Marché immobilier : bilan de l’été 2021 et tendances de la rentrée

Marché immobilier : bilan de l’été 2021 et tendances de la rentrée

Orpi fait le bilan du marché immobilier de la saison d’été. Pour autant, le réseau immobilier analyse les tendances de la rentrée, notamment après les confinements. En effet, le marché est marqué par les migrations géographiques attirant aujourd’hui les acquéreurs, investisseurs et locataires. Ces porteurs de projet considèrent ce phénomène comme une opportunité durable.

Bilan du marché immobilier : les analyses du réseau Orpi

Orpi, réseau de 1 300 points de vente fait le bilan de l’été 2021. En premier lieu, on constate une progression du marché locatif avec l’émergence des nouvelles « places to be ». Les candidats locataires continuent de privilégier les villes moyennes qui leur garantissent la douceur de vivre.

Inscription NL MI 728×150
Salon de la Copro
URMET 2020 – Bannière 1
Solucop 2021

En second lieu, Orpi relève l’engouement des locataires pour la colocation. Ce mode de location s’avère la solution idéale contre la solitude liée aux confinements. De ce fait, ce secteur attire de nombreux investisseurs en cette rentrée 2021.

Orpi met aussi l’accent sur la singularité des marchés dans les métropoles, telles que Paris. Les transactions s’y effectuent à huis clos. Ainsi, les grandes villes n’intéressent quasiment que ceux qui y vivent déjà.

Un marché immobilier où la location retrouve son dynamisme

Dans les zones les plus tendues, le marché locatif post-confinement a connu un ralentissement. Cependant, cette situation tourne en la faveur des candidats locataires qui ont effectué des recherches précoces. Ils ont profité du contexte où l’offre était temporairement supérieure à la demande. En ce sens, ils avaient l’occasion d’être plus sélectifs en termes de qualité du bien.

Le réseau Orpi a cependant remarqué le retour à la normale du marché immobilier locatif. Cela est surtout lié à la rentrée universitaire. En effet, le dynamisme du marché locatif concerne toutes les zones, dont les villes moyennes. Ces nouvelles « places to be » attirent de nombreux locataires en quête d’une meilleure qualité de vie.

Ainsi, plusieurs zones non tendues ont connu une hausse de la demande. Valence, Limoges, et Orléans sont parmi les villes les plus plébiscitées par les candidats locataires. À Valence, par exemple, l’évolution du marché de la location est de +82 % entre janvier et juin 2021.

Les zones non tendues sont les nouvelles destinations des locataires

Sur le marché immobilier, la mise en location des logements est désormais plus facile dans les villes moyennes. Le délai pour trouver de nouveaux locataires est de sept jours en moyenne. Dans les localités plus reculées, mais qui offrent une bonne accessibilité, il faut compter trois semaines environ. Notons que ces nouveaux marchés proviennent des 222 villes du programme Action Cœur de Ville.

Selon Christine Fumagalli, Présidente d’Orpi, cette migration géographique des locataires favorise l’amélioration du parc locatif. Ce phénomène optimisera la qualité des biens, accroîtra leur valeur et réduira leur vacance locative. En effet, face à l’exigence croissante des candidats locataires, les propriétaires-bailleurs pourraient anticiper la loi Climat et Résilience. Cette législation vise à lutter contre les déperditions thermiques des bâtiments.

Néanmoins, il est essentiel de rester prudent face à un éventuel déséquilibre offre / demande sur le marché immobilier. Cela pourrait causer l’envolée des prix sur ces marchés non tendus. Dans ce cas, ces derniers pourraient devenir de nouveaux freins à l’accès au logement. Il convient donc de faciliter le parcours locatif en démocratisant, par exemple, l’utilisation des garanties loyers impayés (GLI).

L’investissement en colocation est en plein essor à la rentrée

Dans les zones tendues, la demande des petites surfaces explose. Ce marché en pleine tension attire grandement les investisseurs et les primo-accédants. Cela est ponctué par l’envol des prix et le manque de l’offre. Or, des professionnels Orpi recommandent des options plus accessibles, dont les surfaces familiales ou les petites résidences de périphérie.

Il convient, par exemple, d’investir dans des T3 ou T4 à Limoges ou à La Rochelle. Dans ces villes, les locations pour étudiants sont en fait particulièrement dynamiques. De plus, les prix du mètre carré sont encore parfaitement maîtrisés. Ces types de logements répondent d’ailleurs à la demande élevée des étudiants qui optent pour la colocation. Précisons que ce mode de vie partagé est de plus en plus apprécié suite aux confinements.

Les acheteurs se tournent vers les nouvelles « places to be »

Les migrations vers les villes à taille humaine se poursuivent. Ces nouvelles destinations présentent toujours des marchés actifs. Ainsi, Orpi a étudié de plus près les résultats des recherches réalisées depuis son site entre janvier et août 2021 pour comprendre davantage ce phénomène. Cette analyse a été réalisée lors de l’étude du marché immobilier pour faire le bilan de l’été. Quelles sont donc les destinations appréciées par les métropolitains ?

Ainsi, les candidats acquéreurs à Limoges sont composés à 14 % de Parisiens et à 10 % de Bordelais. Cependant, grâce à sa douceur de vivre, cette ville reste surtout plébiscitée par les locaux. Ces derniers constituent encore 54 % des candidats acquéreurs qui y recherchent leur futur bien immobilier.

Caen et Nantes figurent également parmi les nouvelles « places to be ». Ceux qui effectuent des requêtes à Caen sont constitués à 19 % de Parisiens et à 18 % de locaux. Les parts des Parisiens et des locaux ayant réalisé des recherches à Nantes sont égales (20 % chacune). Montpellier, Marseille et Lyon faisaient aussi l’objet de recherches de biens par des acquéreurs parisiens.

Les métropoles sont toujours attractives, mais à huis clos

Paris affiche un marché immobilier dynamique marqué par des transactions effectuées entre des locaux de janvier à août 2021. Ceux qui y ont recherché des biens sont composés à plus de 40 % de Parisiens. Ce marché à huis clos attire tout de même quelques Lillois, Lyonnais et Bordelais.

Mis à part la localisation, les critères de recherches de biens restent toutefois inchangés. Les acquéreurs ont, en effet, pour objectif principal de déménager pour bénéficier d’un meilleur logement. Les recherches de maison individuelle sont les plus dominantes. Elles sont 73 % plus importantes sur la période janvier-août 2021 par rapport à celle de 2020.

De plus, les besoins en espaces extérieurs demeurent toujours élevés. Les chiffres en témoignent, avec une utilisation du critère de recherche :

  • « balcon » de l’ordre de 82 % ;
  • « jardin » équivalant à 57 % ;
  • « piscine » de 17 %.

Cette observation a été réalisée sur la période janvier-août comparée à la même période de 2020. Notons que les cinq villes les plus recherchées entre janvier et août 2021 sont Nice, Lyon, Toulouse, Limoges et Lille.

marché immobilier - analyse de la rentrée 2021
Source : Orpi.com
Guide des Pros 2021 (728×150)
Boutique en ligne – nouveauté vidéo et support (728×150)
Jurisprudences 2020 728×150
Inscription Ateliers juridiques 2021 – 2022 (728×150)