Précarité énergétique : des acteurs économiques mobilisés pour encourager la rénovation des copropriétés en difficulté

www.cohesion-territoires.gouv.fr

L’Anah, de nombreuses entreprises et acteurs publics et associatifs se sont engagés dans la lutte contre la précarité énergétique en signant la charte « Team Pro Habiter Mieux ». Une convention qui propose le développement de nouveaux outils de financement pour les copropriétés fragiles et en difficulté.

Organisée autour de 13 engagements étalés sur 5 ans (2018-2022) la charte « Team Pro Habiter Mieux » amplifie la dynamique collective du programme Habiter Mieux. Un programme qui a fait ses preuves en rénovant plus de 250.000 logements depuis sa création grâce à la stabilité financière dont il dispose désormais soit 1,2 milliard d’euros obtenu dans le Grand Plan d’Investissement.

Mais il s’agit maintenant d’accélérer le mouvement en mobilisant l’ensemble des acteurs économiques et sociaux pour soutenir les ménages à s’engager dans un projet de travaux.

« La rénovation énergétique est une affaire d’équipe. Ensemble nous pouvons multiplier les outils facilitant l’engagement dans les travaux. C’est tout l’intérêt de la mise en place opérationnelle du fonds de garantie pour la rénovation énergétique (FGRE) financé par EDF et doté de 57 millions d’euros sur 3 ans. C’est également le sens de la nouvelle convention conclue entre l’Etat et Procivis UES-AP qui propose des prêts sociaux sans intérêt pour les ménages modestes et développe de nouveaux outils de financement pour les copropriétés fragiles et en difficulté », a déclaré Julien DENORMANDIE, secrétaire d’État auprès du ministre de la Cohésion des Territoires.

Proposer des outils de financement complémentaires aux aides

Depuis plus de 10 ans, le réseau Procivis intervient en complément des aides de l’Anah et des collectivités locales. « Les subventions seules ne peuvent débloquer certaines situations : un ménage modeste est absolument incapable d’avancer les sommes pour commencer les travaux et encore moins d’assurer le reste à charge, en moyenne 40% du montant total », explique Julien Pontier, directeur délégué aux Relations institutionnelles et aux missions sociales chez Procivis.

Par conséquent, des prêts sans intérêts, dont les remboursements n’excèdent généralement pas 50 euros par mois, ont été pensés pour déclencher des travaux de rénovation qui n’auraient peut-être jamais été réalisés, faute de ressources suffisantes. La source de financement provient des dividendes des filiales immobilières des sociétés coopératives  du groupe Procivis.

« Concrètement, plus on construit, plus on est capable de faire des missions sociales et donc de proposer ces prêts, dont plus de 25.000 ménages ont d’ores et déjà bénéficié depuis 10 ans », indique Julien Pontier.

Encourager la rénovation énergétique en copropriété

Les copropriétés ont désormais droit elles aussi à des prêts sans intérêts. Grâce à une nouvelle convention signée très prochainement avec l’État, les copropriétés pourront bénéficier de prêts collectifs sans intérêt accordés par le réseau Procivis, pour engager la rénovation énergétique de leurs parties communes.

« Il s’agit la plupart du temps de faire des travaux d’isolation, qui consistent à appliquer une « seconde peau » sur la façade. Le processus de décision en copropriété est très complexe. L’offre de prêt fait partie des outils qui permettent de convaincre d’engager collectivement des travaux », explique Julien Pontier.

L’objectif est d’empêcher des copropriétés jugées fragiles (entre 8% et 25% d’impayés) de devenir des copropriétés en difficulté. Il s’agit aussi de combler une inégalité : « les bailleurs sociaux sont très performants sur la rénovation énergétique et on se rend compte que les grosses difficultés sont dans les copropriétés privées », estime Julien Pontier.

Procivis s’engage essentiellement sur le préfinancement des aides et dans une moindre mesure dans le financement du reste à charge des ménages. La signature de la charte Team Pro Habiter Mieux coïncide avec cette nouvelle compétence qui s’inscrit dans la volonté de l’Anah d’éradiquer les passoires énergétiques.

Source : http://www.cohesion-territoires.gouv.fr/