Aller au contenu

Immobilier

Marché immobilier : analyse des nouveaux usages

analyse des nouveaux usages

À l’occasion du salon RENT, Orpi a réalisé un état des lieux des nouveaux usages sur le marché immobilier. Ce réseau immobilier a ainsi collaboré avec OpinionWay et Rollon Mouchel-Blaisot, Directeur du programme Action Cœur de Ville. Ce partenariat a permis de définir des solutions adaptées aux futurs enjeux immobiliers. Comment répondre donc aux attentes réelles des Français ?

Évaluation des nouvelles habitudes sur le marché immobilier

Grâce à l’afflux des acquéreurs urbains vers les villes moyennes, les métropoles respirent un peu mieux ! Ce phénomène a été encouragé par la crise sanitaire et a influé le marché immobilier français. Les migrations concernent surtout les jeunes générations.

Selon l’étude effectuée par OpinionWay, plus d’un Français sur dix aurait changé de lieu de vie. 19 % d’entre eux sont des jeunes de moins de 35 ans.

D’après les données d’Orpi, les recherches sur le critère « maisons » ont d’ailleurs augmentées de 74% ! D’ailleurs, on observe aussi une augmentation des recherches sur d’autres critères qui en disent long sur le besoin de nature et d’espaces verts :

  • + 17 % pour le critère « piscines »,
  • + 57 % pour le critère « jardins »,
  • + 82 % pour « balcons ».

Ainsi, l’espace de vie est devenu le premier facteur déterminant le choix d’un nouveau lieu de vie. 49 % des Français qui ont déjà changé de lieu de vie sont de cet avis. Néanmoins, 65 % de ceux qui ne l’ont pas encore fait sont aussi de cet avis.

marché immobilier - analyse des nouveaux usages

Le deuxième facteur déterminant est les prix du mètre carré sur le marché immobilier. Ce fait est confirmé par 59 % de ceux qui ont changé de lieu de résidence, mais également par 43 % de ceux qui ne l’ont pas fait. En effet, dans des zones géographiques moins tendues (hors des métropoles), les prix sont relativement plus bas.

Le marché de l’immobilier doit s’adapter aux changements de la société

Ces tendances modifient aujourd’hui le comportement des acquéreurs. L’immobilier a ainsi maintenant un cycle de vie plus réduit. Les acheteurs recherchent davantage de l’espace et de la tranquillité. Le profil type des primo-accédants en CDI et mariés ne correspond plus à la réalité des acquéreurs.




“ Le secteur n’est pas imperméable aux changements de la société, ce sont eux qui façonnent ces nouvelles attentes. La crise sanitaire a eu un réel impact sur la société, et l’immobilier doit s’y adapter.” – Christine Fumagalli, Présidente de la coopérative Orpi.

Anticipation des besoins des Français

Le marché immobilier évolue conjointement aux besoins des Français. Par ailleurs, les professionnels de l’immobilier se sont emparés du potentiel du numérique, ces derniers mois. Grâce à de nouveaux outils numériques, ils peuvent se recentrer sur le cœur de leur métier, sur le conseil et l’accompagnement.

Par ailleurs, ces changements répondent aux attentes des clients confirmées par l’étude OpinionWay. Il s’agit de la rapidité de la transaction (63 %) et de la garantie d’être bien accompagné (59 %). Cette étude a permis également de constater l’intérêt des moins de 35 ans pour les services à valeur ajoutée (37 %). Les jeunes apprécient aussi la dématérialisation de la relation (42 % pour les moins de 25 ans).

De l’avis de Christine Fumagalli, au-delà de la digitalisation, le plus important est d’atténuer les tensions sur le marché immobilier. Les acteurs devraient s’adapter aux changements, notamment aux nouveaux profils d’acquéreurs, de locataires et d’investisseurs. Il convient donc de simplifier le parcours immobilier. Bien que les profils les plus atypiques rencontrent des difficultés à cause de la crise, ils ne doivent pas être marginalisés. Par contre, les jeunes profils doivent être accompagnés davantage pour concrétiser leur projet de vie.

“ Les plus jeunes n’ont pas le même rapport au travail, à l’espace, ils sont souvent plus agiles dans leur façon de vivre, dans leurs mouvements… Nous devons les aider à mettre en œuvre leur projet de vie.” – Christine Fumagalli.

Un marché immobilier où les centres-villes gagnent en attractivité

Le marché immobilier dans les villes moyennes est plus que jamais dynamisé. Ainsi, ces villes jouissent d’un regain d’intérêt envers les acquéreurs urbains. Elles améliorent constamment leur attractivité. Par ailleurs, plusieurs communes profitent du plan national “Action Cœur de Ville”. Ce programme vise à rendre plus dynamiques et plus attractifs les centres des villes moyennes.

Concrètement, Orpi a constaté une augmentation des prix du mètre carré dans 138 communes sur les 222 bénéficiaires de ce programme. À Valence et Limoges, par exemple, le prix moyen du mètre carré a progressé de +17 %. Dans ces villes, le nombre de transactions a connu respectivement une hausse de +31 % et de +30 %. À Niort, une augmentation de +2 % des prix est enregistrée. Le volume de transactions de cette commune a d’ailleurs doublé.

Étant donné cette vitalité hors du commun, le marché immobilier s’annonce prometteur dans ces villes moyennes. Ainsi, elles tiennent une place primordiale sur le territoire français, surtout si elles savent répondre aux besoins des nouveaux arrivants. Ces derniers étaient habitués au confort offert par les grandes métropoles. Il est donc de mise d’apporter des améliorations dans ces nouveaux territoires (activité économique, connexion internet, vie culturelle, transport, etc.).

De l’avis de Christine Fumagalli, l’émergence des villes moyennes est un bon début pour rééquilibrer globalement le marché. En optimisant leur attractivité, il est toutefois important d’éviter de calquer le schéma des grandes métropoles.

“ Les professionnels de l’immobilier et les élus doivent rester attentifs à ce que le schéma des métropoles ne se calque pas sur ces marchés en devenir ! Il faut veiller à garantir une offre de qualité pour tous types de profils. L’enjeu est de taille : la réduction des inégalités d’accès aux logements.” – Christine Fumagalli.

nv-author-image

Isabelle DAHAN

Rédactrice en chef de Monimmeuble.com. Isabelle DAHAN est consultante dans les domaines de l'Internet et du Marketing immobilier depuis 10 ans. Elle est membre fondatrice de la Fédération Française de l'Immobilier sur Internet (F.F.2.I.) www.ff2i.org et membre de l’AJIBAT www.ajibat.com, l’association des journalistes de l'habitat et de la ville. Elle a créé le site www.monimmeuble.com en avril 2000.

Laisser un commentaire