Marché immobilier en Ile-de-France : une baisse des prix hétérogène pour 2015

Marché immobilier en Ile-de-France :  une baisse des prix hétérogène pour 2015

Le Crédit Foncier a livré son analyse du marché immobilier francilien (bilan 2014 et perspectives 2015). Le marché immobilier francilien en 2014 a plus ou moins bien résisté. Les prix ont continué à s’éroder en 2014 : -3% en grande couronne, – 1% en petite couronne et -2,1% à Paris.

En Ile-de-France, 131.000 logements anciens ont été vendus en 2014 (-1 % par rapport à 2013). Les prix ont continué à s’éroder en 2014 : -3% en grande couronne, – 1% en petite couronne et -2,1% à Paris. Ces variations, en apparence faibles, cachent des baisses de prix bien plus importantes. Ainsi, certains biens dans des zones excentrées en Ile-de-France ont subi une baisse pouvant aller jusqu’à 15%.

URMET 2020 – Bannière 1
Bannière B Uretek

Les prix dans le neuf résistent du fait de prix du foncier et de coûts de construction qui restent élevés.

Les conditions de taux n’ont jamais été aussi favorables à l’acquisition de logement. Les taux ont poursuivi leur baisse pour s’établir à un niveau moyen de 2,21% à la fin février 2015, du jamais vu depuis 70 ans. Ainsi, en Ile-de-France, le coût total moyen de l’acquisition d’un appartement a baissé de 12,5% en trois ans (2012 à 2014).

Paris, une des villes française où la baisse de pouvoir d’achat immobilier est la plus importante. L’Université Paris-Dauphine et le Crédit Foncier ont mené une étude* consacrée à l’évolution du pouvoir d’achat immobilier selon l’âge des ménages dans les grandes villes françaises entre 1998 et 2010. Du fait de la hausse des prix immobiliers, le pouvoir d’achat des ménages a diminué en Ile-de-France. Cette baisse s’inscrit entre 39% à Paris et 12% à Fontainebleau en douze ans.

De 1998 à 2010 à Paris, le pouvoir d’achat immobilier de chaque tranche d’âge a fortement diminué :

  • En 1998, 32% des ménages entre 30 et 35 ans étaient en mesure d’acquérir un bien immobilier correspondant à leurs besoins ; ils n’étaient plus que 7% en 2010.
  • En 1998, 68% des ménages entre 50 et 55 ans étaient en mesure d’acquérir un bien immobilier correspondant à leurs besoins ; ils n’étaient plus que 45% en 2010.

En 2015, les prix dans l’ancien en Ile-de-France devraient continuer de reculer. Dans l’ancien, la correction des prix des logements va se poursuivre, tout comme l’accroissement des disparités selon l’emplacement et la qualité des biens. Les taux d’intérêt de crédit immobilier, quant à eux, devraient rester très bas.

Sur le marché locatif des bureaux, le loyer tertiaire de présentation (ou loyer facial) a augmenté de 1% sur un an, à fin 2014 en Ile-de-France, pour se situer à 315 euros par m2. Cependant, après prise en compte des remises commerciales, le loyer réel est en baisse. Ainsi, la baisse du loyer réel est comprise entre 12 et 17% à Paris, entre 12 et 30% à La Défense, entre 6 et 30% pour le Croissant Ouest.

Le marché de l’investissement, quant à lui, est resté bien orienté avec 22,5 milliards d’euros investis (+50% par rapport à 2013). En 2015, le volume global de l’investissement devrait s’élever à 24 milliards d’euros.


* Ces travaux de recherche ont bénéficié du support de la chaire de la Fondation Paris-Dauphine « Ville et Immobilier » soutenue par le Crédit Foncier.

Source : www.creditfoncier.fr

Guide des Pros 2021 (728×150)
Boutique en ligne – nouveauté vidéo et support (728×150)
Chaîne Youtube (728×150)
Jurisprudences 2020 728×150