs traditionnels vont devoir se remettre en question en matière d’innovation pour éviter de creuser l’écart face aux nouveaux entrants.

Guide des Pros 2021 (728×150)
Boutique en ligne – nouveauté vidéo et support (728×150)
Jurisprudences 2020 728×150
Inscription Ateliers juridiques 2021 – 2022 (728×150)