Prix Haussmann 2021 : « Paris Silence » de Stéphane Gizard récompensé

prix Haussmann 2021 à “Paris Silence” de Stéphane Gizard

La FNAIM du Grand Paris remet le prix Haussmann 2021 à “Paris Silence” de Stéphane Gizard, photographe français. Depuis 1973, ce prix récompense un ouvrage consacré à l’histoire, à l’habitat ou à l’urbanisme en Île-de-France. Ainsi, la FNAIM du Grand Paris met à l’honneur une période totalement inédite que le monde entier a vécu : le confinement.

Le Prix Haussmann 2021 met en lumière la période du confinement

Sous la présidence d’Eric Berger, Président du CESER Île-de-France, la FNAIM du Grand Paris remet le prix Haussmann 2021 à “Paris Silence” de Stéphane Gizard.

GRDF 2021
Pro Archives Conciergerie digitale

Le 17 mars, la capitale de la France, s’est éteinte. Plus un bruit, rues désertes, arte?res silencieuses. Seuls les pigeons animent un peu le ciel si bleu qui dura deux mois… Ainsi, Stéphane Gizard, photographe français, en a profité pour sillonner Paris en vespa et photographier le grand vide.

« Paris Silence » de Stéphane Gizard - prix Haussmann 2021
« Paris Silence » de Stéphane Gizard

Ce livre historique incroyable témoigne du confinement à Paris

Ce livre révèle 460 photos de Paris vide, en raison du confinement, réalisées entre le 25 mars et le 10 mai 2020. L’écrivain Arthur Dreyfus a également participé au projet en écrivant quelques haïkus placés à divers endroits du livre.

“ Vidée, désertée, confinée, notre capitale n’en conserve pas moins toute sa beauté. Bien que tragique, la crise de la Covid-19 a mis en lumière toute la singularité de notre capitale qu’elle doit notamment à son architecture haussmannienne. Alors que beaucoup fustigent l’enlaidissement de notre capitale, nous devons être vigilants à préserver ce qui fait la force de ce patrimoine unique sans en faire une ville figée.” – Michel Platero, Président de la FNAIM du Grand Paris.

En effet, la cérémonie du Prix Haussmann 2021 réunit des acteurs franciliens de l’immobilier et de l’urbanisme ainsi que les membres de son jury.

“ La crise du Covid-19 a beaucoup interrogé nos sociétés sur la résilience et l’attractivité de nos métropoles. On le sait, certains préfèrent aujourd’hui quitter la capitale pour une meilleure qualité de vie. Vidée de ses habitants, de ses touristes et de son activité économique, notre métropole ne rayonne plus de la même façon. Certes, un tel évènement nous fait réfléchir à ce qui fait l’attractivité du Grand Paris pour travailler à son rayonnement pour les prochaines années.” – Eric Berger, Président du CESER.

Mentions spéciales pour le prix Haussmann 2021

Lors de la cérémonie du Prix Haussmann 2021, 3 accessits ont été décernés, dont 2 ex-aequo.

Paris, empreintes secrètes, de Michel Huard (1er accessit du prix Haussmann 2021)

Paris ou ses environs ont accueilli des cultures aujourd’hui effacées par l’urbanisation. Ainsi, des enceintes sont successivement détruites. Il en est de même pour de vastes domaines aristocratiques ou religieux qui disparaissent. Plus tard, ce sont des fabriques, des usines à gaz, des abattoirs que l’on détruit… eux aussi rayés de la carte.

Paris, empreintes secrètes, de Michel Huard

 

Par ailleurs, de grands projets urbains n’ont connu qu’une exécution partielle rendant illisible leur dessein originel. Or, de ces fantômes, il ne reste en général que quelques gravures, tableaux ou photographies. Mais, pas ou peu de traces matérielles hormis l’empreinte qu’ils ont laissée sur le plan de la capitale.

C’est ainsi qu’un square peut se retrouver sous l’emprise d’une ancienne prison. Parfois, des rues sont tracées sur les allées du jardin d’un hôtel particulier. D’autres suivent la courbure d’une enceinte ou contournent un bastion. Enfin, certaines impasses sont formées sur un ancien parcellaire de vignoble… D’une découverte à l’autre, c’est un Paris augmenté de ce qu’on n’y voit plus que les archéologues amateurs et les âmes rêveuses auront plaisir à reconnaître.

Paris sous Paris, la ville interdite, de Gilles Thomas (2nd ex-aequo du prix Haussmann 2021)

Sous la ville lumie?re, l’ombre fascinante des souterrains. Anciennes carrières, égouts, métro, catacombes, Paris est un gruyère ! Ainsi, le livre retrace la construction du Paris d’en dessous. Alors, on évoque les terrains de gypse et de calcaire creusés pour construire les immeubles et monuments. Les catacombes qui se sont formées au moment de vider des cimetières insalubres. Comment Paris s’est enfin dotée d’un égout digne de ce nom ?

Paris sous Paris, la ville interdite, de Gilles Thomas

 

Les traces de ces évolutions sont toujours présentes dans le sous-sol et sont le terrain de jeu de ceux que l’on appelle les cataphiles. Deux d’entre eux, parmi les plus expérimentés, nous proposent une véritable visite guidée de ce que l’on trouve sous nos pas avec un reportage photo inédit et des archives peu connues.

Le Paris des écrivains américains, de Ralph Schor (2nd ex-aequo 2021)

L’auteur raconte les expériences vécues dans la capitale française par de grands écrivains, dont trois prix Nobel (Ernest Hemingway, Sinclair Lewis et T.S. Eliot). En effet, ces intellectuels voulaient fuir une Amérique ressentie par eux comme matérialiste, intolérante, conformiste, puritaine. En somme, étouffante et fermée aux choses de l’esprit.

Le Paris des écrivains américains, de Ralph Schor

 

Ainsi, dans le Paris des années 1930, les Américains trouvaient d’abord la liberté, celle des mœurs (alcool, drogue, sexe) et celle de l’esprit. Aussi, on y fait la découverte d’une ville pétrie d’histoire, les promenades dans les beaux quartiers et les arrondissements populaires.

De même, la visite des musées, des spectacles, des lectures où les rencontres offraient d’innombrables sources d’inspiration et de réflexion. Tous furent marqués par l’éclosion de nouveaux courants, comme le dadaïsme, le surréalisme ou le cubisme.

Guide des Pros 2021 (728×150)
Boutique en ligne – nouveauté vidéo et support (728×150)
Jurisprudences 2020 728×150
Inscription Ateliers juridiques 2021 – 2022 (728×150)
Inscription NL MI 728×150