Prix de l’immobilier neuf : pas d’impact à la baisse depuis le confinement

Prix de l’immobilier neuf : pas d’impact à la baisse depuis le confinement

La crise sanitaire du Covid-19 est toujours présente. Sur le long terme, ses conséquences économiques incertaines sont difficiles à prévoir. Pourtant, pour les prix de l’immobilier neuf, la tendance est toujours largement haussière dans les grandes villes. À ce jour, la baisse des prix ne semble pas être d’actualité…

Les prix de l’immobilier neuf en pleine hausse

Pendant le confinement, le télétravail a pris tout son essor. Cette opportunité de travailler de chez soi a provoqué un désir de vivre à la campagne chez les citadins. Certains misent sur une diminution des prix de l’immobilier pour mettre fin à la métropolisation.

Pourtant, à ce jour, aucune tendance n’est visible à la baisse des prix de l’immobilier neuf, bien au contraire.

D’après le baromètre des prix de l’immobilier neuf du site de référence Trouver-un-logement-neuf.com, on observe plutôt l’effet inverse.

En effet, une forte hausse semble prendre d’assaut le prix des trois-pièces. Et ce, dans la quasi-totalité des dix plus grandes villes françaises, depuis ces six derniers mois. Une tendance quasiment similaire avec un mois de recul.

Une hausse dans 8 grandes villes sur 10

D’après les chiffres du baromètre Trouver un logement neuf, le prix de l’immobilier neuf progresse dans 8 grandes villes sur 10 lors de ces six derniers mois. Une hausse majoritairement généralisée allant jusqu’à + 8,7 % à Lille en comparant les prix moyens pratiqués pour un trois-pièces en novembre 2019.

C’est ainsi que Lille devient la 6ème grande ville la plus chère devant Montpellier. Une hausse de + 5,6 % s’observe à Montpellier et de + 3,3 % à Strasbourg. Malgré une augmentation de 4,2 % en un semestre, Toulouse reste parmi l’une des grandes villes la plus abordable. En effet, on y trouve des logements de trois pièces pour 250 000 €.

trouver-un-logement-neuf-prix-de-l-immobilier-neuf

On note également une hausse à Lyon de + 3,4 %. Il y faudra donc une enveloppe de plus de 366 000 € pour acheter un T3 neuf ! À Bordeaux aussi, cette hausse des logements atteint les + 4,6 %. D’ailleurs, les prix repartent franchement à la hausse et atteignent un prix moyen de 332 300 € pour un trois pièces.

Des prix de l’immobilier neuf limités

Heureusement, dans certaines villes la hausse reste plus limitée. À Marseille par exemple, on observe une stabilité nette durant ces six derniers mois. Comptez 261 000 € pour acheter un trois pièces.

À Nice, on constate une légère hausse de + 0,6 %. Vous pourrez donc dénicher un T3 à 354 600 €. Ainsi, Nice est sur le podium des trois grandes villes les plus chères de France.

D’ailleurs à Paris, le prix est en progression de + 0,7 % depuis novembre 2019.

La capitale reste donc la ville la plus chère dans l’immobilier neuf avec un prix moyen de 818 000 € pour un trois-pièces.

L’exception à la règle !

On le sait, il y a toujours des exceptions à la règle ! À noter que parmi les grandes villes, le prix moyen d’un trois-pièces diminue de 2,6 % en six mois à Nantes.

Il est donc de nouveau envisageable d’acquérir un appartement neuf à moins de 300 000 € en Loire-Atlantique.

En un mois, c’est-à-dire à cheval entre le confinement et le déconfinement, on note peu de reculs des prix. En effet, seules trois grandes villes affichent des prix de logements neufs en baisse en un mois. Comme Nantes encore avec – 0,7 % ou Toulouse avec – 0,8 %. Strasbourg pulvérise les records et enregistre une baisse de 2,4 % en 30 jours.

À contrario, dans certaines villes, ces prix augmentent fortement avec en un mois + 2,3 % à Lyon, + 2,6 % à Montpellier, + 6,5 % à Paris.

Pénurie de logements neufs, ralentissement de la délivrance des permis de construire, verdict du second tour des élections municipales… À ce jour, les prix ne devraient pas diminuer, à plus forte raison dans les grandes villes.

D’autant plus que la demande est restée bien présente durant le confinement. Les logements neufs avec de larges terrasses, ou jardins privatifs, déjà réputés pour être plus chers, tirent leur épingle du jeu.

Guide des Pros 2020 (728×150)